Publié le 17 mars 2022

ENTREPRISES RESPONSABLES

Pourquoi TotalEnergies, de plus en plus isolée, s’accroche à la Russie

TotalEnergies est de plus en plus prise à partie pour sa présence en Russie. Des militants ont perturbé une table-ronde à laquelle participait son PDG tandis que deux ONG ont mis en demeure le groupe de cesser ses activités sur place, en s'appuyant sur son devoir de vigilance et le risque de violation des droits humains inhérent à la guerre en Ukraine. La major est l'une des rares du secteur à camper sur sa position.

Arctic LNG 2 total energies russie novatek ru
TotalEnergies investit notamment dans Arctic LNG 2, un projet de gaz naturel liquéfié en cours de construction, ayant une capacité de près de 20 millions de tonnes par an.
@novatek.ru

"Total en Russie, honte en France". "Guerre en Ukraine, Total complice". "Paix, climat, même combat". Voici les messages qu’une quinzaine de militants sont venus brandir face à Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, alors qu’il intervenait dans une table ronde à la Sorbonne mardi 15 mars sur l’Europe verte. L’hymne de l’Ukraine a également été diffusé pour lui signifier "qu'il n'est pas le bienvenu pour parler" de ce sujet, explique sur Twitter, Pauline Rapilly Ferniot qui a fondé le collectif Ibiza (connu pour ses interventions avec le sosie de Jean-Michel Blanquer) à l’origine du happening. La multinationale est l’une des rares majors pétro-gazières à être encore présente en Russie, malgré la guerre en Ukraine.

La veille, Greenpeace et Les Amis de la Terre ont mis en demeure le groupe "de renoncer dans les plus brefs délais à toute relation d’affaires et commerciale dans le secteur pétro-gazier russe si elle ne souhaite pas contribuer à la guerre menée par la Russie en Ukraine et aux multiples violations des droits humains susceptibles d’en résulter". Les deux ONG s’appuient sur le devoir de vigilance mais aussi sur le devoir général de prudence qui s’appliquent à TotalEnergies.

TotalEnergies mise en demeure sur son devoir de vigilance

Le groupe, présent en Russie depuis 1991, est notamment actionnaire de Novatek (19,4%), aux côtés de l’oligarque russe Guennadi Timtchenko (23,5%), un très proche de Poutine directement visé par les sanctions européennes, et de Gazprom (9,9%) détenu par le Kremlin. TotalEnergies détient également des parts dans un champ pétrolier aux côtés de Zarubezhneft, dont le président du Conseil d'administration est également placé sur la liste des sanctions américaines depuis 2014. 

"Le maintien de la participation de TotalEnergies dans les projets susvisés ainsi que le maintien de ses parts dans Novatek impliquent nécessairement des risques que ceux-ci contribuent, au moins financièrement, à l’agression russe en Ukraine et aux violations graves des droits humains. En tout état de cause, TotalEnergies n’est pas en mesure d’apporter la preuve du contraire et ne saurait garantir que son maintien dans ces projets n’y contribuera pas" expliquent les ONG dans leur lettre adressée à Patrick Pouyanné.

Pour l’instant, l’entreprise, qui n’a publié qu’un seul communiqué le 1er mars, campe sur sa position. "J’ai discuté avec les plus hautes autorités de mon pays et ils ne nous poussent pas à quitter la Russie" avait déclaré Patrick Pouyanné, lors d’une conférence sur l’énergie aux États-Unis le 7 mars. Alors que BP, Shell, Exxon, Equinor ou Eni ont préféré se retirer, la multinationale française s’est contentée de s’engager à ne pas apporter "plus de capital à de nouveaux projets en Russie".

"Le futur industriel de TotalEnergies dépend de la Russie"

Il faut dire que le pays est stratégique pour TotalEnergies. Si la Russie ne représente que "3 % à 5 %" de ses revenus, comme le répète son PDG, et 17 % de la production annuelle de liquides et de gaz naturel en 2020, il est intéressant de se pencher plus en détail dans les chiffres. Ainsi, le pays compte pour 30 % de sa production de gaz et 40 % de ses réserves gazières mondiales. "Le futur industriel global de TotalEnergies dépend fortement des sites gaziers Yamal LNG (opérationnel depuis 2017) et Arctic LNG2 (un projet en cours de construction dont la première livraison de gaz naturel liquéfié est prévue pour 2023, NDR) : les abandonner reviendrait à grever une part extrêmement conséquente des réserves prouvées du groupe, ainsi que de ses revenus futurs" analyse l'économiste Maxime Combes dans une note publiée début mars.

Plusieurs candidats à l’élection présidentielle ont critiqué la position de TotalEnergies. L’écologiste Yannick Jadot et la socialiste Anne Hidalgo appellent le groupe à quitter le pays tandis que le communiste Fabien Roussel a qualifié la multinationale de "profiteur de guerre", un terme repris par la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen. L’Insoumis Jean-Luc Mélenchon estime pour sa part que le pétrolier n'a pas à se retirer de Russie. Du côté du gouvernement, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a réaffirmé en début de semaine que "Total n'est pas en contravention avec les sanctions décidées" sans exclure que "la situation change" à l'avenir.   

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Guerre en Ukraine : Partir ou rester en Russie, le dilemme des entreprises confrontées à leurs responsabilités

Pour protester contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie, certaines entreprises décident de quitter le pays dirigé par Vladimir Poutine tandis que d’autres groupes maintiennent leurs activités. Poussés par leurs gouvernements, les premiers font éclater leur indignation face à la...

Le double jeu des entreprises pétrolières et gazières sur le climat

La guerre en Ukraine met en avant la trop forte dépendance de l'Union européenne au gaz russe, mais plus largement aux énergies fossiles alors que le continent est engagé dans la neutralité carbone. Du côté des majors pétrolières et gazières, la tendance est la même malgré des annonces...

Face aux super-profits des grandes entreprises, l'urgence du partage de la valeur

Les résultats financiers mirobolants des entreprises du CAC40 dont ceux de TotalEnergies, qui a enregistré un bénéfice net record de 14 milliards d'euros en 2021, font gonfler les poches de leurs actionnaires. Mais dans un contexte inflationniste où les prix de l'énergie s'envolent, la...

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands...

La France ne soutient pas le projet gazier TotalEnergies en Arctique

C'est une victoire en demi-teinte. La France a finalement décidé de ne pas soutenir le projet gazier de TotalEnergies en Arctique, de même qu'aucune banque française. Mais l'énergéticien vient d'annoncer avoir quand même bouclé son tour de table. Le projet est situé dans une région déjà...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Arctic LNG 2 total energies russie novatek ru

Pourquoi TotalEnergies, de plus en plus isolée, s’accroche à la Russie

TotalEnergies est de plus en plus prise à partie pour sa présence en Russie. Des militants ont perturbé une table-ronde à laquelle participait son PDG tandis que deux ONG ont mis en demeure le groupe de cesser ses activités sur place, en s'appuyant sur son devoir de vigilance et le risque de...

Societes a mission CCO

La création du statut d’entreprise à impact, une "bascule" vers un nouveau modèle de capitalisme

Les patrons engagés signataires du "Manifeste pour l'économie de demain", dont la Maif, le groupe Le Bon Coin ou encore La Ruche qui dit oui, militent pour la création d'un statut à impact, à la fois plus contraignant mais aussi doté de contreparties comme des allégements de charges, des accès...

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...

Entreprises vertes 01

La France, pays où les entreprises engagées sont parmi les plus performantes au monde

L'Hexagone se distingue dans un domaine porteur, la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Le pays arrive en effet dans le trio de tête du palmarès d’Ecovadis des pays les plus performants en la matière, juste derrière la Suède et la Norvège et loin devant l’Allemagne (15e) ou les États-Unis...