Publié le 26 avril 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Emmanuel Faber, PDG de Danone, ne veut plus toucher sa retraite chapeau

Emmanuel Faber a déclaré ne pas vouloir toucher sa retraite chapeau et son indemnité de non-concurrence, renonçant à près de 28 millions d’euros. Une décision à contre-courant de celles de certains de ses homologues du CAC 40. L'atypique PDG de Danone ne donne pas de raison spécifique à sa décision, expliquant simplement que celle-ci est "strictement personnelle".

Emmanuel Faber, le PDG du groupe Danone, a renoncé à sa retraite chapeau.
@PatrickKovarik/AFP

La décision du PDG de Danone, Emmanuel Faber, d'abandonner sa retraite chapeau, proposée lors de l'assemblée générale du groupe le 26 avril, est "une décision personnelle", avait-il indiqué juste avant la réunion au micro de France inter. Selon un article du Monde, il a néanmoins pointé, au cours de l'AG, "l'insoutenable concentration des richesses dans le monde, véritable bombe à retardement". Selon lui, "les décennies de croissance économique auront épuisé les ressources de la planète avant d'étancher notre soif de posséder".

Une disposition de la loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) adoptée début avril prévoit justement d’encadrer le régime des retraites chapeaux des dirigeants d'entreprise. Celles-ci devront notamment être limitées à 30 % des revenus de référence et ne pourront plus être cumulées avec des indemnités de non-concurrence.

"La loi Pacte va dans le sens d'une plus grande modération peut-être, transparence en tout cas, et pour le reste, la décision que j'ai prise est strictement personnelle. Elle intervient aujourd'hui parce que les choses mettent du temps, qu'il faut qu'elles métabolisent. Et la retraite ce n'était de toute façon pas pour tout de suite", a-t-il déclaré. Le document de référence du groupe mentionne que "dans le cadre du renouvellement de son mandat d'administrateur, Emmanuel Faber a mis fin à son contrat de travail le 25 janvier 2019, sans indemnité ni compensation, avec effet au 25 avril 2019".

Une retraite alignée à celle des salariés

En mettant fin à son contrat de travail, Emmanuel Faber a décidé de ne plus bénéficier du régime de retraite prévu pour les cadres du groupe mais de celui institué au bénéfice des salariés de Danone. Le patron de Danone renonce également à l'indemnité de non-concurrence, en cas de départ. Cela représente une somme de 1,2 million d'euros par an, pour un total de 28 millions, indique France Inter. Il garde toutefois un salaire de 2,8 millions d'euros par an.

Interrogé sur la polémique autour des dons des entreprises pour la reconstruction de Notre Dame de Paris, Emmanuel Faber a assuré qu'il trouvait "dommage qu'il puisse y avoir une polémique sur un élan qui démontre l'attachement des Français, et de ceux qui aiment la France, à un monument qui est beaucoup plus qu'un monument, qui est l'âme de Paris". Le patron de l’entreprise agro-alimentaire ne prévoit toutefois pas de participer au mouvement. "Que cet élan génère la disposition de fonds, je trouve ça très bien. En même temps, Danone ne participera pas en tant qu'entreprise à cet effort-là. Nous sommes engagés sur un projet qui est une planète, une santé", a-t-il ajouté.

Arnaud Dumas avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Blédina (groupe Danone) devient la plus grande entreprise française certifiée B corp

La marque d’aliments pour enfants Blédina vient d’obtenir sa certification B Corp. Elle devient la plus grande entreprise française certifiée par ce label international décernées aux entreprises ayant une solide politique de responsabilité sociétale (RSE). Avec cette nouvelle entité...

Rémunération des grands patrons : l’autorégulation ne suffit plus

Les tentatives de régulation des rémunérations des grands patrons se sont enchaînées ces dernières années. Sans parvenir à endiguer tous les scandales. Airbus, TechnipFMC, Renault… Les affaires mettent à rude épreuve le code Afep-Medef, qui définit des règles de bonne conduite dans la...

Chiffrées à 14 millions d’euros, les indemnités de départ du Président de TechnipFMC soulèvent la colère de Bercy

Deux ans après sa fusion avec l’américain FMC, le parapétrolier français Technip voit partir son patron Thierry Pilenko. Il quittera l’entreprise avec 14 millions d’euros, une somme considérable alors que TechnipFMC vient d’enregistrer ses pires pertes. Pour Bruno le Maire, cette "prime"...

Le PDG de Danone, Emmanuel Faber, donne une action et une voix à chacun de ses 100 000 salariés

Danone va associer plus étroitement les 100 000 salariés du groupe à la gouvernance à long terme de l'entreprise, en mettant en œuvre le principe : une personne, une voix, une action, inspiré du modèle coopératif. C’est ce qu’a annoncé son PDG, Emmanuel Faber, lors de l’assemblée générale...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Google, Facebook, les appels au démantèlement se multiplient

Utilisation des données personnelles, influence sur les élections démocratiques, etc. Les géants américains du numérique multiplient les controverses. La course à la taille des Gafa semble les avoirs poussés à devenir trop gros pour être totalement responsables. Au point que des actionnaires engagés...

Elon Musk, le PDG de Tesla, devra faire approuver ses tweets avant de les publier

Elon Musk, PDG de Tesla, a accepté de faire valider ses tweets liés au constructeur de véhicules électriques avant de les publier, dans le but de mettre fin à un litige avec le gendarme américain de la Bourse, la SEC.

Assemblées générales : les actionnaires se rebellent

Bayer, Barclays, UBS… La saison des assemblées générales connaît déjà quelques soubresauts, avec des actionnaires qui votent contre les dirigeants et leur demandent d’être plus responsables. L’activisme actionnarial se renforce pour mettre les entreprises face à leurs responsabilités, notamment sur...

La crise de gouvernance d’EssilorLuxottica repose la question des fusions entre égaux

Des investisseurs avaient sonné l’alerte. Les modalités du rapprochement d’Essilor et Luxottica, prometteuses sur le plan économique, comportaient de sérieux risques de gouvernance. À quelques jours de l’Assemblée générale, les deux dirigeants du nouveau groupe se sont déclaré la guerre, chacun...