Publié le 13 janvier 2021

ENVIRONNEMENT

Le Sénat s’attaque à l’empreinte environnementale du numérique

Sanctionner l'obsolescence logicielle, rendre obligatoire l'écoconception des sites web, limiter le renouvellement des terminaux numériques comme les téléphones et ordinateurs... Le Sénat a adopté le 12 janvier une proposition de loi transpartisane visant à limiter l'impact du numérique sur la planète. Un texte inédit qui répond à une réelle urgence : si rien n'est fait, d'ici 2040, le secteur numérique sera plus polluant que le transport aérien. 

Pollution numerique smartphone
Le secteur du numérique représente aujourd'hui 7 % des émissions de gaz à effet de serre en France et pourrait atteindre 7 % en 2040.
CC0

C’est une proposition de loi inédite qui vient d’être largement adoptée au Sénat le 12 janvier. Son but : réduire l’empreinte environnementale du numérique. Porté par Patrick Chaize et Guillaume Chevrollier (LR) ainsi que Jean-Michel Houllegatte (PS) et Hervé Maurey (centriste), le texte a été cosigné par quelque 130 sénateurs de tous bords. Il faut dire que les chiffres sont inquiétants. 

Le numérique représentait en 2019 15 millions de tonnes équivalent CO2 soit environ 2 % des émissions de gaz à effet de serre de la France. Or, si aucune politique publique de sobriété numérique n’est déployée, d’ici 2040, le secteur représentera 7 % des émissions, "un niveau bien supérieur à celui actuellement émis par le transport aérien (4,7%)", rappelle dans un rapport le Sénat. 

Limiter le renouvellement des téléphones, ordinateurs...

Pour inverser la courbe, les Sénateurs comptent d’abord légiférer sur ce qui pèse le plus dans l’empreinte environnementale du secteur : les terminaux numériques. Les téléphones, ordinateurs et autres équipements électroniques, représentent en effet 80% de l'impact environnemental du numérique. Le texte vise ainsi à limiter leur renouvellement et propose de "sanctionner l'obsolescence logicielle". Cette pratique consiste, comme pour les biens matériels, à raccourcir intentionnellement la durée de vie des logiciels. 

La proposition de loi entend encore promouvoir des usages numériques "écologiquement vertueux", en rendant notamment obligatoire "l'écoconception" des sites web, et "faire émerger une régulation environnementale" pour prévenir l'augmentation des consommations et émissions des réseaux et des centres de données. Les sénateurs veulent en particulier demander aux opérateurs de souscrire d'ici 2023 à des engagements environnementaux pluriannuels contraignants auprès de l'Arcep, le gendarme des télécoms.

"Un texte novateur"

Le groupe écologiste, qui par la voix de Jacques Fernique a salué "un texte novateur" avec de "nombreux points forts", a défendu sans succès plusieurs dispositions pour le "renforcer". Les sénateurs écologistes souhaitaient notamment que l'observatoire de recherche des impacts environnementaux du numérique évalue l'impact environnemental du déploiement du réseau 5G.

Pour le secrétaire d'État chargé de la Transition numérique, Cédric O, "la volonté qui irrigue la proposition de loi rejoint celle du gouvernement dans le cadre de sa feuille de route interministérielle pour faire converger numérique et écologie" qui doit être présentée "début février". Il a néanmoins exprimé des "réserves" sur certains points. Ainsi, contre l’avis du gouvernement, les sénateurs ont adopté un amendement visant à assurer la traçabilité des équipements numériques reconditionnés. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...

Virus pandemie covid 19 pixabay

Maladies infectieuses : comment le changement climatique tue

Tuberculose, paludisme, le changement climatique va faire progresser ces maladies infectieuses, touchant des populations qui ne sont pas immunisées et qui auront du mal à y faire face, alerte le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. En outre, avec la fonte des...

Sophie Godin Beekmann couche d ozone CNRS

Reconstitution de la couche d’ozone : Une victoire qu'on ne peut pas répliquer au climat

Le trou dans la couche d'ozone devrait se résorber d'ici quarante ans au-dessus de l’Antarctique, et dès 2040 dans le reste du monde. Il avait été créé par la pollution humaine, particulièrement les chlorofluorocarbures (CFC) autrefois émis par de nombreux réfrigérateurs. Mais un protocole...

La foret amazonienne notre terre documentaire National Geographic

Planet killers, Pauvre malgré le job, Utopie.s… Cinq documentaires engagés à ne pas manquer cet hiver

Arte, France TV, Disney +... Vous avez fait le tour des plateformes de streaming et vous manquez d’inspiration ? Suivez le guide ! Une enquête haletante à la poursuite des criminels environnementaux, une plongée au cœur de l’Amazonie en compagnie du peuple Uru-Eu-Wau-Wau ou encore une immersion dans...