Publié le 17 décembre 2019

FINANCE DURABLE

"La taxonomie européenne est indispensable pour financer la transition", selon Pascal Canfin

Après quelques péripéties, les États européens se sont finalement accordés le 16 décembre au soir sur le projet de taxonomie des activités durables. Pascal Canfin, président de la Commission Environnement du Parlement européen qui a mené cette bataille, nous détaille les enjeux de la construction de ce référentiel commun.

Pourquoi le rôle de la taxonomie est-il aussi déterminant ?

Parce qu’elle est en quelque sorte la grammaire de la transition vers l’économie neutre en carbone dans lequel le Green Deal engage l’Europe. Nous lui avons donné un champ d’application plus large que celui initialement prévu. Au départ la taxonomie devait porter exclusivement sur ce qu’on pourrait qualifier de "niche verte". Il s’agissait de lister des éco-activités « purement » vertes afin de proposer un référentiel destiné à limiter le "green washing" de ceux qui repeignent en vert, souvent hâtivement des activités plus ou moins bénéfiques pour l’environnement. Nous avons élargi cette ambition initiale en créant trois catégories d’activités intégrées à la taxonomie, les purement vertes neutres en carbone, les activités en transition et celles qui rendent possible la transition.

Comment cela fonctionne ?

De façon très simple. Ce référentiel, une fois adopté, va offrir une liste de technologies assorties de seuils de performance. Dès fin 2020, la réglementation prévoira que les entreprises concernées - c’est-à-dire celles dont les activités entrent dans une des trois catégories - publient la part de leur chiffre d’affaires et de leurs investissements annuels réalisés dans une ou plusieurs de ces technologies. Tout le monde pourra alors mesurer facilement leur part verte adossée à la taxonomie européenne.
De la même façon, les fonds thématiques environnementaux et les fonds durables devront dire clairement quelle part de leurs encours sert à financer des activités relevant de la taxonomie.
Cela fera apparaître de façon simple les parts vertes des uns et des autres. Ceci nous permettra de mesurer le gap qui reste à combler pour faire la transition, le tout en 2021 qui reste une date relativement proche.

Comment expliquez-vous que le débat ait été aussi tendu en particulier entre la France et l’Allemagne sur des énergies comme le gaz et le nucléaire ? 

Nous avions un risque que la taxonomie soit prise en otage par le combat entre les pro et les antinucléaires d’un côté, et les pro et anti-gaz de l’autre. Il fallait sortir de cette impasse. Le compromis est le suivant : ces deux énergies ne pourront en aucun cas être incluses dans la catégorie "purement verte", mais elles ne sont ni incluses et ni exclues par principe des catégories restantes. Elles seront analysées dans le détail par la Commission européenne en 2020 et 2021 de façon à voir sous quelles conditions elles peuvent éventuellement faire partie de la taxonomie...

Quels espoirs fait naître cet accord sur la taxonomie ?

Ce n’est que le début de l’histoire, mais je constate que la décision de la Banque Européenne d’Investissement en novembre dernier de cesser de financer les énergies fossiles dès 2021 a créé un appel d’air. L’idée que l’Europe doit être cohérente et se doter des outils nécessaires pour mettre en œuvre la transition progresse. La taxonomie qui sera revue tous les trois ans, va nous aider à changer les règles du jeu sur les marchés financiers pour allouer beaucoup plus d’actifs au financement d’une économie réellement alignée avec l’Accord de Paris.

Propos recueillis par Anne-Catherine Husson-Traore


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...