Publié le 04 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

Comme la planète, la biodiversité a une limite... qui est déjà franchie

Il y a une limite à ne pas franchir pour le climat, et on la connaît. Le seuil fatidique a été fixé à +1,5°C par l'Accord de Paris. C'est cette limite qui permet aux entreprises, investisseurs, Etats d'agir. Or, sur la biodiversité, le seuil n'est pas encore bien défini ralentissant la mise en place de leviers efficaces. Certains acteurs comme CDC Biodiversité et ASN Bank ont décidé de prendre les devants. 

Novethic organisait le 4 juillet le Positive Investors Forum.
@Novethic / AFP-Services

Les chiffres sont alarmants. Selon le dernier rapport de l’IPBES, la Plateforme intergouvernementale pour la biodiversité, 75 % de l’environnement terrestre et 40 % de l’environnement marin présentent des "signes importants de dégradation". Sur les huit millions d’espèces estimées sur la planète, un million sont déjà menacées d’extinction. Mais quelle est la limite à ne dépasser ?

La question peut paraître anodine et pourtant, sur le climat, c’est la mise en place d’un curseur qui a favorisé la prise de conscience et surtout l’action. Les parties prenantes (entreprises, investisseurs, gouvernement, société civile) ont une limite à ne pas dépasser, les fameux +1,5°C défini dans l’Accord de Paris.

Ne pas attendre que la méthode soit parfaite avant d'agir

"L’établissement d’une limite à 1,5°C et un budget carbone a été extrêmement moteur dans la lutte contre le changement climatique", a expliqué Antoine Vallier, Chef de projet CDC biodiversité, lors du Positive investors forum(PIF) organisé par Novethic, "L’objectif est de créer une limite similaire sur la biodiversité pour pouvoir nous situer par rapport à cette limite".

C’est pourquoi CDC biodiversité, avec le Club des B4B+ des "Entreprises pour une biodiversité positive", travaille à l’élaboration d’un outil de mesure standardisé, spécialement adapté aux entreprises et aux acteurs financiers. Son nom : le Global Biodiversity score. Pour cela elle a le soutien de l’ASN Bank qui tente aujourd’hui de l’appliquer dans sa stratégie.

La banque a en effet pour objectif que tous ses investissements et prêts, d’ici 2030, aient un effet positif sur la biodiversité. Le chemin est encore long, la méthode n’est pas encore au point. Mais "si on attend d’avoir des méthodes parfaites, on n’y arrivera pas", explique Roel Nozeman, Senior advisor biodiversity à l’ASN Bank qui embarque plus de 50 entreprises dans sa démarche.

 Marina Fabre, @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

[Bonne nouvelle] Les terres et mers australes françaises inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco

Situées à plus de 2 000 kilomètres de tout continent, les Terres et mers australes françaises, dans le sud de l'océan Indien, viennent d’être classées au patrimoine mondial par l'Unesco. De quoi garantir des activités durables sur l’ensemble de cette vaste zone, selon le gouvernement.

Une nouvelle coalition internationale appelle à un New Deal ambitieux sur la biodiversité

En 2020, la COP15 de la Biodiversité qui aura lieu à Pékin pourrait donner lieu à un accord comparable à celui de Paris sur le climat. Pour s’y préparer, plusieurs grandes fédérations d’entreprises viennent de s’allier avec des ONG et think-tank environnementaux au sein d’une coalition appelée...

[Science] Les chimpanzés ne survivent plus que dans des "ghettos forestiers"

Sous la pression de l'urbanisation et de la chasse, les chimpanzés ne survivent plus que dans des ilôts de nature de plus en plus petits, se sont alarmés des primatologues spécialistes de ce plus proche parent des humains.

Comme la planète, la biodiversité a une limite... qui est déjà franchie

Il y a une limite à ne pas franchir pour le climat, et on la connaît. Le seuil fatidique a été fixé à +1,5°C par l'Accord de Paris. C'est cette limite qui permet aux entreprises, investisseurs, Etats d'agir. Or, sur la biodiversité, le seuil n'est pas encore bien défini ralentissant la mise en place...