La pandémie mondiale de Covid-19 a secoué d’un électro-choc l’industrie pharmaceutique. La course aux vaccins a illustré à la fois la dépendance continue à ces grandes sociétés multinationales et leur fragilité, alors qu’après des années de rationalisation leur capacité d’innovation pour répondre au défi sanitaire a parfois semblé limitée – heureusement palliée par le soutien illimité des États et les trouvailles de biotechs de pointe. Un test grandeur nature de la capacité du secteur à répondre à ce qui reste sa mission sanitaire et sociale.

La transformation du modèle économique

Cette étude revient sur l’ultra financiarisation du secteur pharmaceutique dont la rentabilité est passée de 10 % en 1980 à 22,9 % en 2015. Les grands laboratoires font profiter aux actionnaires cette forte hausse de rentabilité, au détriment des travailleurs et des malades. Sur les 1 000 milliards de profits réalisés depuis 1999, 90 % ont été réservés aux actionnaires. Ce changement de modèle des grands laboratoires les a amenés à délaisser les maladies rares ou peu rentables et à réduire les investissements sur les enjeux de santé publique mondiaux.

La matérialité des risques pour les entreprises et investisseurs

Vous trouverez dans cette étude un panorama de risques entourant le secteur pharmaceutique et ses pratiques particulières. Par exemple, la Recherche & Développement a été fortement décentralisée par les laboratoires qui opèrent une stratégie de fusions-acquisitions massive. Ainsi, ils récupèrent un travail de recherche réalisé par des start-ups spécialisées perdant toute compétence de recherche en interne. Autres sources d’inquiétudes, les objectifs de mise sur le marché toujours plus rapide et un marketing agressif cachant une partie des risques majeurs d’un médicament… À cela vient s’ajouter le risque sanitaire qui augmente en parallèle du risque de gouvernance. Enfin, les laboratoires font face à de plus en plus de poursuites juridiques pouvant avoir de lourds impacts financiers.

La notation ESG et l’engagement, clefs de la résilience

Cette étude comprend enfin une analyse des perspectives qu’apporte la notation ESG dans le secteur pharmaceutique. Part des investissements dans la R&D, analyse de tarification, accès aux médicaments, vérification de corruption et pratiques illicites… Les investisseurs peuvent se servir de critères concrets pour analyser les entreprises et sélectionner les mieux placées pour gérer les risques et les pressions réglementaires. Par ailleurs, l’étude évalue l’impact de la crise du Covid-19 et les engagements que doivent prendre les laboratoires dans la prévention des futures épidémies.

2,3 Mds $
Amende de Pfizer pour ses pratiques commerciales mensongères en 2009.

15%
Ce que la Recherche & Développement représente pour le CA des laboratoires en 2021.

25%
Ce que le marketing représente en pour le CA des laboratoires en 2021.

Découvrir l'intégralité de cette étude

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Déjà abonné ? Se connecter
Vous avez aussi la possibilité de l’acheter à l’unité.

Acheter l’étude

Accédez au contenu de l’étude en quelques clics.

S’abonner À partir de 250 €/an

Rejoignez la communauté Novethic en choisissant l’offre qui vous correspond.