Publié le 30 mars 2022

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Total, Renault, Auchan… les entreprises priées de se doter d’une "politique étrangère"

Après des jours ou même des semaines de silence, ces trois entreprises ont finalement pris la parole pour expliquer leur choix de quitter ou de se maintenir en Russie. Le président Ukrainien, des ONG, des citoyens ou même des salariés les avaient sommés de "choisir leur camp". En effet, les entreprises sont désormais considérées comme des entités politiques dotées de valeurs qui doivent préciser leurs positions. Les outils de RSE peuvent les aider à instruire leur "politique étrangère".

Auchan AFP Russie
Un appel au boycott a été lancé contre le groupe Auchan qui a décidé de ne pas se retirer du marché russe.
@AFP NATALIA KOLESNIKOVA

"Les valeurs valent plus que les bénéfices", a lancé Volodomyr Zelensky devant les députés et sénateurs français. "Renault, Auchan (groupe Mulliez), Leroy Merlin et autres doivent cesser d’être les sponsors de la machine de guerre de la Russie", a ajouté le président Ukrainien. Peu après cette déclaration, Decathlon, une enseigne de la galaxie Mulliez avec Auchan et Leroy-Merlin, a décidé de suspendre ses activités en Russie, en raison de problèmes d’approvisionnement.

"Decathlon est amené à suspendre l’exploitation de ses magasins", affirme le groupe. À l'inverse, le PDG d'Auchan Retail International, Yves Claude, a défendu le maintien de ses activités en Russie. Le géant de l'agroalimentaire qui réalise 10% de ses ventes mondiales dans le pays présidé par Vladimir Poutine, "a un positionnement de discounter et nous pensons contribuer en période de forte inflation à protéger le pouvoir d'achat des habitants", se défend Yves Claude dans le JDD. 

Un argument que n’entend pas le gouvernement Ukrainien qui a appelé, dimanche 27 mars, à boycotter les magasins Auchan mais aussi Leroy-Merlin et Decathlon, tous détenus par le groupe Mulliez.

Les outils de RSE pour gérer ces risques

Des citoyens, des ONG, des salariés ou encore des syndicats avaient également appelé au boycott de grands groupes qui poursuivent leurs activités sur le sol russe. TotalEnergies et Renault en ont ainsi fait les frais. Des militants ont perturbé une table-ronde de TotalEnergies à laquelle participait son PDG tandis que deux ONG ont mis en demeure le groupe de cesser ses activités sur place. Ces pressions ont poussé Renault à annoncer la suspension de la production de ses usines en Russie, pourtant deuxième plus gros marché du géant français.

Ces questions "ne se posaient pas il y a 20 ans", affirme Daniel Lebègue qui a dirigé l'Observatoire de la RSE (ORSE) et présidé l'Institut français des administrateurs (IFA). "On a changé de monde", ajoute-t-il. La guerre en Ukraine accélère les mutations des entreprises et, plus que jamais, "l’anticipation, la prévention et la gestion des risques devient un volet essentiel dans le domaine de la RSE", explique-t-il. Les entreprises sont ainsi outillées pour gérer ces risques et se positionner. "Une entreprise peut s’appuyer sur le comité des sages pour prendre une décision", argumente Alexandre Menais, secrétaire général d’Atos, première entreprise du CAC 40 à avoir ancré sa raison d'être dans ses statuts.

La RSE "comporte une dimension géopolitique"

Le dirigeant affirme ainsi que "la RSE a fait progresser les organisations et offre un cadre et des règles pour permettre d’apporter des réponses aux nouveaux défis : aux questions des inégalités, de la destruction des ressources naturelles, à la restriction des libertés, des valeurs… Là où le capitalisme n’apporte pas toujours de réponses", martèle le responsable qui estime que la raison d’être d’une entreprise peut aussi guider sa prise de décision. Une boussole utile notamment quand les incitations sont fortes pour partir à la conquête de nouveaux marchés émergents, comme cela fut le cas pour la Russie ces dernières années.

Un point de vue partagé par le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, qui confie au micro de France Inter avoir demandé aux entreprises installées en Russie de dépasser le seul intérêt de leurs actionnaires et de s’appuyer sur leur "raison d’être" pour décider si elles devaient rester ou partir de Russie. "La raison d’être devrait inviter le plus souvent à partir. Car celle-ci engage l’entreprise à servir des enjeux sociaux et environnementaux ou à respecter les droits humains fondamentaux", défend Armand Hatchuel, Professeur en sciences de gestion, dans une tribune publiée dans le Monde.

Le principe pourrait aussi "les conduire à rester, notamment si celles-ci fournissent des services vitaux ou sont engagées à protéger des écosystèmes vulnérables", nuance-t-il. "En tout cas , il est de plus en plus clair que la responsabilité sociétale de l’entreprise comporte une dimension géopolitique à prendre en charge", souligne Patrick D’Humière, expert en Management Durable, dans une tribune. Une chose est sûre, les entreprises ne peuvent se passer d'une politique étrangère claire. 

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Capter l’attention de l’opinion publique pour stopper la guerre, en Russie comme à Paris !

Dans le brouhaha planétaire qui se multiplie à la nanoseconde sur les réseaux sociaux, la guerre en Ukraine s’est taillé une place à part. Elle a mobilisé l’attention internationale dans les pays qui ont accès à l’information et n’existe quasiment pas en Russie où l’information est...

Nestlé, Leroy Merlin, Auchan... Les appels au boycott se multiplient contre les entreprises qui restent en Russie

Les réseaux sociaux sont des armes puissantes de destruction de réputation ! Nestlé renommée Nazstlé est prise massivement à partie depuis que les dirigeants ukrainiens ont dénoncé la volonté du géant suisse de l’agro-alimentaire de rester en Russie. Le groupe Mulliez, très présent dans le...

Pourquoi TotalEnergies, de plus en plus isolée, s’accroche à la Russie

TotalEnergies est de plus en plus prise à partie pour sa présence en Russie. Des militants ont perturbé une table-ronde à laquelle participait son PDG tandis que deux ONG ont mis en demeure le groupe de cesser ses activités sur place, en s'appuyant sur son devoir de vigilance et le risque...

Guerre en Ukraine : Partir ou rester en Russie, le dilemme des entreprises confrontées à leurs responsabilités

Pour protester contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie, certaines entreprises décident de quitter le pays dirigé par Vladimir Poutine tandis que d’autres groupes maintiennent leurs activités. Poussés par leurs gouvernements, les premiers font éclater leur indignation face à la...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Auchan AFP Russie

Total, Renault, Auchan… les entreprises priées de se doter d’une "politique étrangère"

Après des jours ou même des semaines de silence, ces trois entreprises ont finalement pris la parole pour expliquer leur choix de quitter ou de se maintenir en Russie. Le président Ukrainien, des ONG, des citoyens ou même des salariés les avaient sommés de "choisir leur camp". En effet, les...

Co syndicat entreprise

Les syndicats et représentants du personnel à la manœuvre pour accélérer la transition des entreprises

C’est une mesure encadrée par la loi climat et résilience qui pourrait bien lancer une nouvelle dynamique dans les entreprises. Les représentants du personnel ont désormais voix au chapitre sur les sujets liés à l’environnement. Plusieurs syndicats se mobilisent dans ce sillage pour faire émerger...

Larry Fink PDG BlackRock oBlackRock

Larry Fink, PDG de Blackrock, défend un nouveau capitalisme "des parties prenantes"

Dans sa traditionnelle lettre annuelle aux dirigeants d'entreprises, le patron du premier gestionnaire d'actifs au monde les incite à "s'engager auprès de leurs principales parties prenantes pour répondre à leurs attentes". Pour le "roi de Wall Street", seules les entreprises qui sauront s'adapter à...

Facebook panne monopole David Himbert Hans Lucas Hans Lucas via AFP

La panne historique de la galaxie Facebook illustre les dérives d'un quasi-monopole

Pendant de longues heures, du 4 au 5 octobre, l'empire Facebook est tombé. Les applications Instagram, Messenger ou Whatsapp inaccessibles, ont laissé sur la touche des milliards d'individus, illustrant la domination qu'exerce Facebook sur internet. Dans certains pays en développement, très...