Publié le 09 novembre 2017

ÉNERGIE

COP23 : 51 entreprises allemandes appellent à une sortie rapide du charbon

Au lendemain de l’ouverture de la COP23, Siemens, Adidas, Puma mais surtout E.on et EnBW, deux des principaux énergéticiens allemands, appellent le nouveau gouvernement à sortir du charbon. Au total, 51 entreprises ont signé ce manifeste. Elles pèsent 300 milliards d’euros de chiffres d’affaires… de quoi influer les négociations politiques en cours à Berlin.

40 % du mix électrique allemand est assuré par le charbon. Ici une centrale supercritique de RWE.

"Le futur gouvernement doit élaborer une sortie du charbon qui soit fiable et socialement responsable", écrivent les 51 entreprises signataires. Parmi elles, les équipementiers sportifs Adidas et Puma, l’opérateur téléphonique Deutsche Telekom, l’opérateur de la bourse Deutsche Börse, les distributeurs Metro et Aldi süd et deux des principaux énergéticiens outre-Rhin EnBW et E.ON. Au total, ces entreprises emploient 400 000 personnes en Allemagne, 1,5 million dans le monde et elles génèrent un chiffre d’affaires de 300 milliards d’euros par an.

Leur appel va peser sur les discussions en cours au sein de la coalition à Berlin pour former le prochain gouvernement. Et sur les négociations climatiques qui se tiennent depuis lundi 6 novembre et pendant deux semaines à Bonn dans le cadre de la COP23. "Nous avons compris que la protection du climat est d’une importance élémentaire", a déclaré Lothar Rieth, expert climat du groupe énergétique EnBW. Les signataires demandent également l’adoption d’une tarification efficace du carbone, une augmentation des appels d’offres pour les énergies renouvelables et des incitations supplémentaires aux économies d’énergie.

L’Allemagne en passe de rater ses objectifs climatiques

Outre-Rhin, le charbon assure encore 40 % des besoins en électricité alors que le pays a décidé de fermer ses centrales nucléaires d'ici 2022. Or, l’Allemagne s’est donné comme objectif de réduire ses émissions de CO2 de 40 % d’ici à 2020 par rapport à leur niveau de 1990. Un engagement impossible à tenir, selon plusieurs études. La réduction serait plutôt de 30 % à cet horizon. D'une part, les centrales à charbon continuent de tourner à plein régime pour… l’exportation ! Vers l’Autriche, la Suisse, les Pays-Bas et la France. D'autre part, les ventes de voitures de Diesel connaissent une croissance soutenue dans le pays.

Vendredi 3 novembre, une autre coalition d’industriels, le VDMA, la fédération des constructeurs de machines, qui emploie un million de personnes en Allemagne, a appelé au respect des objectifs formulés dans l’Accord de Paris. "Cet accord n’est pas seulement dans l’intérêt de l’environnement, mais aussi de l’économie. Les entreprises ont besoin d’objectifs d’émissions clairs pour pouvoir planifier leurs investissements", a déclaré Stephanie Grubert, de Bosch Rexroth et présidente de la commission environnement au VDMA.    

Et dans le cadre de la COP23 toujours, la fondation de Mike Bloomberg annonce ce jeudi 9 novembre un don de 50 millions de dollars pour soutenir les campagnes de la société civile en faveur de la sortie du charbon à travers le monde, et notamment en Europe. Cette somme vient s'ajouter aux 64 millions de dollars versés il y a un mois à l’ONG américaine Sierra Club pour soutenir les énergies propres.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Ouganda pxhere

La région des grands lacs africains et ses gisements pétroliers, terrain de jeu glissant pour Total

Total est doublement sous le coup de la loi sur le devoir de vigilance. Le groupe français vient d'être mis en demeure une seconde fois - et à une semaine d'intervalle - pour ne pas avoir pris de mesure de vigilance suffisante pour le climat et pour un méga-projet pétrolier en Ouganda. Des atteintes...

Un nouvel électricien, EPH, débarque en France et mise sur le charbon

Le groupe d'énergie allemand Uniper (ex-Eon) a annoncé la finalisation de la vente de l'ensemble de ses activités françaises à EPH, une holding dans l'énergie aux mains du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Cela concerne en particulier deux centrales à charbon, dont la fermeture est prévue pour...

Loi énergie et climat : feu vert pour la fermeture des dernières centrales à charbon en France

Les députés ont donné leur feu vert pour la fermeture des quatre dernières centrales à charbon que compte la métropole d'ici 2022. Un décret plafonnera les émissions de gaz à effet de serre émises par les installations de production d'électricité à partir de combustibles fossiles, une façon de se...

[Bonne Nouvelle] Centrales à charbon : l’excellent bilan CO2 de Donald Trump !

Donald Trump avait promis de relancer l’industrie du charbon aux États-Unis, grande pourvoyeuse d’emplois. Mais face à la concurrence du gaz de schiste et des renouvelables, les incitations n’ont pas suffi et 50 tranches ont déjà fermé leurs portes depuis 2015 et 289 depuis 2010.