Publié le 27 janvier 2021

FINANCE DURABLE

Le puissant gestionnaire d'actifs BlackRock appelle les entreprises à la neutralité carbone et à la justice sociale

BlackRock est le plus grand gestionnaire d’actifs de la planète. Alors chaque année, la lettre ouverte du PDG Larry Fink aux entreprises dont il est actionnaire est très attendue. Cette année, celui-ci frappe fort en appelant toutes les sociétés à la neutralité carbone d’ici 2050. Il lie aussi de près la question du changement climatique à celle des inégalités sociales.

Larry Fink PDG BlackRock oBlackRock
Larry Fink, PDG de BlackRock, publie chaque année depuis 2008 une lettre adressée aux entreprises dont le gestionnaire d'actifs est actionnaire.
@BlackRock

C’est un rendez-vous devenu rituel. Depuis 2008, le patron de BlackRock, Larry Fink, adresse chaque année une lettre aux entreprises dont il est actionnaire. Le message est important venant d’une entreprise qui gère plus 8 600 milliards de dollars d’actifs (plus de deux fois le PIB allemand, trois fois le PIB français) . Depuis 2018, le grand patron a verdi sa missive appelant à lutter contre le réchauffement. Le cru 2021, sur fond de crise économique mondiale pour cause de pandémie, était très attendu.

"Je pense que la pandémie a provoqué une telle crise existentielle, un tel rappel tangible de notre fragilité, qu'elle nous a également contraints à relever plus vigoureusement le défi mondial que constitue le changement climatique et à réfléchir à la façon dont, à l'instar de la pandémie, il risque de bouleverser nos vies", écrit-il. Dans ce contexte, il se réjouit que des milliers d’entreprises aient continué à œuvrer pour le climat et que 127 pays, dont la Chine et les États-Unis, se soient engagés vers la neutralité carbone.

Nouveau modèle économique

Mais ce combat de certains doit devenir le combat général, explique le dirigeant. "Nous savons que le risque climatique est un risque d’investissement. Mais nous pensons également que la transition climatique fait naître une opportunité d’investissement historique", explique-t-il. Aussi, BlackRock demande aux entreprises dans lesquelles il investit (40 % des entreprises américaines, 50 % du CAC40…) de "publier un plan indiquant comment leur modèle économique sera compatible avec une économie neutre en carbone". "Nous vous demandons de préciser la façon dont ce plan est intégré à votre stratégie à long terme", explique-t-il. La société de gestion américaine s'engage également sur la voie de la neutralité carbone d'ici 2050 sur ses activités et ses investissements.

Au-delà du seul climat, c’est aussi l’aspect social qui est visé. "La pandémie a accéléré l’évolution de certaines tendances plus profondes, comme (…) les inégalités systémiques", constate Larry Fink. "Les questions de justice raciale, d’inégalité économique ou d’engagement auprès des collectivités sont souvent classées dans la catégorie S de l’acronyme ESG (Environnement, Social, Gouvernance, ndr). Mais il est inopportun de dresser des frontières aussi nettes entre ces catégories. Par exemple, le changement climatique produit déjà des effets disproportionnés sur les populations à faible revenu", explique le dirigeant. Il appelle les entreprises à avoir un reporting précis pour mieux comprendre les "interdépendances qui existent entre les enjeux environnementaux et sociaux".

Encore engagée dans le pétrole

Si l’engagement de BlackRock est globalement salué, certaines ONG émettent quelques bémols. "Le nouvel engagement de Larry Fink en faveur de la neutralité carbone pourrait être une étape positive, si elle était associée à des mesures concrètes et immédiates pour arrêter d'investir dans des nouveaux projets d’énergies fossiles", déplore, Lara Cuvelier de Reclaim Finance. L’ONG avait pointé du doigt mi-janvier que BlackRock gère encore 85 milliards de dollars investis dans l'industrie du charbon.

De son côté, l’ONG Influence Map, spécialiste du lobbying, juge que "l’accent mis par Larry Fink sur la nécessité de passer à une économie neutre en carbone est un signal important adressé au marché". Mais le directeur Dylan Tanner tempère : "Il est décevant que sa lettre annuelle aux PDG d’entreprises ne se concentre pas sur les pratiques de lobbying des entreprises qui agissent si souvent comme un obstacle à un changement significatif".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Siege Banque Mondiale Washington WorldBank

Allègement de la dette des pays pauvres contre investissements verts : l'idée venue du FMI et de la Banque Mondiale

Les pays à faibles revenus se retrouvent pris en étau d’une dette trop élevée et de la nécessité de réaliser des investissements verts pour assurer l’avenir de leur pays. La Banque Mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont monté un groupe de travail pour tenter d’apporter une réponse...

Emissions CO2 Olivier Moal

43 grandes banques s’allient pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050

Les banques sont souvent pointées du doigt pour leurs financements à des projets qui ne vont pas dans le sens de la transition énergétique. Celles-ci sont bien décidées à donner des gages en lançant une initiative pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Les assureurs préparent une annonce...

European Commission CCO

Taxonomie européenne sur les activités vertes : pourquoi tout le monde en parle

La Commission européenne doit publier les détails de la taxonomie des activités vertes. Ces décrets d’application, dits actes délégués, permettront de définir ce qu’est, en Europe, une activité contribuant à l’atténuation du réchauffement climatique. Les milieux d’affaires sont en train de s'emparer...

Declin energies fossiles

Une coalition de sept pays européens veut supprimer tout soutien pour les énergies fossiles à l'export

Sept pays européens veulent interdire le soutien public aux projets liés aux énergies fossiles. France, Allemagne, Royaume-Uni, Danemark, Espagne, Pays-Bas et Suède lancent la coalition "Export Finance for Future" dans laquelle ils s’engagent à refuser les garanties publiques pour les projets...