Publié le 25 mars 2020

POLITIQUE

1200 dollars par habitant, interdiction des bonus, pas de licenciement...Les États-Unis face au coronavirus

Les sénateurs démocrates et républicains ont obtenu un accord d’un montant historique pour renflouer une économie mise à terre par l’épidémie de coronavirus. 1200 dollars de crédit d’impôt pour les contribuables, prêts pour les PME, renflouement des entreprises en difficulté… En tout, le législateur américain met 2000 milliards de dollars sur la table.

Capitole USA senat congres CCO
Les sénateurs américains se sont mis d'accord sur un plan de sauvetage de l'économie de 2000 milliards de dollars.
@CCO

C’est un plan de relance à 2000 milliards de dollars sur lequel viennent de se mettent d’accord les sénateurs américains, l'équivalent de 80 % du PIB français. Un niveau "historique", selon Mitch McConnell, le leader de la majorité républicaine du Sénat. "C’est un niveau d’investissement dans notre nation de temps de guerre", dit-il. Ce plan de sauvetage doit permettre de redonner un peu d’oxygène à l’économie, fortement menacée par la crise du coronavirus.

Les citoyens américains pourraient ainsi recevoir jusqu’à 1200 dollars de la part de l’administration américaine pour leur permettre de passer la crise, auxquels pourraient s’ajouter 500 dollars par enfant. Ce chèque devrait prendre la forme d’un crédit d’impôt basé sur les revenus de 2018. Il sera par ailleurs octroyé sous condition de ressources : ceux gagnant moins de 75 000 dollars annuels le percevrait en entier, ceux gagnant entre 75 et 99 000 dollars verraient le montant se réduire progressivement, pour s’éteindre complètement au-delà de 99 000 dollars de revenus annuels.

Le plan prévoit par ailleurs d’étendre la période d’assurance-chômage de quatre mois pour les personnes ayant perdu leur emploi du fait de la pandémie.

Aides avec contrepartie

Du côté des entreprises, le législateur américain sort là-aussi l’artillerie lourde. Pour les PME, une enveloppe de prêts de 350 milliards de dollars est prévue, pour les aider à passer la crise. Ces prêts ne sont pas sans condition. Ces petites entreprises doivent s’engager à ne pas licencier leurs salariés et à payer leurs salaires jusqu’à ce que leur activité reprenne.

Un fonds de 500 milliards de dollars, dont 50 milliards pour les compagnies aériennes, devrait par ailleurs voir le jour, pour renflouer les entreprises en difficulté. Ce fonds a fait l’objet de batailles entre démocrates et républicains, les démocrates voulant imposer une supervision stricte de l’attribution des fonds. Ils ont fini par obtenir gain de cause. Son fonctionnement sera supervisé par un inspecteur général et par un panel de cinq personnes nommées par le Congrès.

Les entreprises renflouées devront par ailleurs se montrer plus raisonnables avec leur argent. En contrepartie de l’aide d’État, elles ne devraient pas avoir le droit de verser de bonus aux managers, ni de procéder à des plans de rachats d’action pour satisfaire leurs actionnaires. Ces mesures ont été obtenues par les sénateurs démocrates, qui ont également imposé l’interdiction pour les entreprises appartenant à la famille de Donald Trump, au vice-président Mike Pence et aux membres du gouvernement et Congrès, d’avoir accès aux aides publiques.

Ce compromis, obtenu dans la nuit du mardi 24 mars au mercredi 25 mars après de nombreux allers-retours entre républicains et démocrates, doit encore être validé par une loi. Celle-ci devrait passer devant le Sénat dans la journée du 25 mars, pour entrer en vigueur dans les prochains jours.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jacinda ardern MICHAEL BRADLEY AFP

Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise emblème d'une politique alternative, démissionne

Le parcours de Jacinda Ardern, la Première Ministre néo-zélandaise, aura cassé tous les codes politiques depuis le début. Élue par surprise en 2017 à 37 ans, elle aura dirigé le pays pendant six ans en assumant maternité, empathie avec la population, attitude exemplaire lors des attentats de...

Assaut contre les batiments du Congres de la Cour supreme et du palais presidentiel Brasilia janvier 2023 EVARISTO SA AFP

La prise éphémère des symboles démocratiques de Brasilia incarne les nouvelles batailles de l’extrême droite

Pendant quatre heures dimanche, les partisans de Jair Bolsanaro ont rejoué la prise du Capitole sous d’autres latitudes. Couverts de drapeaux brésiliens, ils ont pris d’assaut la place des Trois pouvoirs construite par Oscar Niemeyer, vandalisant au passage le Congrès, la Cour Suprême et le palais...

Montage photos tondelier ciotti bompard marseille dec 2022 AFP

Les changements à la tête de quatre partis politiques feront-ils plus de place à l'écologie dans le débat public ?

Quatre nouveaux dirigeants de partis politiques ont été désignés ce week-end. Élus par des militants, comme Marine Tondelier pour EELV et Eric Ciotti pour les Républicains ou désignés par les instances de leurs partis comme Manuel Bompard qui remplace Jean-Luc Mélenchon à la tête de la France...

Eva Kaili Parlement europeen CCO

Qatar 2022 : la compétition sportive n’a pas dissipé le parfum de corruption qui flotte jusqu’au Parlement européen

Les appels au boycott se sont taris face aux matches de football mais la corruption dénoncée depuis l’attribution de la Coupe du Monde poursuit ses ravages. Elle est à l’origine de l’interpellation de la vice-présidente grecque du Parlement européen vendredi. Eva Kaili, du parti S&D, s’était...