Publié le 20 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

L’agriculture bio est plus rentable que le conventionnel, selon l'INSEE

Pas de doute, l’agriculture bio est moins productive que le conventionnel mais elle a de meilleures performances économiques, estime l’INSEE dans une nouvelle étude. Grâce à des ventes en circuit court, l'absence notable d'intrants chimiques et des prix de vente plus élevés, les agriculteurs bio s’en sortent mieux.


Souvent montrée du doigt pour son manque de productivité, l'agriculture bio est pourtant plus rentable que l'agriculture conventionnelle, selon l'INSEE.

C’est une étude d'une ampleur inédite que vient de publier l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) sur la performance économique de l’agriculture biologique comparée à celle du conventionnel. L'Institut a étudié la rentabilité de 1 800 fermes bio et de 28 000 exploitations conventionnelles. Trois secteurs sont représentés : le maraîchage, la viticulture et la production laitière. Selon ces travaux, l’agriculture bio est plus rentable que le conventionnel.

Davantage de salariés mais des économies sur les intrants chimiques 

Du côté des viticulteurs bio, le chiffre d’affaires moyen est de 17 000 euros par hectare, soit… 46 % de plus qu’en conventionnel ! Une différence d’autant plus surprenante que les frais de personnel y sont une fois et demi supérieur. "Près de 0,14 équivalent temps plein salarié par hectare en bio contre 0,08 en conventionnel", détaille l’INSEE. Cela s’explique, d’une part, par des prix de vente supérieurs de 10 % à 40 % selon les produits. D'autre part, la différence est due au nombre d'exploitations bio en zone AOP (Appellation d’origine protégée). Au final, l’excédent brut d’exploitation (EBE) est de "6 400 euros à l’hectare contre 3 700 euros pour les viticulteurs conventionnels".

Pour le secteur du maraîchage, le chiffre d’affaires des producteurs de légumes bio est inférieur à celui des producteurs conventionnels (10 900 euros contre 12 500 à l’hectare). Mais "les maraîchers bio utilisent moins d’intrants de synthèse (engrais, amendements, produits de protection des plantes…) et économisent ainsi sur les consommations intermédiaires", note l’institut. L’EBE est donc de 3 300 euros en moyenne pour les bio contre 2 500 pour les conventionnels.

De la vente en circuit court permet de "capter davantage de la valeur finale du produit" 

Pour la production laitière, ce sont notamment les aides à l’agriculture bio qui permettent au secteur d’avoir un EBE supérieur de 20 % en moyenne au conventionnel. Les éleveurs laitiers bio ont une productivité par animal plus faible (entre 20 et 25 %) par rapport aux élevages conventionnels. Les prix de ventes plus élevés que dans le conventionnel ne "suffisent pas à compenser le différentiel de productivité", estime l’INSEE qui relativise toutefois : "ces élevages ont des moindres dépenses en charges externes. Ils nourrissent principalement leurs animaux de fourrages provenant de l’exploitation".

Globalement, pour ces trois secteurs, les agriculteurs bio privilégient en grande majorité les circuits courts ce qui permet de "capter davantage de la valeur finale du produit et donc d’améliorer ses résultats économiques". D’autant que dans la bio, les marges de la grande distribution sont très importantes. Selon une étude de l’UFC Que Choisir publiée en août, elles seraient deux fois plus élevées que dans le conventionnel.

Marina Fabre@fabre_marina 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Vignobles feu gel ARNAUD FINISTRE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Gel : Le système d'assurance des agriculteurs doit s'adapter au changement climatique

C’est "la plus grande catastrophe agronomique de ce début du XXIème siècle". Après l'épisode de gel qui a frappé la quasi totalité des cultures en France, l'urgence d'une réforme du système d'assurance se fait sentir. Aujourd'hui, un tiers des agriculteurs seulement est assuré alors qu'avec le...

Vignobles feu gel ARNAUD FINISTRE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Les vignobles français en feu pour faire face au gel

C'est une catastrophe pour les vignerons français. Plusieurs régions ont été touchées par une vague de froid avec des températures atteignant -7°C certaines nuit. Pour faire face au gel, les vignerons ont utilisé une technique ancestrale qui consiste à faire brûler un feu, avec des bougies ou de la...

Top chef Pompili M6 Marie Etchegoyen

Gastronomie durable : ce soir, Barbara Pompili sera jurée de Top chef

Le temps d'une émission Barbara Pompili va devenir critique gastronomique. La ministre de la Transition écologique a en effet accepté de devenir jurée d'une épreuve de Top Chef. Les candidats de l'émission culinaire devront réaliser un plat "vert" portant un message sur la préservation de...

Agriculture pixabay

Xavier Niel lance une école gratuite d’agriculture et s’attire les foudres de la profession

Ce devrait être le plus grand campus agricole du monde. Après avoir lancé l’école 42 pour les futurs informaticiens, le milliardaire Xavier Niel va lancer une école gratuite pour former des agriculteurs. Militant contre la maltraitance animale, le patron de Free a déjà investi dans le steak végétal....