Publié le 01 avril 2021

ÉCONOMIE

Huile de palme : les opposants à la raffinerie Total de La Mède obtiennent une victoire partielle

Trois ans après le recours déposé par des associations écologistes face à l'autorisation d'exploitation donnée à la bioraffinerie de la Mède, les ONG ont partiellement obtenu gain de cause devant le tribunal administratif. Ce 1er avril, Total a été sommé de revoir son étude d'impact pour intégrer l'impact sur le climat lié à l'importation d'huile de palme et la déforestation. Cependant, les associations n'ont pas obtenu l'annulation complète de l'autorisation d'exploitation.

Total la mede
Le site de bioraffinerie de la Mède est en activité depuis juillet 2019.
Total

C’est acté : six associations écologistes, dont Greenpeace, ont remporté jeudi une victoire partielle devant la justice contre le groupe Total, en le contraignant à revoir son étude d'impact de l'utilisation d'huile de palme importée d'Asie dans sa raffinerie de La Mède, près de Marseille. Les associations dénonçaient le recours à de l'huile de palme importée de Malaisie et d'Indonésie, qui alimente la déforestation. 

Sur le fond de la demande, la juridiction administrative a donné neuf mois au préfet des Bouches-du-Rhône pour "faire compléter l'étude d'impact" par Total. Le tribunal a en effet estimé jeudi que l'autorisation d'exploiter était "entachée d'une insuffisance de l'étude d'impact du projet", mais "uniquement" concernant "ses effets sur le climat, compte tenu de l'utilisation de quantités très substantielles d'huile de palme et de ses dérivés". Il souligne que "le recours à cette matière première est particulièrement nocif pour l'environnement".  La compagnie a quant à elle fait valoir que les huiles achetées "répondent aux critères de durabilité fixés par l'Union européenne

La bioraffinerie de La Mède peut poursuivre son activité

Les demandeurs n'ont cependant pas obtenu l'annulation complète de l'autorisation d'exploitation reçue par la compagnie pétrolière française en 2018. Dans un communiqué, le groupe Total a pris acte de ce jugement, constatant qu'il "permet à la bioraffinerie de La Mède de poursuivre son exploitation".

Cependant, le tribunal administratif a partiellement annulé l’autorisation d’exploitation. Il a exigé que celle-ci fixe une limite "suffisamment précise" aux quantités d'huile de palme utilisables à La Mède. Si Total s'est engagé à limiter à 300 000 tonnes par an son recours à cette matière première, "l'arrêté contesté permet potentiellement l'usage de 450 .000 tonnes d'huile de palme par an", reproche la juridiction marseillaise.

Contactée par l'AFP, Greenpeace s'est déclarée "plutôt satisfait" de cette décision, même si, selon elle, les irrégularités constatées "auraient pu justifier une annulation complète de l'arrêté préfectoral". Cependant, pour Laura Monnier,  "cette demande d'une révision de l'étude d'impact, qui prenne en compte l'impact sur le climat et pas seulement autour du site de La Mède, c'est quand même une petite révolution".

La rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Manifestation climat Lyon 28 septembre NICOLAS LIPONNE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Loi climat : sept points chauds qui seront au cœur des débats à l'Assemblée Nationale

Un an et demi après le lancement de la Convention citoyenne pour climat, le projet de loi Climat et résilience, issu des propositions des 150 citoyens tirés au sort, débarque à l'Assemblée Nationale. À partir de ce lundi 29 mars et jusqu'au 18 avril, les députés seront chargés de statuer sur les 69...

Manifestation marche pour le climat paris Concepcion Alvarez

Un appel à marcher pour une "vraie" loi climat dimanche 28 mars

À la veille de l'examen de la loi Climat et résilience à l'Assemblée Nationale, les membres de la Convention citoyenne pour le climat et plus de 400 organisations organisent dimanche 28 mars une marche en faveur d'une "vraie" loi climat. Parallèlement, 225 personnalités politiques ont publié le 26...

IStock Chinnapong code environnement

La création d'un "Défenseur de l’environnement" pourrait être inscrite dans la loi Climat et Résilience

Alors que la préservation de l'environnement devient omniprésente dans les débats à travers l'étude de la future loi climat et résilience, l'objectif est parallèlement de pouvoir garantir le respect et la compréhension des mesures à venir. Dans ce but, le gouvernement étudie la mise en place d'un...

Assemblee nationale hemicycle plein vue panoramique

Referendum : l'Assemblée Nationale veut "garantir" la protection de l'environnement dans l’article 1er de la Constitution

La tenue du référendum pour "garantir" la protection de l'environnement dans l'article 1er de la Constitution vient de franchir une nouvelle étape. Sans surprise, l'Assemblée Nationale a voté le 16 mars en faveur du projet de loi. Mais rien n'est encore gagné : le Sénat doit encore valider l'article...