Publié le 09 mai 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Un réserviste dans l'équipe, un atout pour la politique RSE de l'entreprise

Favoriser l’engagement de ses salariés en tant que réservistes dans l’armée est un engagement citoyen et considéré comme une mesure de responsabilité sociétale par le gouvernement. Depuis la transposition de la directive européenne sur le reporting, les entreprises peuvent le mentionner dans leur déclaration de performance extra-financière.

Operation sentinelle copyright Jerome Bardenet
Les réservistes sont intégrés dans les missions opérationnelles de l'armée comme Sentinelle, qui permet de surveiller le territoire.
@JérômeBardenet

En octobre 2016, un an après les attentats de Paris et quelques mois après celui de Nice, la France décide de renforcer les forces de sécurité intérieure et des armées en donnant plus de poids et de moyens à la réserve nationale, rebaptisée "Garde nationale". Celle-ci est composée d’hommes et de femmes volontaires qui, parallèlement à leur vie civile, décident de consacrer une partie de leur temps à l’armée, pour des opérations de surveillance du territoire, mais aussi des activités spécifiques liées à leur compétences (cyberattaques, etc.).

500 entreprises engagées par une convention

La demande est forte. Depuis les attentats, la Garde nationale fait face "à un engouement massif de la part des 17-30 ans", assure un amiral, lors d’un atelier organisé par l’Observatoire de la RSE (ORSE). Les objectifs de recrutements sont eux-mêmes ambitieux : de 58 000 en 2015, avant les attentats, le nombre de réservistes doit passer à 85 000 en 2020.

Mais, pas toujours facile de concilier le travail et son engagement de réserviste. Plus de 60 % sont en activité. "Une personne réserviste doit au minimum 5 jours à l’armée chaque année, un nombre de jours que ne peut pas lui refuser l’entreprise. Mais dans les faits aujourd’hui, un réserviste est mobilisé une trentaine de jours voire plus", précise le contre-amiral Emmanuel Gouraud, adjoint au secrétariat général de la Garde Nationale. À ce rythme, la plupart des salariés réservistes consacrent week-ends et vacances à leur engagement militaire… Ce qui n’est pas forcément tenable sur le long terme.

Casino se met au service

Au titre de leur engagement citoyen, les entreprises peuvent toutefois faciliter la vie de leurs salariés réservistes. Quelque 500 entreprises ont ainsi signé des conventions avec l’armée pour leur donner plus de confort dans la gestion de leur vie civile et militaire. C’est notamment la voie dans laquelle s’est engagée Casino.

Le groupe de distribution s’est engagé à donner cinq jours de plus à ses salariés réservistes tout en maintenant leur salaire, congé et protection sociale. Normalement, sans convention, le contrat de travail est suspendu. Les réservistes peuvent également prévenir de leur mobilisation une semaine à l’avance contre le mois prévu par la loi. Enfin, les autres salariés peuvent donner des jours de RTT à un fonds spécifique créé par l’entreprise qui permet d’indemniser des jours supplémentaires aux réservistes de l’entreprise. De quoi inciter davantage à l’engagement.

Les réservistes, un atout pour l’entreprise

Mais que l’entreprise a-t-elle à y gagner ? "L’apport des réservistes est important, car ils acquièrent un certain savoir être et des compétences très utiles, comme le respect de la hiérarchie, la discipline, l’intégrité, la fiabilité, le réflexe du travail en équipe, l’adaptation, le sens de la mission, etc.", énumère le contre-amiral. Certains hauts potentiels profitent aussi des cycles de formation de l’armée (centre des hautes études militaires), qui peuvent aussi leur servir dans leur carrière civile.

Une étude commandée par la Garde nationale et réalisée par l’institut Goodwill management fait également état de meilleures performances économiques. Par exemple en 2016, 94 millions d’euros de bénéfices ont été générés par la meilleure productivité des réservistes et 34 millions d’euros de dépenses ont été évitées par le bon état de santé de ces salariés (trois jours d’absentéisme pour raison de santé en moyenne contre 18 pour les non-réservistes).  

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles