Publié le 22 décembre 2017

ÉNERGIE

[Décryptage] Miracle de Noël : le géant minier BHP va quitter le lobby du charbon

Le lobbying anti-climat a vécu. Ce n’est pas le message d’une ONG écologiste. C’est celui du plus grand minier de la planète BHP Billiton. Alors qu’il a revu sa participation dans les organisations professionnelles, l’entreprise a décidé de se retirer, entre autres, de l’Association mondiale du charbon qui tient un discours climatique et énergétique incompatible avec les objectifs de l’Accord de Paris.

Mine de charbon de BHP Billiton en Australie.
BHP

D’aucuns portent un regard critique sur le grand sommet sur le climat, le One Planet Summit, qui s’est tenu à Paris le 12 décembre jugeant que les annonces sont insuffisantes pour maintenir le réchauffement en dessous de 2 °C à la fin du siècle. Nous les invitons à se tourner vers un petit miracle, non pas venu du pays du Père de Noël, mais de celui des kangourous. La plus grande entreprise minière au monde, l’australien BHP Billiton, vient de publier une revue détaillée de ses engagements dans les organisations professionnelles sur une vingtaine de pages.

L’industriel géant y annonce son retrait dès le premier trimestre 2018 de l’Association Mondiale du Charbon (World Coal Association), la plus grande organisation de lobbying pour le charbon de la planète. Sa décision est motivée par des différences de point de vue sur le climat et les politiques énergétiques. Deux autres organisations pro-charbon sont dans le viseur de BHP Billiton : l’United States Chamber of Commerce (USCC) et le Minerals Councils of Australia (MCA). L’entreprise australienne dénonce leurs positions critiques contre l’Accord de Paris signé lors de la COP21 de 2015.

Responsable du changement climatique

"En tant que producteur et consommateur majeur de combustibles fossiles, nous reconnaissons notre devoir d’agir sur la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, sur l’adaptation aux impacts physiques du changement climatique, à l’accélération du développement et déploiement de technologies à faibles émissions et la nécessité de tester la résilience de nos actifs", explique l’entreprise.

Les auteurs de rapport ajoutent : "Répondre aux changements climatiques est une question prioritaire de gouvernance et de stratégie pour BHP. La direction a la responsabilité principale de la conception et mise en place d'une réponse effective face au changement climatique. Notre stratégie est déployée en partenariat avec nos parties prenantes : investisseurs, décideurs, pairs et organisations non gouvernementales".

Sortir du pétrole de schiste

Attention toutefois ! Si BHP Billiton va lever le pied sur le lobbying quand celui-ci rime avec lobbying anti-climat, la société ne renonce pour autant pas au charbon. En 2018, elle va extraire plus de 30 millions de tonnes de ce combustible (la première production de BHP est le fer avec 240 millions de tonnes). Pour autant Brynn O’Brien, directeur de l’Australian Center for Corporate responsability, accueille avec enthousiasme ces annonces : "C’est extraordinaire que la plus grande entreprise minière au monde signale son intention de quitter le principal lobby mondial du charbon. C’est un message qui indique que même les organisations avec de grands actifs charbonniers, comme BHP, ne valorisent plus le lobbying agressif contre le climat", juge-t-il.

Au-delà du charbon, le minier a aussi décidé de revoir ses positions en matière de gaz et de pétrole de schiste. En décembre, on apprend que la multinationale a missionné quatre banques (Barclays, Bank of America, Citi et Goldman Sachs) pour évaluer les options de ventes de ses actifs dans le secteur ou la possibilité de les scinder de l’entreprise pour créer une nouvelle entité.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...