Publié le 08 janvier 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Carlos Ghosn ou la théorie du complot à haut niveau

La conférence de presse tenue par Carlos Ghosn dans son refuge libanais est le dernier épisode du feuilleton dont il est le héros. Le temps d'une conférence de presse il est redevenu ce que ni son incarcération ni sa cavale n'ont réussi à effacer : le grand patron tout-puissant ! Un grand patron menacé de toute part, à en croire son argumentation.

Ghosn
Le 8 janvier, Carlos Ghosn a tenu une conférence de presse de plus de deux heures suite à sa fuite du Japon.
@CaptureCNews

La saga Ghosn connaît un nouvel épisode où il incarne cette fois le rôle du persécuté, nouvelle dimension de son parcours hors norme de grand patron déchu. Pendant plus de deux heures, l'ancien patron de l'Alliance Renault Nissan a utilisé la tribune médiatique qui lui était offerte pour laver son linge sale judiciaire. Il a expliqué que, victime du complot ourdi contre lui par Nissan avec la complicité de la justice japonaise, il n'avait qu'une alternative : s'enfuir pour revoir sa femme en toute liberté et récuser toutes les charges retenues contre lui.

"Ce sont des responsables de Nissan et du ministère public japonais qui sont à l'origine de mon calvaire", assure-t-il. Et d'ajouter : "Quand j'ai demandé à mes avocats (…) ils ont dit qu'ils craignaient que cinq ans s'écoulent peut-être au Japon avant que je n'obtienne un verdict. J'ai pensé : tu vas mourir au Japon ou tu vas devoir quitter ce pays".

Un goût amer

Il a abordé tous les chefs d'accusation,  y compris l'affaire du dîner de Versailles documents à l'appui pour les balayer comme de purs mensonges. Il se dit prêt à répondre à toutes les justices du monde sauf celle du Japon. II oublie ainsi au passage qu'en matière pénale, on doit être jugé dans le pays où les délits ont été commis. En revanche pas de détails sur les conditions de sa rocambolesque fuite qui relève du film d'espionnage.

Sur les raisons qui auraient poussé Nissan à vouloir faire tomber de son piédestal, il avance pour unique raison celle du mariage entre Renault et Nissan mal accepté par les dirigeants nippons. "La montée au capital de l'État français chez Renault (en 2016, ndr) a laissé un goût amer chez Nissan et au sein du gouvernement japonais. C'est là que la défiance a commencé", répétera-t-il plusieurs fois.

Étrange destin que celui de Carlos Ghosn qui relève aujourd'hui plus de la série d'espionnage. Le groupe Renault avait d'ailleurs été confronté sous son règne à une très étrange affaire de vrais faux espionnages. Le livre enquête qui en a été tiré s'appelle d'ailleurs "Renault Nid d'espions". Carlos Ghosn fait en tous cas concurrence à James Bond, une première pour un ancien dirigeant du CAC 40 !

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

AG Renault 2020 Renault

Déficit, licenciements, électrification, valorisation : les quatre défis de Luca de Meo, nouveau pilote de Renault

Souhaitons à Luca de Meo d’avoir de larges épaules car son travail s’annonce considérable. Il devient aujourd’hui directeur général de Renault, fleuron automobile français qui n’a jamais été aussi mal en point. Depuis 18 mois, le groupe a connu les aventures romanesques de Carlos Ghosn, les...

Hertz JC Penney Flybe faillite

Hertz, JC Penney, Flybe… Cinq entreprises en faillite révélatrices d’un modèle à bout de souffle

Elles représentent des secteurs divers comme le tourisme, la mode, l’aviation… Elles ont toutes fait faillite en plein Covid-19. Si la crise sanitaire leur a porté le coup de grâce, elle a surtout révélé la fragilité de leur modèle économique, basé sur une financiarisation à l’extrême et un...

Elon Musk pourrait toucher ses premiers revenus de Tesla, calculés à 775 millions de dollars

Le dirigeant de Tesla pourrait faire une belle plus-value. Selon le programme de rémunération signé en 2018, il peut prétendre à l’achat de 1,69 million d’actions du constructeur de voitures électriques à un prix bien inférieur au marché. Et empocher près de 775 millions de dollars au passage. Cette...

Clotidle Debos Jean Dominioque Senard Renault EricPiermont AFP

Plan d’économies chez Renault : entre crise de gouvernance et impasse stratégique

Renault est au plus mal. Ses ambitions dans la voiture électrique n’ont pas été atteintes et la crise du Covid-19 aggrave la situation. L’entreprise va se séparer de 8 % de ses 180 000 salariés. Cela touchera 4 600 emplois en France et une usine va fermer. Un plan massif alors que le groupe est en...