Publié le 27 octobre 2014

ISR / RSE

Big data : le top 5 des enjeux éthiques

Le big data est sur toutes les lèvres. Ces gigantesques volumes de données numériques que doivent désormais gérer les entreprises posent question : comment les organisations peuvent-elle exploiter cet outil de croissance dans un cadre responsable ? Zoom sur le top5 des enjeux éthiques du big data.

serveur informatique appartenant a la societe Orange
Serveurs informatiques appartenant à Orange. En mai 2014, l'entreprise s’est faite dérober les données de plus d’un million de clients.
© Stéphane Foulon pour Orange

Enjeu n° 1 : la sécurité des données

 

C’est l’un des principaux enjeux du big data. Les entreprises, aussi avancées soient-elles en matière de systèmes d’information, ne sont pas à l’abri d’un piratage de leurs données par des "hackers" qui sont, eux aussi, à la pointe dans le domaine. Le récent piratage dont Orange a fait l’objet est encore cuisant: l’opérateur s’est fait voler les données personnelles de 1,3 million de clients en mai dernier. La meilleure prévention pour ce type de risque, c’est la technologie elle-même, comme l’explique Paul-Olivier Gibert, président de Digital & Ethics, un cabinet spécialisé dans la déontologie numérique et l’éthique des affaires: "De nouveaux systèmes de sécurité se développent. D’ici 5 à 10 ans, c’est la donnée elle-même qui portera sa propre sécurité."

 

Enjeu n° 2 : la maîtrise des données

 

Aujourd’hui, la course à la collecte d’informations conduit certains secteurs à confier la gestion des mégadonnées à des tiers. Dès lors se pose la question de la relation directe de l’entreprise avec ses clients. Le secteur du voyage en est en bon exemple: les comparateurs de prix de billets d’avion et les sites de réservation d’hôtels comme Booking détiennent davantage d’informations sur les voyageurs que les compagnies aériennes ou les hôtels. "Dans l’hôtellerie, l’assurance et le transport sont apparus des intermédiaires qui récupèrent les informations pour faciliter la décision d’achat des consommateurs. Or, c’est loin d’être neutre: il existe un fort enjeu d’usage. La preuve: les compagnies aériennes font des plans sociaux, pas les courtiers en ligne", argumente le président de Digital & Ethics. En d’autres termes, la donnée revêt une valeur capitale pour les entreprises. La confier à des tiers représente un risque en termes d’emplois...

 

Enjeu n° 3 : le respect de la vie privée

 

En France, la Commission nationale de l’information et des libertés (CNIL) se montre très vigilante sur ce point. Elle a émis des recommandations pour que les entreprises s’assurent d’une gestion éthique des données. Selon Digital & Ethics, le cadre n’est cependant pas optimal, car "la législation que doit faire appliquer la CNIL a été conçue à une époque où le big data n’existait pas et elle n’est pas pleinement adaptée à cette nouvelle réalité". Mais un projet de règlement européen se prépare à Bruxelles qui devrait donner un cadre précis qui réponde davantage aux enjeux actuels.

 

Enjeu n° 4 : l’analyse prédictive

 

Les algorithmes prédictifs représentent un enjeu-clef, en particulier pour les secteurs de la santé et de l’assurance. La technologie permettra d’aller de plus en plus loin dans l’analyse prédictive, imposant aux organisations et aux personnes de définir des limites acceptables. Dans le secteur de la distribution, Amazon est souvent cité comme un précurseur en matière d’analyse des données. En janvier 2014, The Wall Street Journal  a révélé que la firme américaine avait déposé un brevet sur un système qui anticipe les commandes des clients grâce à une très fine analyse des données d’achat, et d’autres informations (liste de souhaits, rendement du client, temps passé par le curseur sur tel produit...). Autre exemple dans le secteur public: aux Etats-Unis, la police de Memphis utilise un logiciel qui analyse toutes les données liées à la criminalité, afin de calculer où et quand les crimes ont le plus de probabilité d’être commis.

 

Enjeu n° 5 : les modèles internes d’organisation

 

La donnée numérique est tellement valorisée dans les entreprises que de nouveaux métiers émergent, à l’instar de la fonction de "data scientist", pour désigner l’expert de la donnée. "Les questions qui vont se poser sont: qui produit la valeur ? Quelle est la place de cette personne dans l’entreprise ? Les personnes qui ont pour mission de faire parler les données vont avoir un poids croissant dans les entreprises", explique Paul-Olivier Gibert. Avec le big data, c’est toute l’organisation des ressources, du travail et des pratiques managériales qui vont évoluer. Les fonctions RH et RSE (responsabilité sociétale des entreprises) doivent anticiper cette révolution. Surtout, les nouveaux métiers liés à la data vont créer de nouvelles dynamiques de pouvoir dans les entreprises.

Céline Oziel
© 2016 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Cet article vous a plu ?

Recevez, deux fois par semaine,
les dernières infos de Novethic

Ou sélectionnez la ou les thématiques
qui vous intéressent
pour recevoir une alerte

Suivez-nous