Publié le 10 avril 2018

ÉNERGIE

EDF révèle des anomalies sur des soudures de l'EPR de Flamanville

Une nouvelle incertitude plane sur l’EPR en construction Flamanville (Manche). Alors que celui-ci doit démarrer début 2019, EDF a découvert des écarts sur des soudures du circuit secondaire principal. L’électricien ne peut pas encore dire dans quelle mesure le calendrier du chantier et le coût du réacteur seront impactés.

L'EPR de Flamanville doit entrer en service début 2019, avec sept ans de retard.
@EDF

Des "écarts de qualité" sur certaines soudures du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) ont été détectés fin mars, a annoncé mardi 10 avril, le groupe EDF, sans pouvoir encore se prononcer sur les conséquences en termes de calendrier et de coût.

Une expertise a été lancée pour analyser les causes et la nature de ces écarts, selon EDF. Elle permettra de définir les actions pour y remédier à proposer à l'Autorité de sûreté du nucléaire (ASN), a précisé le groupe dans un communiqué.

Suite aux écarts de qualité détectés, EDF a décidé de faire des "contrôles additionnels sur les 150 soudures concernées du circuit secondaire principal". L'expertise et l'ensemble des contrôles s'achèveront d'ici à la fin du mois de mai. "À l’issue de l'expertise en cours et de la démarche d'instruction qui sera retenue par l’ASN, EDF sera en mesure de préciser si le projet nécessite un ajustement de son planning et de son coût", précise EDF.

7 ans de retard

Pour l'heure, le démarrage est prévu à la fin de l'année, pour une mise en service commerciale en 2019, soit déjà sept ans de retard, pour un coût de 10,5 milliards d'euros, montant qui a déjà triplé par rapport à ce qui était initialement prévu. C'est lors de la "visite complète initiale", une étape réglementaire préalable à la mise en service de l'installation, que ces écarts ont été détectés.

"Conformément aux procédures industrielles", les soudures avaient déjà été contrôlées "par le groupement des entreprises en charge de la fabrication du circuit", qui les avait déclarées "conformes", "au fur et à mesure de leur réalisation", affirme EDF dans un communiqué.

"Les équipes d'EDF et leurs partenaires industriels sont pleinement mobilisés et poursuivent l’ensemble des autres activités de montage et d'essais de l’EPR de Flamanville, notamment les essais d'ensemble", assure EDF, qui ajoute que la conception et l'étanchéité du bâtiment réacteur ont été récemment validés.

En cours depuis 2007, le chantier de l'EPR a connu de nombreux déboires, en raison notamment d'anomalies découvertes sur la composition de l'acier du couvercle et du fond de la cuve. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) exige que le couvercle de la cuve soit remplacé avant la fin 2024. L'EPR est un réacteur de troisième génération, conçu pour offrir une puissance et une sûreté améliorées.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

[Décryptage] Pourquoi la chute du réacteur nucléaire EPR ne devrait réjouir personne

Le nouveau retard de l’EPR, qui ne devra pas démarrer avant 2022 au mieux, est un terrible coup de boutoir pour EDF et pour tout le programme de nouveau nucléaire en France. Mais c’est aussi une très mauvaise nouvelle pour la politique climatique française. Car sans la puissance de l’EPR et alors...

Le nouveau retard annoncé sur l’EPR de Flamanville met la pression sur de futurs réacteurs nucléaires en France

L’EPR de Flamanville est confronté à des écarts de qualité sur des soudures découvertes il y a plus d’un an. La remise en conformité de celles-ci est clé pour EDF afin de mettre en service le réacteur avant 2021, date à laquelle le gouvernement prendra des décisions sur l'opportunité de construire...

Pour l’Agence internationale de l’énergie, le déclin du nucléaire est un obstacle à la lutte contre le changement climatique

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a plaidé mardi 28 mai pour des mesures de soutien à l'énergie nucléaire, s'inquiétant des conséquences de son déclin sur les émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui l’atome compte pour 10 % du mix électrique planétaire, mais sa part est en recul.

La centrale nucléaire de Three Mile Island, où a eu lieu le troisième plus grave accident nucléaire, va fermer

40 ans après le plus grave accident nucléaire des États-Unis, le réacteur restant de la centrale de Three Mile Island va définitivement fermer ses portes en septembre prochain. Les élus locaux ne sont pas parvenus à sauver cette installation en perte, malgré son impact sur l’emploi et les émissions...