Publié le 23 novembre 2018

FINANCE DURABLE

Climate Finance Day : Les évènements se multiplient, les engagements aussi mais avec quel impact ?

"Get up, Scale up", tel est le défi lancé par le Climate Finance Day à ceux qui prendront la parole dans cet évènement organisé le 28 novembre à Paris par Finance for Tomorrow, (initiative de la place de Paris à laquelle participe Novethic). Cela peut se traduire par "Passez à l’action et changez d’échelle". L’objectif est de continuer à faire grandir une vague née en 2015, au premier Climate Finance Day.

Climate Finance Day 2017 EricPiermont AFP
En 2017 lors du Climate Finance Day, les ministres de la Transition énergétique et de l'Économie avaient pris position pour faire de la France le pays de la finance durable.
@EricPiermont/AFP

En 2015, lors du premier Climate Finance Day, AXA avait annoncé exclure de ses investissements une partie du secteur du charbon et entrainé ainsi un mouvement de mobilisation parmi ses pairs. C’est aujourd’hui une pratique très répandue comme en témoigne le bilan de l’action climatique du secteur financier réalisé par Maria Scolan et Pierre Ducret publié par Climate Chance.

"L’action en faveur du climat du secteur financier repose sur trois dimensions » explique Maria Scolan, experte climat à la Caisse des Dépôts. « Les stratégies des acteurs, les opportunités de marché, l’action des régulateurs financiers. Nous sommes dans un contexte où le Conseil de stabilité financière du G20 estime que le changement climatique apporte des risques financiers à part entière qui menacent non seulement les acteurs eux-mêmes mais aussi potentiellement les systèmes financiers".

Transformer en profondeur le mode opératoire

Pour cette raison, les acteurs financiers sont au pied du mur. Le panorama de cette action climatique côté finance publique et privée, dresse un tableau paradoxal à l’image de beaucoup d’autres secteurs. La notion de risque est globalement comprise mais pas forcément suffisamment évaluée et quantifiée pour modifier les stratégies et surtout les investissements eux-mêmes. La part verte reste faible dans la sphère privée (moins de 1 % des actifs des 500 plus gros acteurs financiers mondiaux). Elle est plus importante pour les banques publiques de développement dont un quart des financements en 2017 étaient destinés au climat.

Mais l’essentiel reste à faire et dans un temps très court puisque le GIEC nous donne une dizaine d’années pour agir. Pour réorienter massivement les capitaux vers des modèles économiques compatibles avec l’objectif de 2 degrés, il faut transformer en profondeur le mode opératoire des acteurs financiers. Au premier regard, le changement semble à l’œuvre puisque les événements qui accueillent des acteurs financiers de haut niveau venus témoigner de leurs engagements sur la finance durable, se multiplient. Ils seront ainsi plus de 150 réunis à Paris pour trois jours dédiés à la finance durable au sein du Palais Brongniart, ancien temple de la Bourse.

Mais quels impacts ont toutes ces annonces sur l’économie réelle, sur les entreprises qui elles doivent réduire directement leurs émissions comme sur les infrastructures qui doivent pouvoir passer des énergies fossiles aux renouvelables. Jusqu’où et comment désinvestir du charbon permet de décarboner l’économie ? La question mérite d’être posée quand on constate qu’elle a favorisé l’émergence de tycoon du charbon en Europe de l’Est et que les émissions liées au charbon n’ont pas diminué dans le monde en valeur absolue.

Du temps, des méthodologies, de la prudence

Jusqu’où et comment les investisseurs harcèlent-ils les entreprises pour les réorienter vers une transition forte et rapide ? Jusqu’où et comment ont-ils revu leurs modèles de risque pour financer des actifs verts là où il y en a le plus besoin c'est-à-dire dans les pays vulnérables qui sont particulièrement nombreux en Afrique ?

Pas si vite répondent les investisseurs, il faut du temps, des méthodologies, de la prudence…C’est vrai mais en plein bras de fer entre gilets jaunes et défenseurs d’une transition juste défendue par Nicolas Hulot, il serait urgent de ne pas se limiter aux incantations pour passer à l’implémentation.

C’est l’une des vertus de ces grands événements. Ils mobilisent toutes les équipes au sein des institutions dont les dirigeants prennent la parole pour mesurer les progrès accomplis et préparer les prochaines étapes. C’est un grand pas vers un déploiement effectif qui peut permettre de faire de la finance durable la norme de marché comme Philippe Zaouati, le président de Finance For Tomorrow, l’appelle de ses vœux.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles




FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable. Actuellement, l’attention est focalisée sur le climat. Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et suite à l’Accord de Paris, des rendez-vous internationaux liés à la finance climat sont prévus en décembre dans la capitale française.

Excavation charbon Allemagne Martin Lizner

[Décryptage] COP24 : Des limites de l’engagement de la finance sur la fin des émissions liées au charbon

Lors de la COP24, qui se déroule à Katowice en Pologne jusqu’au 14 décembre, 415 grands investisseurs mondiaux appellent les ɐtats à être plus ambitieux sur la diminution de leurs émissions de gaz à effet de serre. Un message qui laisse perplexe alors que, depuis l’Accord de Paris, les fonds des...

Banque mondiale COP24 WorldBank

COP24 : la Banque mondiale promet 200 milliards de dollars entre 2021 et 2025 pour l’adaptation au changement climatique

La Banque mondiale a annoncé, lundi 3 décembre, la mobilisation d'environ 200 milliards de dollars de financements de 2021 à 2025 pour aider les pays en développement face au changement climatique, soit un "doublement" par rapport à la période précédente.

Gilets jaunes Palais Brongniart France2

La prise du palais Brongniart par les gilets jaunes, symbole de l’indispensable facteur Social des critères ESG

Dans le secteur de la finance durable, la prise en compte des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) a surtout mis l’accent sur les sujets climatiques. Mais ne serait-ce pas plutôt le facteur S qui doit être au centre de cette finance ? La journée de manifestation des gilets...

Laetitia Tankwe DeBaudus

Laetitia Tankwe, première française élue au Conseil d’administration des PRI

Conseillère du président de l’Ircantec, organisme de la retraite publique, Laetitia Tankwe sera la première française à intégrer le conseil d’administration des Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) dès janvier prochain. L’initiative, qui rassemble aujourd’hui plus de 2500 signataires...