Publié le 27 janvier 2021

FINANCE DURABLE

Le puissant gestionnaire d'actifs BlackRock appelle les entreprises à la neutralité carbone et à la justice sociale

BlackRock est le plus grand gestionnaire d’actifs de la planète. Alors chaque année, la lettre ouverte du PDG Larry Fink aux entreprises dont il est actionnaire est très attendue. Cette année, celui-ci frappe fort en appelant toutes les sociétés à la neutralité carbone d’ici 2050. Il lie aussi de près la question du changement climatique à celle des inégalités sociales.

Larry Fink PDG BlackRock oBlackRock
Larry Fink, PDG de BlackRock, publie chaque année depuis 2008 une lettre adressée aux entreprises dont le gestionnaire d'actifs est actionnaire.
@BlackRock

C’est un rendez-vous devenu rituel. Depuis 2008, le patron de BlackRock, Larry Fink, adresse chaque année une lettre aux entreprises dont il est actionnaire. Le message est important venant d’une entreprise qui gère plus 8 600 milliards de dollars d’actifs (plus de deux fois le PIB allemand, trois fois le PIB français) . Depuis 2018, le grand patron a verdi sa missive appelant à lutter contre le réchauffement. Le cru 2021, sur fond de crise économique mondiale pour cause de pandémie, était très attendu.

"Je pense que la pandémie a provoqué une telle crise existentielle, un tel rappel tangible de notre fragilité, qu'elle nous a également contraints à relever plus vigoureusement le défi mondial que constitue le changement climatique et à réfléchir à la façon dont, à l'instar de la pandémie, il risque de bouleverser nos vies", écrit-il. Dans ce contexte, il se réjouit que des milliers d’entreprises aient continué à œuvrer pour le climat et que 127 pays, dont la Chine et les États-Unis, se soient engagés vers la neutralité carbone.

Nouveau modèle économique

Mais ce combat de certains doit devenir le combat général, explique le dirigeant. "Nous savons que le risque climatique est un risque d’investissement. Mais nous pensons également que la transition climatique fait naître une opportunité d’investissement historique", explique-t-il. Aussi, BlackRock demande aux entreprises dans lesquelles il investit (40 % des entreprises américaines, 50 % du CAC40…) de "publier un plan indiquant comment leur modèle économique sera compatible avec une économie neutre en carbone". "Nous vous demandons de préciser la façon dont ce plan est intégré à votre stratégie à long terme", explique-t-il. La société de gestion américaine s'engage également sur la voie de la neutralité carbone d'ici 2050 sur ses activités et ses investissements.

Au-delà du seul climat, c’est aussi l’aspect social qui est visé. "La pandémie a accéléré l’évolution de certaines tendances plus profondes, comme (…) les inégalités systémiques", constate Larry Fink. "Les questions de justice raciale, d’inégalité économique ou d’engagement auprès des collectivités sont souvent classées dans la catégorie S de l’acronyme ESG (Environnement, Social, Gouvernance, ndr). Mais il est inopportun de dresser des frontières aussi nettes entre ces catégories. Par exemple, le changement climatique produit déjà des effets disproportionnés sur les populations à faible revenu", explique le dirigeant. Il appelle les entreprises à avoir un reporting précis pour mieux comprendre les "interdépendances qui existent entre les enjeux environnementaux et sociaux".

Encore engagée dans le pétrole

Si l’engagement de BlackRock est globalement salué, certaines ONG émettent quelques bémols. "Le nouvel engagement de Larry Fink en faveur de la neutralité carbone pourrait être une étape positive, si elle était associée à des mesures concrètes et immédiates pour arrêter d'investir dans des nouveaux projets d’énergies fossiles", déplore, Lara Cuvelier de Reclaim Finance. L’ONG avait pointé du doigt mi-janvier que BlackRock gère encore 85 milliards de dollars investis dans l'industrie du charbon.

De son côté, l’ONG Influence Map, spécialiste du lobbying, juge que "l’accent mis par Larry Fink sur la nécessité de passer à une économie neutre en carbone est un signal important adressé au marché". Mais le directeur Dylan Tanner tempère : "Il est décevant que sa lettre annuelle aux PDG d’entreprises ne se concentre pas sur les pratiques de lobbying des entreprises qui agissent si souvent comme un obstacle à un changement significatif".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Climate finance day activistes Eric PIERMONT AFP

Climate Finance Day (2015-2021), histoire d’une époque qui s’achève

Depuis 2015, la place financière de Paris organise un événement annuel en lien avec les COP sur le climat : le Climate Finance Day. À vocation internationale, il réunit des dirigeants de grandes institutions financières pour qu’ils y fassent des annonces sur leurs engagements de lutte contre le...

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...