Publié le 04 avril 2019

FINANCE DURABLE

Le gendarme américain de la bourse autorise ExxonMobil à faire l’impasse sur le risque climatique lors de son Assemblée générale

Aller à contre-courant du sens de l’histoire. Telle est le fond de la décision prise par la SEC. Alors que des actionnaires voulaient une nouvelle fois mettre le climat à l’agenda de l’Assemblée générale d’ExxonMobil, le gendarme de la bourse a autorisé le pétrolier à écarter leur résolution, considérant que cela entraverait la gestion de l’entreprise.

ExxonMobil Australia
Plateforme pétrolière MarlinB d'Exxonmobil.
@ExxonMobil

C’est une décision qui laisse un goût amer d’incompréhension. À un mois de l’Assemblée générale d’ExxonMobil, première major mondiale, la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme américain de la Bourse, a accédé à une requête du pétrolier. Ce dernier a été autorisé à rejeter une résolution déposée par plusieurs actionnaires, menés par le fonds de retraite de l’État de New York et l’Église d’Angleterre.

Celle-ci appelait la société à fixer des cibles précises d’émissions correspondant "aux objectifs de réduction des gaz à effet de serre établis par l'accord de Paris sur le climat". Pour Exxon, une telle requête posait des problèmes car elle "interfèrait dans les responsabilités de management" du conseil d’administration. Un argument qui a fait mouche auprès de l’autorité boursière.

Celle-ci a jugé que "cette proposition induirait un micromanagement de l’entreprise en cherchant à imposer des méthodes spécifiques pour implémenter des politiques complexes, à la place des décisions courantes du management", explique la conseillère spéciale de la SEC, Courtney Haseley. Comprendre : les objectifs climatiques imposés interféreraient dans la gestion opérationnelle et la bonne marche de l’entreprise.

Un obstacle à surmonter

Si Exxon s’est refusé à commenter cette décision, les porteurs de la résolution ont manifesté leur déception. "La décision de la SEC constitue un obstacle. Mais en tant qu’investisseurs à long terme déterminés à protéger la valeur de notre portefeuille, nous n’abandonnons pas. Nous continuerons à faire pression sur Exxon et d'autres, au sujet du risque climatique et à examiner toutes les options qui s'offrent à nous", a déclaré l’administrateur du fonds de pension de l’État de New York, Thomas P. DiNapoli.

L'Eglise d'Angleterre a, de son côté, jugé la décision de la SEC "décevante et déroutante". Pour l’investisseur, celle-ci autorise Exxon à couper tout dialogue avec ses actionnaires sur sa stratégie liée au climat. "Exxon continue à mal-évaluer l’état d’esprit des investisseurs sur le risque climatique. La société ne donne actuellement aucune assurance qu'elle dispose d'une stratégie conforme aux objectifs de l'accord de Paris", écrit-elle dans un communiqué.

Les deux investisseurs assurent qu’ils déposeront une nouvelle résolution en 2020. Fiona Reynolds les appuie. La présidente des Principles for Responsible Investments (PRI), qui a aidé à coordonner la résolution à travers l’initiative Climate Action 100+, écrit : "Il est très décevant que la SEC américaine ait soutenu Exxon contre les actionnaires (…) les investisseurs essaient d’être des gérants engagés et des actionnaires responsables (…) C’est peut-être un revers, mais cet engagement (le Climate Action 100+) a encore quatre années, nous n’allons donc pas abandonner de sitôt".

Une dynamique depuis 2015

La décision de la SEC vient entraver une belle dynamique engagée ces dernières années. En 2015, des résolutions d’actionnaires relatives au réchauffement climatique avaient été largement adoptées aux AG de BP et de Shell. Leur portée était plus générale que celle rejetée par la SEC, elles demandaient simplement de prendre en compte le risque climat dans la stratégie des entreprises. En 2017, c’est le pétrolier Exxon qui, malgré l’opposition de la direction, avait d'ailleurs vu voter une résolution similaire, sur l’établissement d’une stratégie compatible avec un réchauffement limité à 2°C.

Les demandes d'actionnaires sur des objectifs plus précis pour leur feuille de route climatique peinent toutefois encore à passer. En 2018, une telle résolution avait été rejetée à l’AG de Shell. Mais elle avait eu le mérite de nourrir le débat sur le rôle des investisseurs dans la transition énergétique des compagnies pétrolières. La moitié des questions de la réunion, qui a duré quatre heures, ont porté sur la stratégie climat du groupe.

Ludovic Dupin@LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Climate finance day activistes Eric PIERMONT AFP

Climate Finance Day (2015-2021), histoire d’une époque qui s’achève

Depuis 2015, la place financière de Paris organise un événement annuel en lien avec les COP sur le climat : le Climate Finance Day. À vocation internationale, il réunit des dirigeants de grandes institutions financières pour qu’ils y fassent des annonces sur leurs engagements de lutte contre le...

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...