Publié le 30 novembre 2015

Cop21 les negociations

ENVIRONNEMENT

COP21 : La Chine, l’Inde et les pays en développement réclament une véritable "justice climatique"

Dans son discours inaugurant la 21ème Conférence onusienne du climat, le président de la République, François Hollande, appelle à un accord ambitieux placé sous le signe de la justice climatique. Un appel entendu. La Chine, l’Inde, les pays émergents et en développement s’unissent pour rappeler la responsabilité historique des pays développés dans le réchauffement climatique. Pour ces pays, la question du financement de l’adaptation et de la transition énergétique est incontournable. Son règlement est la condition sine qua non d’un accord.

François Hollande Xi Jingping COP21 justice climatique 30 novembre Bourget Mustafa Yalcin Anadolu Agency
François Hollande a appelé dans son discours d'ouverture de la COP21 à davantage de "justice climatique". Un message tout de suite repris par la Chine et des pays du G77.
Mustafa Yalcin / Anadolu Agency AFP

Fran"Les pays développés doivent assumer leur responsabilité historique, les pays émergents accélérer leur transition énergétique et les pays en développement doivent être accompagnés dans leur adaptation aux impacts climatiques", a déclaré le président de la République dans son discours d’inauguration de la COP21.   

Une position que partagent Barack Obama, le président américain, et Angela Merkel, la chancelière allemande.   

 

Les 100 milliards, point clé de la négociation   

 

Ravi Prasad, chef de la délégation indienne à Paris, ne dit pas autre chose. Devant un parterre de journalistes réunis au Bourget, il estime qu’"aujourd’hui, François Hollande a rappelé qu’il s’agissait avant tout de justice climatique. Cela doit se traduire par un soutien financier de la part des pays développés envers les pays en développement car les personnes qui sont le plus affectées par l’impact du réchauffement climatique sont les personnes qui disposent des ressources les plus réduites".   

La mobilisation financière des pays du Nord en faveur des pays du Sud est donc une condition sine qua non pour que les délégués puissent aboutir à un accord le 11 décembre. Pour cela, il faudra enfin réunir les 100 milliards de dollars par an promis à Copenhague (à partir de 2020), mais aussi organiser les transferts technologiques, et abonder le Fonds vert pour le Climat, financer le Fonds d’adaptation et enfin celui à destination des pays les moins développés.   

Mais un point cristallise toutes les attentions, au Nord comme au Sud : celui du mécanisme des pertes et dommage.     

 

Le mécanisme des "pertes et dommage", point de crispation  

 

"Le G77 et la Chine parlent d’une même voix dès lors qu’il s’agit d’intégrer le mécanisme des pertes et dommages (article 5 dans le brouillon actuel de l'accord) comme il a été défini en 2013 à Varsovie", rappelle Juan P. Hoffmaister, responsable des questions financières au sein du G77 + la Chine. Et les représentants des délégations chinoise, indienne et des pays en développement s’attachent tous à souligner qu’un accord sans l’intégration de ce mécanisme n’est pas envisageable.   

Mais de quoi s’agit-il ? Cela peut en fait se comparer à une assurance financée par les pays développés en faveur des victimes du réchauffement climatique dans les pays en développement. La terminologie "pertes et dommage" utilisée dans l’accord est d'ailleurs directement empruntée au monde de l’assurance.   

"Quand des terres agricoles se trouvent sous les eaux, il n’y a plus rien à faire. Tout est perdu. Aucun effort d’adaptation ne pourra compenser la perte de la principale source de revenu des victimes", précise Juan P. Hoffmaister. "Il est nécessaire que les victimes disposent d’un mécanisme de compensation financière juste et efficace, c’est-à-dire qui arrive le plus rapidement possible et sans conditions".   

Ravi Prasad, chef de la délégation de l’Inde poursuit : "L’Inde a un grand littoral et beaucoup de petites îles. Le pays se trouve dans la même situation que les pays de l’Alliance des petits États insulaires (APEID). Nous nous attachons à ce que le mécanisme des pertes et dommage fasse effectivement partie intégrante de l’accord". 

Claire Stam
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Rachel Kyte : "il faut s'engager sur le chemin de la décarbonisation"

La Banque mondiale ne sera pas un des négociateurs directs de l'accord sur la table à Paris. Mais l'institution internationale compte bien apporter toute son expertise lors de la COP21,...

COP21 : Vingt ans de négociations climatiques. Et maintenant ?

La conférence climatique de Paris, qui s’ouvre dans une semaine, est la 21e du genre. Elle est particulièrement importante car les Etats vont devoir trouver un accord destiné à limiter...

COP21 : l’aide du Nord, une question de "vie ou de mort" pour les pays du Sud

En tapant du poing sur la table dès l’ouverture des dernières négociations préparatoires avant la conférence de Paris, les pays en développement ont profondément modifié la donne dans le jeu complexe de la diplomatie climatique. Ils ont rappelé qu’ils font déjà face aux dévastations...

COP21 : vive contestation du texte de négociation par les pays en développement

Alors que s’ouvre à Bonn l’ultime session de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les délégués des pays en voie de développement ont vivement contesté la validité du texte de négociation présenté par les deux coprésidents début octobre. Et ils ont...

COP21 : La France et la Chine main dans la main pour un "accord ambitieux"

A un mois de la COP21, "c’est un pas majeur" vers un accord qui a été franchi, a estimé François Hollande lors de la signature d’une <link...

COP21 : un marathon de deux semaines pour trouver un accord sur le climat

La Conférence climat de Paris, dont on parle depuis des mois, va s’ouvrir un peu en avance à 17 heures aujourd’hui. Pendant deux semaines, plus de 10 000 délégués du monde entier vont négocier d’arrache-pied...

Seyni Nafo (porte-parole du groupe africain de la COP21) : "l’Afrique ne signera pas un accord sans ambition"

Continent particulièrement vulnérable au changement climatique et pourtant peu émetteur de gaz à effet de serre, l’Afrique va devoir hausser le ton lors de la conférence sur le climat de Paris. C’est bien ce que compte faire le Groupe africain qui représente 54 pays et près d’un milliard...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

CampFire Californie Nasa

Face à l’incendie le plus meurtrier de Californie, Donald Trump minimise (toujours) l’impact du changement climatique

Les sécheresses chroniques en Californie ont donné lieu, depuis dix jours, à un incendie catastrophique en Californie, le plus meurtrier de l’histoire de l’État. Pour le Président américain qui s’est rendu sur place, la cause n’en est pas le changement climatique mais une mauvaise gestion de la...

Bitcoin lestekSolzi

[Science] Le bitcoin pourrait, à lui seul, augmenter la température de 2°C en 16 ans

On savait que le bitcoin est un gouffre énergétique mais pas que sa généralisation pouvait avoir un tel impact sur le réchauffement climatique. Selon une étude publiée dans la revue Nature, s'il est massivement utilisé, il pourrait faire grimper en seulement 16 ans la température mondiale de 2°C,...

Agrocarburants plus polluants que diesel et essence

Carburants : Les agrocarburants polluent plus que l’essence et le diesel

Les gilets jaunes défileront le 17 novembre pour dénoncer la hausse du prix des carburants. En attendant, de plus en plus de Français se tournent vers les agrocarburants, souvent moins chers et présentés comme des alternatives vertes au diesel et à l'essence. Or, selon plusieurs études, ils seraient...

Les englouties rechauffement climatique

Réchauffement climatique : ces îles, réserves de la biodiversité, ont été rayées de la carte du jour au lendemain

"Oh mon Dieu elle a disparu". Voilà la réaction d'un climatologue s'apercevant de la disparition d'une île hawaïenne sur laquelle il allait effectuer des recherches. L'île était inhabitée mais constituait un refuge pour des espèces en danger. Et elle n'est pas un cas isolé. Avec le réchauffement...