Publié le 01 juin 2018

ÉNERGIE

La centrale de Fessenheim gagne un sursis, alors que l'EPR de Flamanville connaît un nouveau retard

EDF a annoncé jeudi un possible nouveau retard de "quelques mois" du démarrage de l'EPR de Flamanville, attendu jusqu'ici fin 2018, ce qui pourrait repousser la fermeture de la centrale de Fessenheim à l'été 2019.

Le réacteur EPR de Flamanville ne devrait pas démarrer avant mi-2019.
@EDF

EDF avait annoncé en avril avoir constaté des "écarts de qualité" sur des soudures de la tuyauterie du réacteur nucléaire. Ils concernent les tuyauteries du circuit secondaire principal, qui relient le générateur de vapeur et la turbine qui produit l'électricité.

EDF indique que "les échanges avec l'Autorité de sûreté nucléaire vont se poursuivre encore quelques semaines" et que "les conséquences sur le planning et le cas échéant, sur le coût du projet Flamanville 3 seront précisées à cette échéance".

"Un décalage de quelques mois du démarrage du réacteur EPR de Flamanville 3 faisant partie des hypothèses envisagées, EDF se met en situation de poursuivre l'exploitation des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim jusqu'à l'été 2019", indique l'électricien dans un communiqué.

Le gouvernement prend acte de la décision

La doyenne des centrales françaises, située dans le Haut-Rhin, ne peut pas fonctionner après la mise en route de Flamanville en vertu d'une loi qui plafonne la capacité nucléaire française.

"Je prends acte de l'annonce d'EDF qui se prépare à poursuivre l'exploitation de Fessenheim jusqu'à l'été 2019", a réagi le secrétaire d'État à la Transition écologique Sébastien Lecornu.

"La fermeture de Fessenheim est actée, irréversible et c'est désormais à EDF de préciser le calendrier et de communiquer en toute transparence", a-t-il ajouté dans une déclaration à l'AFP.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Reacteurs nucleaire EPR Taishan Chine EyePress News EyePress via AFP

L’incident sur l’EPR chinois à Taishan pourrait avoir des conséquences sur le nucléaire en France

Un incident survenu sur une centrale chinoise dans le sud du pays, à Taishan, met le nucléaire français en émoi. C’est sur un réacteur tricolore de type EPR que l’anomalie et une légère hausse de radioactivité ont été enregistrées. Un coup dur pour la Chine qui veut montrer un haut niveau de sûreté...

La France lance une grande offensive nucléaire, soucieuse de son avenir énergétique

Tandis que le Haut-Commissaire François Bayrou presse la France de préserver son nucléaire, Emmanuel Macron écrit à la Commission européenne pour intégrer l’atome dans les plans de neutralité carbone de l’Union. Sans une telle prise en compte, la France peinera à financer de nouveaux réacteurs...

Logo EDF nucleaire AlainJocard AFP

L’ASN prête à autoriser la prolongation de la vie des réacteurs nucléaires à 50 ans mais sous conditions

Ça y est ! EDF a l’autorisation théorique de prolonger la durée de vie de ses plus anciens réacteurs nucléaire de 40 à 50 ans. Reste que les visites décennales de chaque réacteur seront soumises à des conditions spécifiques en matière de sécurité des réacteurs, des résistances aux agressions...

Visite Creusot nucleaire Framatome Emmanuel macron LaurentCipriani Pool AFP

Pour Emmanuel Macron, l’avenir de l’atome en France passe par le nucléaire militaire

Emmanuel Macron voulait apporter des gages de pérennité et des perspectives à la filière nucléaire, à l’occasion d’une visite dans une usine emblématique de cette industrie mardi 8 décembre. S’il ne s’est pas engagé sur la construction de nouveaux réacteurs ou la prolongation du parc existant, il a...