Publié le 23 avril 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

33 milliards d’euros de dividendes prévus en 2020, presque moitié moins qu’en 2019

De 64,5 milliards d’euros en 2019, les actionnaires des grandes entreprises françaises ne toucheront que 33 milliards d’euros de dividendes. 57 des 120 plus grandes sociétés ont annoncé qu’elles abaissaient ou supprimaient leurs versements. Certaines n’en ont simplement plus les moyens, d’autres ne peuvent pas en bénéficier étant donné qu’elles ont recours aux aides d’État et, en particulier, au chômage partiel.

Axa ne verserait aucun dividende à ses actionnaires en 2020.
@Axa

Entre les entreprises qui n’ont plus les moyens en raison de la chute de l’économie et celles qui, ayant eu recours au chômage partiel, n’en ont pas le droit, les dividendes subissent une sacrée cure d’amaigrissement pour l’année 2020. Selon les données d'IHS Markit publiées par les Échos, portant sur le SBF120, les 120 plus grandes capitalisations boursières de la place de Paris, leur total s’élèvera à 33 milliards d’euros cette année. Soit un recul de plus de 30 milliards de dollars, par rapport au record atteint en 2019 à 64,5 milliards d’euros.

C’est un signe fort des directives imposées par le ministère de l’économie depuis le début des aides d’entreprises. "Si vous avez bénéficié de la trésorerie de l'État, vous ne pouvez pas verser de dividendes et vous ne pouvez pas racheter des actions" , rappelait encore Bruno Le Maire le 23 avril sur France info. Sur les 120 sociétés de l'indice boursier de la place de Paris, 57 ont déjà annoncé qu'elles réduisaient, voire supprimaient le montant des dividendes à verser en 2020.

Le cas particulier de Vivendi

Les banques et le secteur financier, qui se sont parfois conformés à contrecœur à la règle gouvernementale, pèsent lourds dans cette baisse de dividendes. Ainsi, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Amundi, Natixis, CNP Assurances et Coface devraient renoncer à environ neuf milliards d'euros de versements. AXA, qui avait distribué 3,2 milliards d'euros en 2019, suspend également son versement. Les entreprises dans lesquelles l'Etat est présent comme EDF, Engie et Thales, ont aussi supprimé tout dividende supplémentaire cette année.

Reste quelques cas à contre-courant. En particulier Vivendi qui va accroître de 20 %  ses dividendes par rapport à 2019, alors que le groupe a pourtant eu recours au chômage partiel. Une dérogation tolérée par le gouvernement car ces dividendes sont versés au titre de ses activités américaines. Total et Sanofi, qui n’ont bénéficié d’aucune aide, vont également légèrement accroître leurs versements aux actionnaires.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

La fin des conglomerats metamorworks

[Édito] "Too big to manage", la fin des conglomérats

"Trop grand pour être managé", les conglomérats industriels géants qui ont fait la puissance de nations occidentales vivent des heures difficiles. Devenus des entités tentaculaires, tous passent depuis quelques années au peigne fins leurs actifs afin de savoir ce qui est réellement stratégique. La...

Neymar PSG football PSG

PSG-Leipzig : l’argent du Qatar contre celui de Red Bull en demi-finale de la Ligue des Champions

Ce soir la demi-finale de la Ligue des Champions est un match de football qui devrait réjouir tous les amateurs privés longtemps de ce spectacle à suspens. Mais c’est aussi un affrontement économique de haut vol entre deux clubs qui n’ont pas les mêmes circuits de financement. Choc entre deux...

Total siege

EDF, Renault, Total… Les pertes abyssales des grands groupes français au premier semestre illustrent la gravité de la crise

Le premier semestre 2020 a mis à mal une partie des plus grands groupes français. L’arrêt de l’économie mondiale les a fait plonger dans le rouge. Jeudi 30 juillet, à l’occasion de l’annonce des résultats de mi-année, trois d’entre eux, EDF, Renault et Total, ont donné une idée de l’ampleur de la...

AG Renault 2020 Renault

Déficit, licenciements, électrification, valorisation : les quatre défis de Luca de Meo, nouveau pilote de Renault

Souhaitons à Luca de Meo d’avoir de larges épaules car son travail s’annonce considérable. Il devient aujourd’hui directeur général de Renault, fleuron automobile français qui n’a jamais été aussi mal en point. Depuis 18 mois, le groupe a connu les aventures romanesques de Carlos Ghosn, les...