Publié le 24 juillet 2019

FINANCE DURABLE

[Le monde en 2050] À la COP 56, la finance cherche à se désengluer des restes des énergies fossiles

La crise des "stranded assets" de 2039 a laissé de graves séquelles dans l’économie mondiale. À l’occasion de la COP 56, qui se tient à Paris en 2050, le ministre des Finances a répété qu’il allait falloir trouver une solution à ces actifs liés aux anciennes énergies fossiles, réunis dans des structures de défaisance et pour lesquels personne ne veut payer. Novethic vous transporte en 2050 pour découvrir le monde secteur par secteur selon les grandes tendances identifiées aujourd’hui par nos journalistes.

Bateaux echoues pxhere com
En 2050, le monde doit toujours faire face à la crise des "stranded assets", les actifs liés aux hydrocarbures.
@Pxhere

"La finance ne sera plus brune, ou elle ne sera plus du tout", a lancé avec emphase le ministre français des Finances, à l'occasion de la COP 56, la conférence des parties des Nations-Unies qui se tient à Paris. Les derniers actifs liés aux énergies fossiles, ces "stranded assets" dévalorisés du fait de l'évolution du marché de l'énergie, continuent de polluer le système financier global. Réunis, pour la plupart, dans des structures de défaisance de type "bad banks", ils plombent depuis plusieurs années le bilan des acteurs financiers.

Mais aussi celui des États, qui se sont portés au secours des banques et des gérants d’actifs lors de la crise financière de 2039. La "crise des stranded assets", dont l’ampleur a dépassé aussi bien la crise des subprimes de 2008 que la crise de 1929, a pour toujours modifié le paysage de la finance. Une transformation qui s’est opérée dans la douleur. Malgré les nombreux avertissements, les banques ont continué de financer le développement de l’industrie pétrolière et gazière jusque vers la fin des années 30. 

Le consensus international sur le climat de 2038, pour tenter de contenir le réchauffement climatique sous les 3 degrés à la fin du siècle (les objectifs de l’Accord de Paris de 2015 étant depuis longtemps jugés inatteignables), a porté le premier coup de canif aux activités de financement des hydrocarbures. Le succès des premiers démonstrateurs industriels de la technologie de fusion nucléaire a achevé ce secteur des énergies anciennes, dont les actifs ont perdu brutalement presque toute leur valeur.

Qui va payer ?

Les deux principales majors mondiales de "l’oil and gas", qui avaient passé leur temps à racheter les actifs fossiles de leurs concurrents plutôt qu’à se diversifier, ont brutalement mis la clé sous la porte. Laissant des dizaines de milliers de personnes sans emplois et des dizaines de milliards de dollars de "stranded assets" dans le bilan des acteurs financiers, soutenus par leurs gouvernements.

Aujourd’hui, douze ans après la crise, la finance s’est rachetée une conduite. Le plan d’action de l’OCDE sur la finance durable, approuvé en 2043, a été transposé progressivement dans la réglementation de tous les pays, hormis quelques paradis fiscaux qui s’accrochent à leurs vieilles traditions. Les acteurs financiers doivent s’appuyer sur la taxonomie mondiale qui sépare les activités contribuant à la lutte contre le réchauffement climatique, des activités génératrices de gaz à effet de serre. 

Les chefs d’États veulent désormais mettre une bonne fois pour toute derrière eux les restes de la finance brune. Mais qui va payer ? C’est la question majeure posée lors de la COP 56, le 29 novembre 2050. Les contribuables, soutenus par les ONG, manifestent régulièrement leur refus de prendre à leur compte les excès de la finance. Les acteurs financiers, de leur côté, craignent pour leur rentabilité, voire pour leur survie, s’ils doivent eux-mêmes éponger les erreurs du passé. L’injonction du ministre des Finances risque de mettre encore un peu de temps à se réaliser…

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Statue Jacques Coeur B W KoS

[À l’origine] Premier "vrai" ministre des Finances au Moyen-Âge, Jacques Cœur réussit à redresser le budget de l’État

Jacques Cœur s’est trouvé face au même dilemme que les ministres des Finances contemporains : caisses vides, croissance en berne… et gros besoins de dépenses ! Ce grand argentier du royaume de France a réussi à redresser les finances publiques en pleine guerre de 100 ans. Son habilité à développer...

écolabel européen pogonici

Accord sur la taxonomie : l’Europe met en œuvre son plan d’action sur la finance durable

Les trois autorités européennes - Conseil, Commission et Parlement - sont parvenues à un accord sur la taxonomie, classification des activités vertes. Malgré de fortes oppositions de lobbys financiers et d’acteurs politiques, les négociateurs européens ont réussi à atteindre un accord ambitieux. De...

Réforme des retraites : pourquoi l’investissement durable garantit les réserves sur le long terme

Alors que débutent les mouvements sociaux contre la réforme des retraites, Novethic se penche sur le financement du système, qui se trouve en risque du fait du vieillissement de la population. Pour cela, un fonds de réserve universel doit être créé. La manière dont il sera placé sera cruciale pour...

System Climate Change disobeyart

[Édito Vidéo] Axa et Société générale, deux mondes en transition

Durant la semaine de la finance climat à Paris, tous les acteurs se sont engagés à répondre à l’urgence climatique. Mais tous ne choisissent pas la même voie entre l’action progressive et la radicalité. Deux acteurs ont été particulièrement visibles : Axa et la Société générale. Deux manières de...