Publié le 24 mai 2019

ENTREPRISES RESPONSABLES

Pour les entreprises, la neutralité carbone peut se conjuguer avec la croissance économique

Atteindre la neutralité carbone en 2050, tout en préservant la croissance économique, c’est possible selon Entreprises pour l’Environnement. L’association a rédigé un rapport sous forme de feuille de route pour transformer l’économie et les modes de vie. Tous les secteurs de l’économie devront y contribuer. Mais EpE appelle les pouvoirs publics à mettre en place un cadre économique et fiscal permettant d’inciter les entreprises à investir dans leur transformation.

Eoliennes pixabay
Selon EpE, la France devra réduire ses émissions de gaz à effet de serre de plus de 4 % par an pour atteindre la neutralité carbone en 2050.
@Pixabay

La conscience de l’urgence climatique atteint largement les entreprises. L’association Entreprises pour l’Environnement (EpE) vient de publier un rapport soulignant l’importance pour l’économie d’atteindre la neutralité carbone en 2050 et sur les moyens pour y parvenir. Bonne nouvelle, l’objectif est tenable tout en préservant une croissance économique de l’ordre de 1 à 2 % par an, et des modes de vie diversifiés. Le rapport affiche d’ailleurs son optimisme dès son titre : ZEN 2050, "ZEN" étant l’acronyme opportun de "zéro émission nette".

Les objectifs énoncés dans le rapport demeurent ambitieux. La France devrait diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 4 à 5 % par an pour atteindre 100 millions de tonnes de CO2 en 2050, contre 480 millions de tonnes en 2015. Le rythme annuel moyen de réduction des émissions, depuis les années 1990 n’est que de 0,5 %. Tous les secteurs économiques devront y contribuer, certains plus que d’autres, comme le secteur agricole, qui doit réduire ses émissions de 50 %, l’industrie de 70 à 90 % et le bâtiment et la mobilité de 90 %. Les 100 millions de tonnes d’émissions de CO2 restantes seraient compensées par l’augmentation des puits de carbone en France : augmentation des surfaces forestières, réduction de l’artificialisation des sols, technologies de capture et stockage de carbone, etc.

Une transformation des modes de vie

"Il s’agit d’une véritable transformation des modes de vie, on ne parle plus seulement de transition", martèle Jean-Dominique Senard, le président de Renault et président sortant d’EpE, qui vient de céder sa place à Jean-Laurent Bonnafé, le directeur général de BNP Paribas. Les membres d’EpE émettent une série de 14 recommandations, adressées à l’ensemble de la société, pour atteindre l’objectif.

"Il y a un préalable, c’est l’éducation au changement climatique, pour que tout le monde soit ouvert à cette transformation", indique Jean-Laurent Bonnafé. Les Français devront changer de style de vie pour réduire leur empreinte carbone, notamment en concentrant l’habitat dans les villes pour réduire les trajets et maximiser l’utilisation des transports en commun. "La question de l’artificialisation des sols est cruciale, il faudra démontrer que le mode de vie pavillonnaire n’est pas le meilleur, remarque Jean-Dominique Senard. C’est un des sujets les plus difficiles à traiter." Le sujet de l’acceptation sociale de ce projet de transformation est capital pour pouvoir atteindre l’objectif de 2050, qui doit nécessairement s’accompagner d’une dimension de justice sociale.

Tripler les investissements

Les pouvoirs publics, nationaux, locaux et européens, doivent également prendre leur part en établissant un cadre réglementaire et fiscal incitant les acteurs économiques à investir dans la transition écologique. Pour EpE, il faut tripler les investissements dans les moyens de transition (mobilité électrique, transports en commun, rénovation des bâtiments, etc.) pour passer progressivement de 30 milliards d’euros par an actuellement, à 75 milliards à partir de 2030, puis jusqu’à 100 milliards d’euros.

Les entreprises, quant à elles, "leur devoir c’est de fournir les solutions", assène le président d’EpE. Tous les secteurs de l’économie devront se mobiliser pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, à la fois en modernisant leurs outils de production pour les rendre moins énergivores et en innovant pour apporter des produits et services bas carbone. "Ce rapport est une étude de faisabilité, souligne Jean-Dominique Senard. Il propose des mesures chiffrées pour chaque secteur."

S’ils sont optimistes sur la capacité de l’économie française à atteindre la neutralité carbone en 2050, les dirigeants d’EpE estiment que les mesures doivent être mises en place dès maintenant. "Cet objectif est impossible à atteindre sans changement de paradigme, affirme Jean-Dominique Senard. Si nous ne démarrons pas sur un rythme fort dès le départ, il faudra accélérer encore plus après."

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les Français attendent un engagement sociétal des entreprises

Les entreprises sont attendues sur l’environnement et la cohésion sociale par les citoyens français. Ces deux thèmes ont été poussés ces derniers mois par les mobilisations citoyennes des Gilets jaunes et les manifestants pour le climat. Une étude publiée par l’Observatoire de la...

[Infographie] Élections européennes : où en est l'UE face à l’urgence climatique ?

À quelques jours du scrutin européen, et alors que l'environnement est de façon inédite au cœur des débats, Novethic résume en une infographie l'état d'avancement de l'Union européenne dans la lutte contre le changement climatique. Les deux points noirs restent le charbon encore très...

200 maires appellent l'Union Européenne à la neutralité carbone d'ici 2050

Plus de 200 maires européens ont appelé mardi 7 mai l'Union Européenne à adopter un objectif de neutralité carbone pour 2050, dans une lettre ouverte publiée à deux jours d'un sommet européen en Roumanie.

Bientôt un outil standardisé pour mesurer l'impact sur la biodiversité des institutions financières et des entreprises

Face à la dégradation rapide des espèces, des acteurs financiers et des entreprises travaillent sur des outils de mesure standardisés pour évaluer leurs impacts en matière de biodiversité. À l’occasion de la COP14 sur la biodiversité à Sharm-El-Sheikh, CDC Biodiversité et des investisseurs...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

AG Maif DR

Loi Pacte : la Maif, première grande entreprise à se transformer en société à mission

La Maif est la première entreprise à déclarer entamer sa transformation pour adopter le statut d’entreprise à mission ouvert par la loi Pacte d’ici le printemps 2020. Un moyen pour l’assureur "militant", selon son mantra, de valoriser sa différence dans un secteur particulièrement concurrentiel.

Impak capture ecran

Avec son application et sa monnaie virtuelle, la fintech Impak veut booster l’économie à impact positif

Créer un écosystème vertueux, permettant de développer l’économie à impact positif, c’est l’objectif de la fintech canadienne Impak finance. Elle revendique déjà 10 000 utilisateurs et des milliers d’entreprises identifiées comme pouvant contribuer positivement à la société et l’environnement. Après...

10 pour tout changer

10% Lab, la nouvelle initiative gouvernementale pour engager les entreprises dans la transition

Après le French Impact, le Pact for Impact, voici le 10 % Lab. Une nouvelle initiative gouvernementale destinée à rassembler les entreprises autour de la transition écologique et sociale. L’objectif : montrer que le gouvernement agit sur le sujet alors que l’écologie a été un thème porteur lors des...

Emmanuel Macron Industrie EricFeferberg AFP

Faber, Pinault, Lévy, Frérot, Senard : Les hommes du Président pour une industrie plus durable

L’ancien ministre de l’Économie, devenu Président de la République, a ses alliés au sein du tissu industriel. À la tête de grandes multinationales, ces personnalités, toutes des hommes, sont alignées sur la position du chef de l’État pour moderniser l’industrie et parfois la rendre plus durable....