Publié le 23 janvier 2015

ÉNERGIE

Nucléaire : frictions franco-allemandes sur Fessenheim

Après les militants antinucléaires allemands, c’est au tour des politiques à Berlin d’exiger de François Hollande qu’il tienne sa promesse électorale. La ministre allemande de l’Environnement vient d’écrire à sa consœur française, Ségolène Royal, la pressant de fermer la plus vieille centrale française au plus vite. Le ton s’est nettement refroidi à Berlin à mesure que l’échéance de 2016 (date à laquelle Fessenheim doit être fermée) approche. Et les dernières déclarations de la ministre française de l’Environnement ne sont pas faites pour le réchauffer.

Des militants de Greenpeace déploient, le 18 mars 2014, une banderole sur l'un des réacteurs de la centrale de Fessenheim.
© Sebastien Bozon / AFP

Le ton est courtois. Mais le propos est ferme: "je vous prie de m’informer du calendrier et des procédures que vous avez l’intention de suivre pour l’arrêt de Fessenheim". Dans son courrier adressé à Ségolène Royal, la ministre allemande de l’Environnement, la sociale-démocrate Barbara Hendricks, ajoute: "comme vous le savez, la population vivant dans les zones frontalières est très préoccupée par la sûreté de la centrale. Je vous prie vivement de prendre en compte ces préoccupations lorsque vous pèserez le pour et le contre lors de vos décisions, et de prévoir l’arrêt de Fessenheim à une échéance aussi rapide que possible".

En service depuis 1977 et dotée de deux réacteurs d’une puissance de 900 mégawatts chacun, Fessenheim se trouve à... 1,5 km de la frontière allemande et à 20 km de Fribourg-en-Brisgau.

 

Fessenheim ? Une centrale "poubelle"

 

L’initiative de la ministre allemande de l’Environnement fait suite aux nombreuses interrogations qu’a suscitées en Allemagne le flou des propos de François Hollande lors de son intervention sur France Inter le 5 janvier. Le chef de l’Etat n’y a indiqué aucune date précise quant à la fermeture de la centrale alsacienne.

Et les dernières déclarations de Ségolène Royale annonçant une relance du nucléaire ont semé un trouble bien plus grand encore outre-Rhin. La colère gronde dans la sphère politique allemande, devant la volte-face française.

Et les mots ne sont pas tendres. "Alors que nous fermons nos centrales les plus dangereuses, il est intolérable de voir qu’une centrale poubelle, située directement à la frontière et encore plus dangereuse que les nôtres, voit non seulement sa date de fermeture repoussée à la Saint-Glinglin, mais puisse encore fonctionner", s’indignait il y a quelques jours encore la députée au Bundestag Sylvia Kotting-Uhl, des Bündnis 90/Die Grünen (les Verts), et porte-parole du groupe parlementaire sur les questions nucléaires.

 

1,6 million de riverains inquiets

 

L’inquiétude des habitants de la région ne repose pas sur rien. Ils ont le sentiment de voir les intérêts économiques et industriels prévaloir sur leur sécurité. "Nous avons la centrale devant les yeux tous les jours, rapporte Didier Nocus, membre du collectif "Fessenheim Stilllegen. JETZT!"  - "Fermer Fessenheim. Maintenant !"). Et les pannes à répétition de la centrale nous inquiètent. Pourquoi vouloir à tout prix la faire encore fonctionner si ce n’est pour des intérêts économiques?" 

La mobilisation ne s’arrête pas à la frontière. Corinne Lepage représente l’Association trinationale de protection nucléaire (ATPN), qui défend les habitants du Rhin supérieur, soit le triangle formé par la France, l’Allemagne et la Suisse (Fessenheim se trouve à 40 km de Bâle). Dans un communiqué publié à l’occasion de l’élection de François Hollande à la présidence de la République en 2012, les associations antinucléaires d’Alsace rappelaient que près de 1,6 million de riverains, habitant précisément dans cette région, ont voté pour des motions exigeant la fermeture de Fessenheim.

Trois ans après, le courrier de Barbara Hendricks somme Paris de ne pas l’ignorer.

 

 

Claire Stam
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

François Hollande, une stratégie floue sur l’environnement

L’environnement sera l’une des priorités de François Hollande en 2015. C’est ce qu’a martelé le président de la République, lundi 5 janvier, au cours de la longue interview qu’il a accordée à France Inter. Le chef de l’Etat a posé les conditions de la réussite du sommet climatique de Paris...

Allemagne : privées de leur rente nucléaire, des communes cherchent à rebondir

Effet Fukushima, le gouvernement allemand décide en mars 2011 de débrancher le nucléaire d’ici à 2022. C'est la panique dans les communes hébergeant des centrales atomiques. Mises au pied du mur, elles n’ont d’autre choix que de s’adapter et de trouver des ressources pour regagner leur...

Allemagne : le charbon entache le développement des énergies renouvelables

La transition énergétique allemande, l’Energiewende, semble piégée : les énergies renouvelables progressent… les émissions de CO2 tout autant. Au point que le baromètre du cabinet McKinsey – qui mesure les progrès de la transition énergétique outre-Rhin – en conclut que l’Allemagne ne...

Production électrique mondiale : le nucléaire deux fois plus faible que les énergies renouvelables

Le nucléaire a cristallisé les débats lors de l’examen du projet de loi sur la transition énergétique à l’Assemblée nationale la semaine dernière. Un sujet sensible pour la France où cette énergie fournit 75 % de l’électricité. Pourtant, si l’on examine la part de l’atome dans le mix...

Etats-Unis : où stocker les déchets nucléaires à haute valeur radioactive ?

Les Etats-Unis ne possèdent aucun site pour enfouir les déchets nucléaires les plus radioactifs, qui sont entreposés le plus souvent aux abords des centrales. Un projet de stockage de ces déchets est dans les cartons, celui du centre d’enfouissement à Yucca Mountain, dans le Nevada. Mais...

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Centrale nucleaire Zaporijia Ukraine Ralf1969

Guerre en Ukraine : Les craintes autour de la centrale de Zaporijia peuvent-elles freiner le développement du nucléaire ?

Occupée par la Russie depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, la centrale de Zaporijia, au sud du pays, est au cœur des préoccupations. Elle est utilisée comme une arme de guerre et fait régulièrement l’objet d’attaques. De quoi interroger la sûreté des installations nucléaires dans un tel...

Exercice incident nuclaire centrale de zaporijia ukraine DIMITAR DILKOFF AFP

Guerre en Ukraine : Des experts attendus dans la plus puissante centrale européenne pour éviter une catastrophe nucléaire

Plusieurs experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sont en route vers la centrale de Zaporijia, située dans le sud de l’Ukraine, la plus puissante d’Europe. Au cœur du conflit, cette installation occupée par les Russes depuis le début de l'invasion, est régulièrement visée par...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Corrosion, changement climatique, retraitement… Voici les cinq risques auxquels est confronté le nucléaire

Le nucléaire est l'un des axes privilégié par Emmanuel Macron sur le plan énergétique. Le président réélu a opéré une volte-face sur le sujet. Alors qu'il souhaitait fermer une douzaine de réacteurs d'ici 2035, au début de son premier quinquennat, il vise désormais la construction de six nouveaux...

Incendie centrale nucleaire ukraine ZAPORIZHZHIA NUCLEAR AUTHORITY AFP

"Terreur nucléaire" en Ukraine après le contrôle par l'armée russe de la plus puissante centrale européenne

C'est inédit. Jamais un pays aussi nucléarisé que l'Ukraine n'avait été au cœur d'un conflit aussi important. Après avoir bombardé la plus grande centrale nucléaire d'Europe, à l'origine d'un incendie sur un bâtiment mais sans fuite radioactive, l'armée russe a pris le contrôle du site. Après cette...