Publié le 15 octobre 2019

ENVIRONNEMENT

Pas d’avantage fiscal pour l’huile de palme : le business model de la Mède de Total remis en question

Total va-t-il continuer d'importer de l'huile de palme pour faire tourner sa bio-raffinerie de la Mède ? Le Conseil constitutionnel vient de rejeter un recours du groupe pétrolier et valide ainsi la suppression d'une exonération fiscale pour les biocarburants à base d'huile de palme. Une décision saluée par les associations environnementales qui pourrait remettre en cause le modèle économique de la Mède, selon le groupe pétrolier. 

Patrick Pouyanné avait estimé que la bio-raffinerie ne serait pas viable sans exonération fiscale sur l'huile de palme.
Total

Mauvaise nouvelle pour Total. Le groupe pétrolier avait déposé un recours en juillet 2018 pour faire annuler une décision soutenue par les parlementaires. Elle consistait à exclure les produits à base d’huile de palme d’une exonération fiscale à partir du 1er janvier 2020. Ce lundi 14 octobre, le Conseil constitutionnel a rejeté ce recours estimant que "la culture de ces matières premières et leur utilisation pour la production de biocarburants présentent un risque élevé d'induire indirectement une hausse des émissions de gaz à effet de serre" en raison de la déforestation.

Une perte de 70 à 80 millions d'euros selon Total

Les associations environnementales, vent debout contre la bioraffinerie de la Mède, saluent cette décision. "C’est une victoire importante pour le climat et la biodiversité. Le Conseil Constitutionnel a reconnu ce que seul Total continue de contester : l’utilisation d’huile de palme, certifiée ou non, est une catastrophe pour le climat et les forêts", a réagi Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour l’association Canopée et porte-parole "forêt" de la fédération des Amis de la Terre.

Total ne s’est pour l’instant pas exprimé sur cette nouvelle décision mais le groupe avait basé sa défense sur deux points. D’abord, l’huile de palme importée serait certifiée durable et donc ne participerait pas à la déforestation. Ensuite, le patron du groupe, Patrick Pouyanné, avait évalué, lors des discussions à l’Assemblée nationale, une perte de 70 à 80 millions d’euros si l’exonération fiscale n’était pas maintenue, remettant en question le modèle économique de La Mède.

Un carburant pas écologique

Si cette décision est un revers pour Total, elle l’est aussi pour le gouvernement qui avait apporté son soutien au groupe, malgré la colère des agriculteurs français. Ces derniers estimaient que l’importation d’huile de palme entrait en concurrence avec le colza et le tournesol français. Face à la fronde des agriculteurs, Total s’était engagé à utiliser au moins 50 000 tonnes par an de colza français.

Plus largement, cette décision de justice trouve un écho à celle de la Commission européenne qui considère que les biocarburants à huile de palme ne doivent pas être promus. "Nous appelons maintenant les autres pays européens à suivre l’exemple de la France : les automobilistes ne doivent pas être forcés de payer pour un carburant présenté comme écologique alors qu’il contribue, en réalité, à la destruction des forêts tropicales et la biodiversité qu’elles abritent", a déclaré Laura Buffet, directrice énergie pour la fédération européenne d’ONG Transport & Environnement.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Pierre Rabhi est mort, mais pas son rêve de "sobriété heureuse"

C’était le pionnier de l’agroécologie, le porte-voix des "Colibris" appelant chacun à "faire sa part" : Pierre Rabhi est mort à l’âge de 83 ans le 4 décembre laissant orphelin les adeptes de la "sobriété heureuse". Après avoir connu une certaine notoriété comme pionnier de l’agroécologie, il avait...

Agriculture pac climat bence balla schottner unsplash 01

La nouvelle PAC, censée verdir l'agriculture européenne, fait polémique

Le Parlement européen a validé la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui fixe les grandes orientations agricoles à partir de 2023 pour quatre années. Dotée d'un budget de 387 milliards d'euros, ce pilier de l’Union européenne a été conçu pour "verdir" l'agriculture. Mais ses détracteurs...

Déforestation Amazonie istock

Malgré les promesses de Jair Bolsonaro, la déforestation en Amazonie n'a pas cessé d'augmenter

La déforestation en Amazonie brésilienne progresse pour la troisième année consécutive, une conséquence directe des politiques menées par le président Jair Bolsonaro. L'observatoire du climat accuse le Brésil d'avoir dissimulé ces conclusions avant la COP26 sur le climat, au cours de laquelle le...

Manifestation agriculture inde Xavier Galiana AFP

La révolte des paysans indiens a payé : le gouvernement annonce le retrait de la très controversée réforme agricole

C’est un moment rare. Le Premier ministre Narendra Modi s’est incliné face à la mobilisation, qui dure depuis plus d’un an, des paysans indiens. Il a annoncé le retrait de sa réforme agricole qui risquait d’obliger les agriculteurs à brader leurs marchandises aux grandes entreprises pour les...