Publié le 04 mars 2019

FINANCE DURABLE

Avec Ynsect, les investisseurs démontrent leur intérêt pour le secteur émergent de l’agriculture durable

Elle veut nourrir le monde avec des vers de farine. Et les investisseurs y croient. Ynsect vient de lever 110 millions d’euros pour faire passer à l'échelle industrielle l’élevage et la transformation d’insectes pour l’alimentation animale. Cette somme record pour une jeune société en phase de croissance montre l’attrait nouveau des investisseurs pour les technologies agricoles durables.

Unite demonstration Ynsite bis Copyright Ynsect
Ynsect va construire dans la Somme un nouveau site d'élevage et de transformation d'insectes destinés à l'alimentation animale.
@Ynsect

C’est un montant record qu’a réussi à lever Ynsect. En quelques mois, la jeune entreprise spécialisée dans l’élevage et la transformation d’insectes pour l’alimentation animale et la fertilisation des sols a rassemblé 125 millions de dollars (110 millions d’euros environ) auprès de ses investisseurs historiques et de nouveaux fonds d’investissement en capital internationaux.

Cette opération est symptomatique d’un domaine de plus en plus attractif pour les acteurs du capital investissement. Les énergies renouvelables attirent traditionnellement la grande majorité des capitaux privés mais, selon le dernier baromètre annuel des cleantechs publié par la commission climat de France Invest, l’agriculture durable commence à se faire une place.

Des investissements multipliés par quatre

En 2018, les "Agtechs", selon le terme en vigueur, se sont hissées en cinquième position des montants investis par les acteurs français du capital investissement. En tout, selon le baromètre cleantech, les fonds ont misé 91 millions d’euros dans de jeunes entreprises de l’AgTech, quatre fois plus qu’en 2017 (21 millions d’euros). La levée de fonds de 110 millions d’euros d’Ynsect assure déjà une année 2019 en progression.

"C’est un secteur très dynamique aujourd’hui car la population mondiale augmente, les besoins en alimentation aussi. Il y a donc besoin d’innover", explique Yassine Soual, chargé d’investissement du fonds Bpifrance Large Venture qui a participé à l’opération Ynsect. Le fonds Large venture, spécialisé dans le financement des startups en phase de croissance, a également participé, en décembre dernier, à l’augmentation de capital de 25 millions d’euros d’Agricool, une autre jeune pousse prometteuse spécialisée dans l’agriculture urbaine.

Ynsect a pu vérifier cet engouement. De l’aveu même d’Antoine Hubert, son président fondateur, "il y a eu plus de demandes de la part des investisseurs que ce que l’on pouvait offrir, donc nous pourrions recommencer une levée de fonds dans les prochains mois".

De fonds de typologie variée

Pour réunir une telle somme, Ynsect a dû ratisser large. "Notre tour de table est une convergence de plusieurs types de fonds, spécialisés dans les technologies logicielles comme Talis Capital, dans l’agroalimentaire durable, comme Astanor Ventures, dans l’impact comme le hong-kongais Happy Capital ou le français Demeter", confie Antoine Hubert. En tout, plus d’une dizaine d’investisseurs ont participé à l’opération.

La nouvelle levée de fonds porte à 175 millions de dollars (154 millions d’euros) les montants collectés par l'entreprise depuis sa création en 2011. "Nous allons pouvoir lancer la construction d’une plus grosse installation, dont les autorisations administratives sont en cours", explique Antoine Hubert. Cette première unité de production à grande échelle sera située à Poulainville près d’Amiens (Somme) et mettra en application les process validés dans le site de démonstration de 3000 m² situé à Dole, dans le Jura.

L’usine d’Amiens produira, sur quatre hectares, jusqu’à 20 000 tonnes de protéines issues des larves du molitor, ou ver de farine, soit 100 fois plus que la capacité actuelle. Ces protéines sont destinées au marché de l’alimentation animale, en se positionnant notamment en alternative aux farines utilisées pour l’élevage des poissons. Les déjections des larves sont par ailleurs retraitées et stérilisées pour produire des engrais non chimiques.

La construction devrait commencer en fin d’année, pour une durée d’un an environ. Mais déjà, les clients ont montré leur intérêt. "Ynsect a déjà sécurisé 70 % de la production en promesse d’achats alors que l’usine n’existe pas encore", souligne Yassine Soual, du fonds Large venture.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Eoliennes pixabay

En un an, les investissements dans les entreprises d'énergies renouvelables ont été multipliés par six en France

Le secteur des énergies renouvelables a suscité l’engouement des investisseurs en 2018. Les montants collectés en private equity ont explosé les compteurs, avec 646 millions d’euros investis en capital. Même chose pour les plates-formes de crowdfunding qui voient décoller le financement des projets...

OuraganMichael Floride Brandon Perdue 2

Catastrophes naturelles : les assureurs cherchent de nouveaux moyens de financement

Le monde de l’assurance doit faire face à des coûts liés aux catastrophes naturelles de plus en plus élevés. Les Cat’ Bonds, ces obligations catastrophe émises sur les marchés financiers, suscitent justement un fort regain d’intérêt de la part des assureurs. Le marché a explosé les compteurs en...

Baril petrole bourse risque prim91

Le jour où le fonds norvégien ébranla la forteresse financière qu’est encore le pétrole

L’histoire se souviendra peut-être du 8 mars 2019 comme celui où l’un des plus gros actionnaires du monde, le fonds norvégien, a annoncé qu’il cessait d’investir dans les "compagnies d'exploration et de production" pétrolières pour des raisons financières !

Norvege petrole 2

En excluant le pétrole, le fonds norvégien entérine le principe du risque climatique pesant sur les marchés financiers

Quelque 134 entreprises du secteur de l’exploration et de la production de pétrole et gaz seront persona non grata dans le fonds souverain norvégien. Le ministère des Finances, sa tutelle, vient de prendre la décision d’une exclusion progressive de ce secteur du portefeuille du fonds. Et ajoute une...