Publié le 11 février 2022

ÉNERGIE

Énergie : Emmanuel Macron annonce une "renaissance du nucléaire français"

Emmanuel Macron, en déplacement à Belfort jeudi 10 février pour présenter sa stratégie énergétique, a fait le choix de la réindustrialisation du pays et de la technologie, en l'occurrence, le nucléaire. Il annonce le lancement de six nouveaux EPR, le premier entrant en service en 2035 et laisse la porte ouverte à la construction de huit réacteurs supplémentaires. Le Président a également détaillé ses perspectives en matière de renouvelables, misant surtout sur l'éolien en mer et le solaire. 

Emmanuel Macron usine GE Belfort strategie energetique 2050 100222 capture d ecran elysee
Le président Emmanuel Macron s'est exprimée depuis l'usine General Electric de Belfort, dont une partie des activités nucléaires et en particulier ses turbines, va être rachetée par EDF.
@Elysée (capture d'écran)

"La France, par la stratégie dont elle se dote, fait le choix du progrès, de la confiance en la science et en la technologie. La France fait le choix du climat, en se donnant les moyens d'atteindre ses objectifs de réductions des émissions de gaz à effets de serre, et d'être une des plus grandes nations à sortir de sa dépendance aux énergies fossiles. La France fait le choix de l'industrie et de l'emploi" a déclaré Emmanuel Macron, en déplacement à Belfort jeudi 10 février, pour présenter sa feuille de route énergétique.

Alors que le gestionnaire du réseau électrique RTE avait présenté, en octobre dernier, six trajectoires de décarbonation d’ici 2050, incluant plus ou moins de renouvelables ou de nucléaire, Emmanuel Macron semble avoir opté pour celle qui contient le plus de nucléaire (50 % du mix énergétique) et le moins de renouvelables (50% du mix énergétique) sans qu'il n'ait toutefois confirmé ces seuils. Son allocution doit ainsi marquer "la renaissance du nucléaire français" après une période "de glaciation suite à l’accident de Fukushima" a-t-il expliqué.

Le Président a annoncé la construction sur le territoire de six EPR2 (EPR de deuxième génération plus simple et moins coûteux que l’EPR de Flamanville actuellement en construction) et le lancement d’études de mises en chantier pour huit EPR2 additionnels. La mise en service du premier réacteur est prévue pour 2035, a-t-il annoncé. Il devrait être construit sur la centrale existante de Penly, en Seine-Maritime, selon EDF.

"Technologie incertaine"

Emmanuel Macron a également annoncé le "prolongement de tous les réacteurs nucléaires actuellement en service qui peuvent l’être sans rien céder sur la sûreté, au-delà de 50 ans". Une volte-face par rapport aux objectifs d'en fermer une douzaine d'ici 2035. Il lance en outre un appel à projet d’un milliard d’euros pour "faire avancer les petits réacteurs modulaires de type SMR et des réacteurs innovants qui produisent moins de déchets". Au total, ces décisions devraient aboutir à la mise en service de "25 gigawatts de nouvelles capacités nucléaires d'ici à 2050", contre 60 GW pour le parc nucléaire existant.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. "Une décision unilatérale, un calendrier aberrant, un financement absent, le tout sur une technologie incertaine, voilà le résumé de cette annonce irresponsable" commente Nicolas Nace, de Greenpeace France. L’ONG demande un moratoire sur le chantier de l’EPR de Flamanville, qui accuse plus de dix ans de retard et présente une facture multipliée par quatre. Du côté de Yannick Jadot, le candidat d’EELV, on dénonce l'argument selon lequel le nucléaire serait synonyme "d'indépendance énergétique": "Il ne m'a pas semblé qu'on avait encore des mines d'uranium dans notre pays, l'uranium, on va l'extraire au Niger, au Kazakhstan, en Ouzbékistan", a affirmé le candidat écologiste.  

Le solaire et l'éolien en mer en priorité

Si Emmanuel Macron a fait le choix d’une relance du nucléaire, il estime que la décarbonation de notre mix énergétique ne pourra pas se faire sans les énergies renouvelables, "le seul moyen de répondre à nos besoins électriques immédiatement" a-t-il dit, tout en reconnaissant le retard pris par la France. Le chef de l’État met la priorité sur le solaire, "qui s’intègre plus facilement dans le paysage". Il prévoit de multiplier par dix la puissance actuelle pour dépasser les 100 gigawatts (GW) d’ici 2050, avec un "équilibre entre des installations au sol et sur toitures."   

Il mise également sur l’éolien en mer, avec une cinquantaine de parcs d’ici 2050 pour une puissance de 40 GW. "Cela passe par une planification maritime des zones de développement en concertation notamment avec les pêcheurs" a-t-il déclaré. Enfin, sur l’éolien terrestre, qui concentre actuellement le plus de critiques, il affiche des objectifs volontairement "moins ambitieux" avec un doublement de la puissance actuelle non plus d'ici 2030 mais d’ici 2050, soit 37 GW. Le scénario RTE le plus favorable au nucléaire (N03) prévoit 70 GW de solaire, 22 GW d'éolien en mer et 43 GW d'éolien terrestre en 2050.  

Le Président de la République a enfin accordé une large place dans son discours à la baisse de la consommation d’énergie - c’était même son propos introductif - avec l'objectif de la réduire de 40 % en trente ans. Cela passe selon lui par la rénovation des logements, l’électrification du parc automobile, la décarbonation de l’industrie ou encore l’hydrogène décarboné, "et non pas en pratiquant la privation, l’austérité énergétique" a-t-il tenu à préciser. Le choix de la sobriété est clairement écarté, au profit d’une réindustrialisation, car si le mot a été lâché, certains experts ironisent sur le fait qu’il s’agissait seulement d’une confusion avec l'efficacité énergétique. Une large concertation publique sur l'énergie est annoncée au second semestre 2022.           

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Frugalité ou technologie : la neutralité carbone impose un choix de société

Pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, plusieurs voies sont possibles. L'Ademe en a identifié quatre. Au-delà du débat actuel sur le nucléaire, ces scénarios imposent un choix de société : celui de cheminer vers de nouveaux modes de vie beaucoup plus sobres en énergie ou de...

Avec ou sans nucléaire, il faudra développer massivement les énergies renouvelables pour atteindre la neutralité carbone

Le gestionnaire du réseau électrique français RTE a présenté ce lundi 25 octobre six trajectoires de décarbonation d’ici 2050. Afin de se passer totalement des énergies fossiles tout en garantissant la sécurité d’approvisionnement, les énergies renouvelables devront couvrir au minimum 50 %...

La France continue de miser sur le nucléaire malgré les déboires de la filière

Dans son plan France2030, Emmanuel Macron a annoncé vouloir investir un milliard d'euros dans le nucléaire et notamment dans les petits réacteurs nucléaires (SMR, small modular reactor), plus agiles que les réacteurs classiques. Mais beaucoup critiquent ce choix alors que la filière...

Aller vers 100 % d’énergie renouvelable en 2050, c'est techniquement possible

L'objectif de neutralité carbone visé par la France en 2050 repose en partie sur le développement d'une énergie non carbonée. Pour cela, le pays mise sur le développement des énergies renouvelables. Dans un rapport très attendu remis le 27 janvier, le gestionnaire du Réseau de Transport...

Transition énergétique : l’enjeu désormais incontournable de la sobriété

"Retour à la bougie", "modèle amish", "dogme". La sobriété énergétique est encore aujourd'hui victime de nombreux clichés. Longtemps fer de lance de l'association NégaWatt, la notion de sobriété s'immisce désormais jusque dans les rapports des institutions de référence, comme le...

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Centrale nucleaire de penly dieppe seine maritime LOU BENOISTAFP

Après les renouvelables, le gouvernement accélère sur le nucléaire : un agenda à marche forcée dénoncé par les ONG

Le gouvernement entend présenter courant octobre un projet de loi pour accélérer sur le nucléaire, deuxième pilier de la stratégie énergétique portée par Emmanuel Macron, avec les énergies renouvelables. L'objectif est de poser la première pierre du futur EPR avant 2027. Mais pour les ONG, ce...

Centrale nucleaire Zaporijia Ukraine Ralf1969

Guerre en Ukraine : Les craintes autour de la centrale de Zaporijia peuvent-elles freiner le développement du nucléaire ?

Occupée par la Russie depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, la centrale de Zaporijia, au sud du pays, est au cœur des préoccupations. Elle est utilisée comme une arme de guerre et fait régulièrement l’objet d’attaques. De quoi interroger la sûreté des installations nucléaires dans un tel...

Exercice incident nuclaire centrale de zaporijia ukraine DIMITAR DILKOFF AFP

Guerre en Ukraine : Des experts attendus dans la plus puissante centrale européenne pour éviter une catastrophe nucléaire

Plusieurs experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sont en route vers la centrale de Zaporijia, située dans le sud de l’Ukraine, la plus puissante d’Europe. Au cœur du conflit, cette installation occupée par les Russes depuis le début de l'invasion, est régulièrement visée par...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Corrosion, changement climatique, retraitement… Voici les cinq risques auxquels est confronté le nucléaire

Le nucléaire est l'un des axes privilégié par Emmanuel Macron sur le plan énergétique. Le président réélu a opéré une volte-face sur le sujet. Alors qu'il souhaitait fermer une douzaine de réacteurs d'ici 2035, au début de son premier quinquennat, il vise désormais la construction de six nouveaux...