Publié le 03 décembre 2020

ENTREPRISES RESPONSABLES

Publicité : les médias proposent des formats plus responsables pour éviter une interdiction qui fragiliserait leur modèle

Des ONG et la Convention Citoyenne pour le Climat réclament l'interdiction de la publicité pour les produits les plus polluants. Pas question, clament de plus en plus de médias craignant de voir leur équilibre économique, déjà fragile, s’effondrer. Pourtant, il va falloir changer de modèle alors que le ministère de la Transition écologique est en train d'élaborer une loi en ce sens. 

Medias pub verte montage BH avec Istock Tatomm
Alors qu’une loi est en cours d’élaboration au ministère de la Transition écologique, les medias proposent en alternative, des publicités plus "responsables" qui permettraient de sauver leur modèle économique.
BH avec Tatomm

Des formats publicitaires "solidaires" pour mettre en avant des associations, des rabais avantageux pour des messages vantant les produits éco responsables aux heures d’écoutes ou des dons aux ONG… Les régies publicitaires des médias innovent à tout va avec de nouveaux formats destinés à verdir leurs publicités. Une dynamique qui ne doit rien au hasard. Cette année a marqué un tournant pour le secteur publicitaire. Déjà critiqué pour son impact social, il est cette fois pointé du doigt par pour son rôle dans le changement climatique.

Une critique de trop qui va amener le gouvernement à légiférer très prochainement sur le sujet. Parmi les pistes : une interdiction, comme le demandent les ONG et la Convention citoyenne, ou du moins des quotas publicitaires pour certains produits ou secteurs jugés trop polluants et émetteurs de gaz à effet de serre comme les SUV. Problème : cette publicité fait vivre une grande partie des medias français qui en tirent en moyenne 40 à 60% de leur revenu, voire 100% pour les radios indépendantes.  

Ne pas fragiliser les médias

Ceux-ci sont déjà fragilisés depuis des années avec la crise de la presse et cette année encore davantage avec celle du Covid-19 qui a déjà réduit de 20 % leurs recettes publicitaires. Ils craignent le coup de grâce avec une loi reprenant les propositions de la Convention citoyenne sur la publicité. Selon le SNPTV (Syndicat National de la Publicité Télévisée), la perte potentielle de recette est estimée entre 20 et 30 % pour la télévision.

Si le Sirti, syndicat des radios indépendantes, admet une nécessaire réflexion autour du modèle économique des médias, il demande au gouvernement de ne pas céder aux sirènes de l’interdiction. "La sensibilisation du public à la protection de l’environnement ne doit pas se faire au détriment des médias financés par la publicité, diffusant gratuitement leurs programmes. Il en va de la liberté d’expression et de la préservation, de la diversité du paysage médiatique dans les territoires", assurent des médias locaux dans un communiqué.

En lien avec les medias nationaux, avec lesquels ils ont monté un groupe de travail, ils proposent à la place un "contrat média climat" sous l'égide du CSA et par lequel les médias s'engageraient à diffuser des contenus éditoriaux et publicitaires pour valoriser et sensibiliser sur la transition écologique. Les premiers engagements sont attendus au premier semestre 2021.

"La transition se fait au bon rythme si elle préserve les équilibres économiques. Et celui des médias, indispensables à notre démocratie, est fragilisé aujourd’hui. Il ne faut pas les surréglementer", assurait, en tant qu'annonceur, le directeur de la communication de BNP Paribas, Bertrand Cizeau, lors du lancement des États généraux de la publicité, le 26 novembre.

The Guardian précurseur

Pour le collectif d'ONG qui a participé au rapport Big Corpo sur l’influence de la publicité des multinationales, le problème vient plutôt du choix du modèle économique de la presse, trop dépendant de la publicité pour ne pas avoir de conséquence sur l’éditorial et non résilient face aux crises. Comme pour la loi Evin sur le tabac ou l’alcool, il faut une réglementation, planifiée, qui laisse le temps de changer de modèle et de le rendre plus responsable. 

Outre-Manche, le quotidien The Guardian a engagé l’an dernier cette transition. Le journal n'accepte plus de publicité de la part du secteur des énergies fossiles pour gagner en cohérence par rapport à son engagement de neutralité carbone et enquêter plus librement sur le lien entre énergie et changement climatique. En revanche, le secteur automobile, également épinglé pour son empreinte environnementale, n'est pas concerné: cela entraînerait d’inévitables coupes budgétaires pour la rédaction, préviennent les dirigeants.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Raison d etre cible Dilok Klaisataporn

La France compte plus de 200 entreprises à mission, employant 500 000 salariés

Si elles ne sont encore qu’une toute petite poignée, le nombre d’entreprises ayant adopté le statut de société à mission croît rapidement. Elles sont désormais 200 entités, allant de la microentreprise au très grand groupe, et comptent plus d’un demi-million de salariés. De quoi montrer l’exemple et...

Raison d etre cible Dilok Klaisataporn

Découvrez sept raisons d’être qui ont vraiment du sens

De plus en plus d’entreprises adoptent une raison d’être. Ce dispositif de la loi Pacte doit être un mantra de la structure sur son rôle dans la société, au-delà de ses seuls impératifs économiques. Si beaucoup sonnent creux, d’autres, issues de concertations globales avec les équipes, ont un sens...

Biodiversite nature renard Xeppo

Donner une valeur à la nature, le défi à relever pour les entreprises

Et si les services rendus par la nature ou les impacts des entreprises sur l’environnement étaient intégrés dans les comptes des entreprises ? Des méthodologies de comptabilité multi-capitaux, prenant en compte le financier, l’environnement et l’humain, ont vu le jour pour pousser les entreprises à...

Camif bannit produits hors union europeenne

Pour être plus responsable, Camif retire de son catalogue tous les produits fabriqués en dehors de l’Union européenne

C'est un changement radical pour Camif. Le distributeur de meubles et d'appareils électroménagers a banni de son catalogue tous les produits fabriqués en dehors de l'Union européenne. L'entreprise mise sur le local et le durable quitte à ce que cette décision plombe à court terme son bilan. Une...