Publié le 30 octobre 2019

FINANCE DURABLE

Tribunal des générations futures : la comptabilité verte accusée de subversion et de marchandisation de la nature

Un procès un peu particulier s’est tenu cet automne, celui de la comptabilité verte incarnée par Jacques Richard, créateur du modèle Care (Comptabilité Adapté Renouvellement Environnement). Trois chefs d’accusation ont été retenus contre cet expert-comptable, soupçonné de vouloir pervertir l’ordre établi. Ce faux procès, organisé par Tek4life, s’amuse à mettre un coup de projecteur sur une nouvelle tendance du système comptable, qui veut prendre en compte des critères extra-financiers dans le calcul de la performance financière.

Proces methode Care Tek4life
De gauche à droite : Patrick de Cambourg, avocat général ; Jacques Richard, l'acusé ; Patricia Savin, présidente du tribunal.
@Tek4Life

Ce lundi soir d’automne, avocats, étudiants, comptables se pressent sur l’île de la Cité. Ils se rendent à l’auditorium de la maison du Barreau de Paris où se tient un procès rare. Jacques Richard, professeur d’économie à Paris Dauphine et créateur du modèle Care (Comptabilité adaptée au renouvellement de l’environnement), est mis en accusation pour des faits très graves. Ce dangereux expert-comptable tenterait de pervertir le modèle traditionnel en insérant, dans le bilan des entreprises, les notions de capital humain et de capital naturel au même rang que le capital financier. Outrage !

Ce procès, qui a fait salle comble, n’est en fait qu’une mise en scène savamment ourdie par la société Tek4life et la commission développement durable du barreau de Paris *. L’objet est de promouvoir le modèle Care. C'est-à-dire l’idée qu’une comptabilité verte, analysant la performance d’une entreprise en fonction de son impact sur les écosystèmes, permettrait de mieux préserver l’environnement. Pour cela, un débat est organisé sous la forme d’un faux procès dans lequel les protagonistes expliquent de manière ludique comment révolutionner la profession du chiffre.

Accusé, levez-vous

C’est la présidente du tribunal qui ouvre la séance en interpellant l’accusé. "Vous vous faites le chantre d’une méthode de comptabilité baptisée Care, c’est une révolution de la gouvernance des entreprises, rien que ça ! Pas étonnant que vous vous retrouviez au banc des accusés", lance Patricia Savin qui, à la ville, est avocate associée chez DS avocats. Elle énumère les trois chefs d’accusation qui pèsent sur l’expert-comptable : subversion de l’ordre mondial, manipulation de la comptabilité et marchandisation de la nature. Accusé, levez-vous !

L’avocat général, incarné par Patrick de Cambourg, président de l’Autorité des normes comptables, appelle les témoins de l’accusation. Ceux-ci énumèrent leurs griefs contre la méthode Care : elle nie les efforts des entreprises en matière de reporting extra-financier, elle n’est que peu utilisée, elle est simpliste, utopiste… En un mot, dangereuse pour l’ordre établi. Pour l’avocat de l’accusation, Jacques Richard est "subversif". "Le système comptable n’est pas figé, martèle Patrick de Cambourg. Il évolue et travaille à prendre en compte des critères extra-financiers."

La présidente du Tribunal passe la parole à la défense, incarnée par Yvon Martinet, avocat associé chez DS avocats. "La comptabilité traduit notre image du monde, tempête l’avocat de la défense. Jacques Richard a compris qu’il fallait compter les ressources naturelles et humaines. Il n’est pas subversif, il est disruptif !" Les témoins s’enchaînent aussi pour, cette fois, défendre la méthode Care avec des arguments qui font mouche.

Coupable d’un chef d’accusation sur trois

"Si on ne comptabilise pas le capital naturel d'une entreprise, comment attribuer un malus à une entreprise qui le détruit ?", demande un témoin. Un autre rappelle quelques références du modèle Care : cité dans un avis sur la biodiversité du Conseil économique, social et environnemental ou encore dans le rapport remis à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, sur l’information extra-financière. Rapport rédigé par un certain Patrick de Cambourg…

L’accusé lui-même a droit à la parole. "Je n’ai aucune envie de supprimer le marché, la propriété ou le profit, mais je souhaite transformer ces concepts, déclare Jacques Richard. Je propose au gouvernement de demander aux entreprises d’appliquer le modèle Care dans leur comptabilité analytique. C’est une proposition concrète et réalisable sans attendre la modification des normes internationales."

Le jury, composé de cinq spectateurs tirés au sort, finit par donner son verdict. Sur deux chefs d’accusation, la manipulation de la comptabilité et la marchandisation de la nature, Jacques Richard est relaxé. En revanche, le jury, par trois voix contre deux, le déclare coupable de subversion. "Vous n’allez pas assez loin, voilà ce que le jury vous reproche !", tonne la présidente. L'affaire est loin d'être close. Un groupe destiné à aider les entreprise à mieux intégrer la comptabilité durable sera lancé en décembre. Et un nouvel épisode judiciaire est prévu pour janvier 2020...

Arnaud Dumas, @ADumas5

 

Le replay du procès est disponible ici !

* le concept de tribunal des générations futures est porté par la société éditrice du magazine Usbek&Rica.


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...