Publié le 09 octobre 2021

ÉNERGIE

Fusion nucléaire : l'aimant le plus puissant du monde en route pour le réacteur Iter

La fusion nucléaire progresse en France. Le réacteur Iter, en construction dans le sud du pays, vient d'accueillir une pièce essentielle à son fonctionnement. Il s'agit de la première partie d'un gigantesque aimant, annoncé comme le plus puissant au monde. Iter devrait atteindre sa pleine puissance en 2035. 

Premier aimant Iter fusion nucleaire ITER
Le premier des six éléments de l'électroaimant d'Iter est arrivé à Cadarache.
@Iter

Alors que des sauts technologiques sont franchis sur la fusion nucléaire en Chine et aux États-Unis, l’assemblage d’Iter, le plus grand démonstrateur industriel de cette technologie, accueilli à Cadarache en France, avance lui aussi rapidement. Une pièce clé du réacteur vient d’arriver sur place.

D’un poids de 1 000 tonnes et de la taille d'un immeuble de sept étages, la première pièce d'un gigantesque aimant, annoncé comme le plus puissant au monde, est arrivée sur site. Cet aimant appelé "Central Solenoid" constitue un jalon majeur d'Iter. Fabriqué par General Atomics en Californie, il est le premier des six modules qui doivent équiper le réacteur au plus tard en 2024.

300 000 fois le champ magnétique terrestre

L'aimant supraconducteur sera placé au cœur du réacteur à fusion tokamak, une immense chambre magnétique en forme d'anneau où la température pourra atteindre 150 millions de degrés. En chauffant, les atomes d’hydrogène composant le plasma entreront en collision et occasionnellement fusionneront pour donner naissance à des atomes d'hélium plus lourds, ce qui dégagera une énergie colossale. Cela reproduit la réaction qui se passe au cœur du Soleil, sans aucun déchet dangereux. 

Le champ magnétique créé par les aimants, 300 000 fois plus puissant que le champ magnétique terrestre, permettra de confiner le plasma dans l'enceinte, pour éviter qu'il n'entre en contact avec les parois et ne refroidisse. Mais plus son volume augmente, plus il est difficile de le stabiliser. Or, Iter prévoit d'injecter un volume encore jamais atteint de 830 mètres cubes de plasma (l’équivalent d’un tiers d’une piscine olympique). La première production de plasma devrait intervenir en 2026 et Iter devrait atteindre sa pleine puissance en 2035.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Logo EDF nucleaire AlainJocard AFP

L'État contraint EDF à contenir la facture d'électricité des Français et lui ajoute une difficulté de plus

Une semaine noire pour EDF. Après l'annonce de nouveaux retards de livraison de son réacteur EPR et le prolongement de la mise à l'arrêt d'importants réacteurs nucléaires, l'État impose désormais à l’électricien la vente de plus d'électricité à bas prix à ses concurrents. Si l’objectif est de...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Le nouveau retard de Flamanville inquiète quant au pari nucléaire du gouvernement

Le réacteur EPR de nouvelle génération de Flamanville est encore repoussé de quelques mois. En chantier depuis 2007, il devait entré en service en 2012 mais il multiplie les déboires et les surcoûts. De quoi inquiéter alors que le président Emmanuel Macron a dit envisager de construire six nouveaux...

Centrale nucleaire de Chooz EDF

Europe : le gaz et le nucléaire brouillent le message de la taxonomie, LE référentiel d’activités vertes

Les si chères énergies que sont le gaz et le nucléaire se sont in extremis invitées dans les projets verts européens de 2022. Le texte qui prévoit de les intégrer à la taxonomie, le référentiel des activités favorables aux objectifs environnementaux de l’Union, a été publié le 31 décembre. Il ouvre...

Emmanuel Macron allocution ADRIEN FILLON HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le cap nucléaire d’Emmanuel Macron pourrait déstabiliser le Green Deal européen

En pleine COP26, le président français a annoncé lors de son allocution du 9 novembre sa volonté de relancer "la création de réacteurs nucléaires pour garantir la souveraineté électrique de la France" et "atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050". Cette stratégie nationale n’est pas celle...