Publié le 22 septembre 2020

FINANCE DURABLE

5 ans des Objectifs de développement durable (ODD) : quelles solutions pour accélérer les financements

Il y a cinq ans, l’ONU adoptait les Objectifs de Développement durable, soit 17 priorités environnementales, sociales et économiques pour 2030. Mais aujourd'hui, le compte n’y est pourtant pas. Seuls 2 500 milliards d'euros sont mobilisés chaque année alors que 5 000 à 7 000 seraient nécessaires. Et les pays en développement reçoivent de moins en moins d’aide publique au développement. Focus sur cinq outils qui pourraient inverser la tendance.

FINANCEMENT ODD
Les besoins de financement pour espérer atteindre les Objectifs de développement durable se font de plus en plus sentir, notamment dans les pays en développement
@BH

Financer des projets grâce à l’impact investing

Investir dans les solutions destinées à résoudre les grands défis mondiaux à l’échelle locale ou planétaire, c’est l’objectif de l’impact investing. Pas question de philanthropie ici. L’objectif est d’allier rentabilité et impact positif. Le marché 2020 est estimé à 715 milliards de dollars par le Global Impact Investing network (GIIN) et la crise sanitaire pourrait accélérer la cadence. Jusque-là plutôt réservé aux sociétés de gestions spécialisées, il séduit désormais les grands financiers comme BlackRock, le plus important gestionnaire d'actifs au monde. Il a annoncé en avril le lancement d’un fonds à impact pour investir dans les entreprises contribuant aux ODD. Parmi les sujets de prédilection : l’accès au logement, à l’éducation, la santé ou les énergies renouvelables.

Intégrer les ODD dans les stratégies d’investissement

Au-delà du financement des solutions, il est essentiel que les investissements ne nuisent pas aux ODD. Pour cela, les investisseurs responsables qui scrutent les enjeux ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) sont aux avant-postes. Avec 89 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, les 3 000 signataires des Principes pour l’Investissement responsable (PRI) peuvent "jouer un rôle unique pour aider le monde à atteindre les ODD", assurent-ils, grâce à leurs investissements ou leur dialogue avec les entreprises. Les PRI leur demande de "prendre systématiquement en considération les problématiques sociétales et environnementales dans leurs stratégies d’investissement et d’adopter des actions collaboratives contribuant aux ODD". Ceux-ci seront d’ailleurs intégrés à leur cadre de reporting dès 2021.

Sécuriser les flux de financement grâce au numérique 

En facilitant les transactions (paiement par mobile, crowdfunding, transferts d'argent), en sécurisant les données et en traçant les flux (blockchain) ou en utilisant le stock de données disponibles pour affiner les analyses d’impact (Big data), la finance numérique pourrait avoir "un impact transformationnel sur le développement durable", estime un groupe de travail sous l’égide de l’ONU. D'autant que la numérisation pourrait permettre aux citoyens - consommateurs ou investisseurs - d'être davantage acteurs de cette transformation, souligne-t-il. Pour les professionnels, il existe "de nombreuses possibilités dans des domaines comme la mesure du risque climatique ou des logiciels de conseils pour l’épargne durable...", souligne de son côté Anne-Claire Roux, la directrice générale de Finance for Tomorrow qui lance un challenge sur le sujet aux fintech françaises

Développer les ODD bonds

Après les green bonds, la saga continue avec les ODD bonds. Et l’ONU espère bien le même succès pour ces nouvelles sorte d'émissions de dettes. En 2019, l’énergéticien italien Enel marquait le coup en lançant deux ODD bonds d’un montant total de quatre milliards de dollars pour développer sa stratégie dans les énergies renouvelables. Depuis, la Banque mondiale et le Mexique s’en sont emparés avec une émission à 890 millions de dollars. Reste à savoir si cette forme d'obligation va devenir habituelle. Certaines banques en sont convaincues mais des experts du développement durable, comme l’IDDRI, s’interrogent. Si ces obligations peuvent soutenir la mise en œuvre de plans nationaux ou d'entreprises, "apportent-elles vraiment une additionnalité et attirent-elles les capitaux vers des investissements plus novateurs ?", se demande le think-tank.

Recourir à la blended finance pour les pays en développement

Mixer des fonds philanthropiques, aides et prêts publics ou privés est l’un des outils les plus mis en avant pour financer les ODD dans les pays en développement. Ces montages sont "complexes" mais l’effet de levier de ces financements mixtes est significatif, notamment pour le financement des infrastructures, assure l’Agence française de développement (AFD). Ceux-ci permettent en effet d’"allouer conjointement des ressources, de partager les coûts de transaction et de réduire les risques d’investissements dans une perspective de long terme", souligne l’IDDRI. L’initiative AGR13, par exemple, va débloquer 1 milliard de dollars en faveur de l’agriculture durable et de la lutte contre la déforestation en mixant les fonds (entre autres) de Mirova et du programme environnement de l’ONU (PNUE).

Béatrice Héraud, @beatriceheraud  


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Pourtant opposé à la spéculation, le Vatican a pris de gros risques en Bourse

La doctrine de l’Église était pourtant claire : les couvertures de défaillance, ces produits financiers très spéculatifs, ne sont pas éthiques. Une enquête du Financial Times a pourtant révélé qu’une administration du Vatican avait investi dans de tels contrats, spéculant sur la faillite de Hertz,...

Smartphone appli BNP CCO

BNP Paribas propose à ses clients de calculer l’empreinte carbone de leurs dépenses

En s’associant avec la jeune pousse Greenly, BNP Paribas permet à ses clients de mesurer l’empreinte carbone de leur consommation. Intégrée à l’application bancaire, la solution de Greenly détermine le volume d’émission de gaz à effet de serre de chaque ligne de dépense affichée sur les relevés de...

Pompage petrole CC0

Les exclusions de projets pétroles et gaz les plus controversés annoncent un mouvement plus large

Une étude publiée le 20 octobre par l’institut australien IEEFA spécialiste de l’analyse économique et financière du secteur de l’énergie, a passé au crible les politiques de 50 investisseurs de poids qui excluent les sables bitumineux et le forage gazier en Arctique. Leurs conclusions : un exode...

Nikola refuse1 NikolaMotor

Nikola Motor, "l’autre Tesla", s’effondre en Bourse sur fond de promesses technologiques douteuses

Le cours de Bourse de Nikola Motor est descendu aussi vite qu’il était monté. La startup américaine cotée au Nasdaq depuis juin a fait l’objet d’un rapport à charge d’un investisseur. Celui-ci démonte toutes les promesses sur la technologie et sur l’existence même de prototypes du fondateur de la...