Publié le 14 février 2022

ENVIRONNEMENT

Chaînes d'approvisionnement : les fournisseurs ne sont pas assez incités à agir pour le climat

Les fournisseurs sont encore trop peu nombreux à dévoiler leur empreinte carbone, note une étude conjointe du CDP et BCG sur la durabilité de la chaîne d'approvisionnement. Résultat, leurs engagements pour baisser leurs émissions ne sont pas à la hauteur des enjeux climatiques. Pourtant, les émissions de gaz à effet de serre provenant de la chaîne d’approvisionnement d’une entreprise sont, en moyenne, 11 fois plus élevées que celles engendrées par son activité directe.

Preserver climat planete IvanJesusCruzCivieta
La chaîne d’approvisionnement d'une entreprise émet 11,4 fois plus d'émissions que son activité directe.
Ivan Jesus Cruz Civieta

"Le "greenwashing" est aujourd’hui le nouveau déni climatique", alertait Laurence Tubinana, directrice de la Fondation européenne pour le climat, lors de la dernière COP26. Ce risque est d’autant plus grand que les entreprises ne rendent pas pleinement compte de l’ensemble de leurs émissions de carbone et omettent leurs émissions indirectes. Selon une étude menée par le Carbon Disclosure Project (CDP) en collaboration avec le Boston Consulting Group (BCG), "80% des fournisseurs interrogés ne reportent pas les émissions de leur propre chaîne d’approvisionnement".

Pourtant, ce sont bien ces émissions indirectes qui pèsent le plus lourd dans la facture carbone. Elles sont, en moyenne, 11,4 fois plus élevées que celles engendrées par l’activité directe de la société, selon le rapport "Engaging the Chain, driving speed and escale". Les experts soulignent en effet la grande difficulté des entreprises à mesurer le scope 3, c’est-à-dire celui des émissions indirectes liées à leurs sous-traitants. Mais cet "oubli" conduit à un décalage entre les promesses des sociétés et l'impact réel de leurs efforts. Une récente étude du NewClimate Institute a ainsi calculé que les baisses de 100% des émissions annoncées par des entreprises n'atteignent en réalité que 40%. La tentation du greenwashing s’en trouve ainsi démultipliée.

3% des fournisseurs ont de vrais plans climat

Par ailleurs, comme ces émissions ne sont pas prises en compte, les donneurs d’ordre sont peu nombreux (38%) à demander à leurs fournisseurs d’agir en faveur du climat. Ainsi, 44% seulement des fournisseurs ont des objectifs climatiques et 28% ont un plan de transition concret pour les atteindre. A l’arrivée, ils sont une extrême minorité (3%) à fixer des objectifs en ligne avec les accords de Paris validés par la Science Based Targets initiative (SBTi). "Au rythme actuel, il faudrait plus de dix ans avant que l’ensemble des fournisseurs aient défini des objectifs climatiques", déplore ainsi Michel Fredeau, directeur associé au BCG.

"On doit avoir une action concrète pour faire baisser les émissions", ajoute le responsable. Ce dernier constate que les entreprises interrogent de plus en plus leurs fournisseurs avec une quantité de données demandées en hausse de 50% par rapport à 2020. Résultat, en 2021, plus de 70% des fournisseurs ont déclaré leurs émissions de scope 1 et 2, sans toutefois prendre en compte le scope 3, selon le rapport du BCG et de CDP. "La première étape est de mieux le mesurer pour savoir où se situent les émissions les plus importantes et pouvoir ainsi piloter leur abattement", précise Charlotte Degot, directrice associée au BCG Gamma.

Pour ce faire, "il faut un partage de données et une coopération entre acteurs", ajoute la spécialiste. Ainsi, 66% des fournisseurs estiment que la collaboration en matière de données à l’échelle du produit peut être un facteur-clé de décarbonation de la chaîne d’approvisionnement, constate le rapport. Par ailleurs, le donneur d’ordre a un rôle clé car "lorsqu’une entreprise incite ses fournisseurs à se préoccuper davantage de l’environnement, le changement opère", note l’étude. "Les fournisseurs pourront ainsi valoriser leurs efforts de décarbonation, ce qui leur est indispensable pour rester compétitifs", précise Charlotte Degot.

Une nouvelle plateforme au service de l’objectif de neutralité carbone

Forts de ces constats, BCG lance conjointement avec CDP un outil pour faciliter la prise en compte des émissions et réduire l’impact de l’ensemble de la chaîne d'approvisionnement. Ils ont conçu un calculateur d’empreinte carbone basé sur les standards du CDP, nommé CO2 AI Product Ecosystem. L’accès à cette plateforme visant à mesurer les émissions grâce à l’intelligence artificielle "est mis gracieusement à disposition de tous les fournisseurs et les données sont protégées", assure Charlotte Degot. Cette plateforme regroupe les données de performance environnementale que doivent échanger entreprises, fournisseurs et clients pour répondre à l’objectif de neutralité carbone, insistent les créateurs de l’outil.

Mais encore faut-il que les entreprises prennent le sujet à bras le corps. Les gouvernements sont régulièrement appelés à réguler plus strictement les engagements climatiques des groupes avec des règles du jeu uniformisées.

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Glacier italie istock

Effondrement d’un glacier en Italie, typhon en Chine, canicule… un week-end catastrophe sous le signe du changement climatique

Ce week-end, des évènements extrêmes liés au changement climatique se sont enchaînés partout dans le monde. Alors qu’un glacier s’est effondré en Italie après un record de chaleur, un typhon s’est abattu sur la Chine. Autant de phénomènes qui nous rappellent l’urgence à agir et à s’adapter comme à...

EP ok jpg

"Non, il ne faut pas arrêter de faire des enfants pour sauver la planète", selon Emmanuel Pont

"Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ?". C'est la question à laquelle répond Emmanuel Pont dans son dernier livre alors que nous serons bientôt 8 milliards d'êtres humains sur Terre. Il revient ainsi sur l’étude polémique de 2017 qui avait évalué le "poids" écologique d’une...

Dont look up pop culture influence climat netflix

Mobilisation climatique : la pop culture plus efficace que le rapport du GIEC

Climat, limites planétaires, perte de biodiversité… Les rapports scientifiques se multiplient pour nous pousser à agir face à l’urgence écologique, mais peinent à toucher le grand public. Pour changer d’échelle, la culture populaire a un rôle à jouer. Dans une nouvelle étude, l’Ademe et Place to B...

Elisabeth borne Julien de rosa afp

Les ministres et haut-fonctionnaires vont être formés aux enjeux écologiques

Le gouvernement a entendu l’appel de la société civile. Alors qu’une pétition réclamait la formation des ministres aux enjeux environnementaux, la Première ministre Élisabeth Borne a approuvé leur demande. En plus des équipes ministérielles, 25 000 fonctionnaires cadres devraient être formés. Si...