Publié le 20 septembre 2019

FINANCE DURABLE

Les investisseurs responsables des PRI répondent à l’appel du Président Macron pour sauver l’Amazonie

Dès la révélation des incendies massifs qui dévastent la forêt amazonienne, Emmanuel Macron a appelé à la mobilisation générale en faveur de ce poumon de la Terre. 230 signataires des PRI, des investisseurs responsables, représentant 16 200 milliards d’actifs, ont répondu présent et lancent auprès des entreprises dont ils sont actionnaires un code de bonne conduite pour une stratégie sans déforestation.

Emmanuel Macron aux PRI In Person 2019 PRI
Lors de l'ouverture des PRI in Person, Emmanuel Macron a appelé la communauté des investisseurs à s'engager pour l’Amazonie.
@PRI

Lors des PRI in Person qui se sont réunis à Paris du 10 au 13 septembre, Emmanuel Macron a lancé un appel à la communauté des investisseurs responsables pour qu’ils s’engagent sur l’Amazonie. "La France a pris des mesures d’urgence, mais ce dont on a besoin, c’est d’une alliance de long terme pour s’attaquer au problème. La France va lancer une initiative à la prochaine assemblée générale de l’ONU, The Alliance for Amazonia, mais la préservation de la forêt nécessite beaucoup d’argent, à la fois public et privé. La France a donc une requête : donnez pour l’Amazonie."

Cet appel, le président de la République française le relaiera encore lors du sommet climat des Nations unies à New-York, du 23 au 24 septembre. Et il va se présenter à la tribune avec des alliés de poids. En réponse à sa demande, 230 grands investisseurs mondiaux, représentant 16 200 milliards de dollars d'actifs sous gestion, se sont engagés à lutter contre la déforestation et les feux de forêts en Amazonie.

Au rang des signataires, on compte Amundi, Aviva, BNP Paribas, la Caisse des dépôts (dont Novethic est une filiale), Calpers, le fonds de pension de l’église d’Angleterre, HSBC ou encore Mirova. "C’est avec une profonde inquiétude que nous suivons la crise croissante de la déforestation et des incendies de forêt au Brésil et en Bolivie. En tant qu'investisseurs, qui ont l'obligation fiduciaire d'agir dans le meilleur intérêt à long terme de nos bénéficiaires, nous reconnaissons le rôle crucial que jouent les forêts tropicales pour lutter contre le changement climatique, protéger la biodiversité et assurer les services écosystémiques", écrivent-ils dans un communiqué commun.

Risques financiers et systémiques

Cette résolution ne propose pas encore de désinvestir d’entreprises exposées au risque de déforestation, mais leur donne une feuille de route à suivre. D’une part, il s’agit de "mettre en œuvre publiquement une politique sans déforestation, incluant la chaîne d’approvisionnement". Ensuite, il faut "mettre en place un système de surveillance et de vérification transparent permettant aux fournisseurs de se conformer à la politique de la société en matière de déforestation". Enfin, les entreprises doivent publier un "rapport annuel sur l'exposition au risque de déforestation".

"Les investisseurs institutionnels reconnaissent de plus en plus que la déforestation crée des risques financiers matériels, y compris des risques pour la réputation et la réglementation des entreprises, et qu'elle exacerbe le risque systémique dans les portefeuilles", a déclaré Mindy Lubber, PDG de Ceres, une ONG américaine. Pour Fiona Reynolds, présidente des PRI, "les investisseurs reconnaissent le rôle essentiel qu'ils jouent pour accélérer de toute urgence les actions visant à aider les sociétés touchées par cette tragédie et à prévenir de futurs désastres environnementaux de cette ampleur".

Depuis le début de l’année, plus de 60 000 feux se sont déclarés dans la forêt amazonienne, principalement au Brésil et en Bolivie. Cela représente une augmentation de 47 % par rapport à l’année précédente. Par ailleurs, d’autres forêts tropicales sont durement touchées en Afrique et Indonésie. Autant d’incendies qui font peser un poids considérable sur la biodiversité et les puits de carbone que représentent ces écosystèmes.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

énergies renouvelables éoliennes panneaus solaires photovoltaique istock ll28

À la place des green bonds, Enel priorise l’émission de SDG bonds, dédiés à l'atteinte des Objectifs de développement durable

Début septembre, le groupe énergétique italien Enel émettait le premier SDG bond, soit la première obligation liée à des indicateurs contribuant aux Objectifs de développement durable (ODD). Un moyen de financement qui, après et avec les green bonds, pourrait prendre de l’ampleur dans les prochaines...

Unicredit banque

[Décryptage] Financiariser la finance supprime des dizaines de milliers d’emplois dans le secteur bancaire

Depuis le début de l’année, le secteur bancaire a supprimé 44 000 emplois. Un mouvement qui se fait à la faveur d’une banque sans humain. Mais, s’affranchissant de leurs ressources humaines, les banques se mettent en risque. Les algorithmes gérant à la nanoseconde des portefeuilles ne gèrent pas...

Epargne pxhere com

[Indicateur Novethic] L’offre de fonds durables explose mais gare au manque de clarté

L’offre de fonds durables grandit. L’indicateur Novethic recense 531 fonds au 30 juin 2019, totalisant 185 milliards d’euros d’encours en augmentation de 27 %. Cette progression suit la demande toujours plus forte pour des produits responsables. Mais elle s’accompagne également d’un foisonnement...

Drapeau europe

La candidature de Sylvie Goulard, experte de la finance durable, à la Commission européenne est rejetée

Gros revers pour la France, sa candidate au poste de Commissaire européen a été rejetée par le Parlement. L’intégrité de Sylvie Goulard, ex-ministre et députée européenne, actuelle sous-gouverneure de la Banque de France, est interrogée par les eurodéputés car elle est citée dans une affaire...