Publié le 27 février 2020

ENTREPRISES RESPONSABLES

Objectifs de développement durable : l'ONU crée un outil en ligne d'autoévaluation pour les entreprises

Les objectifs de développement durable (ODD) définis en 2015 par l’ONU, sont de plus en plus utilisés par les entreprises. Mais ils sont souvent cantonnés à la communication. Pour les rendre plus opérationnels, le Global Compact, la branche entreprise de l’ONU et l’organisme de certification international B Lab se sont associés pour créer un outil d’auto-évaluation gratuit. Danone fait partie des entreprises qui l’ont testé et adopté.

SDG Action Manager B lab Global compact tour
Développer par le UNG Global Compact et B Lab, le SDG action manager doit aider les entreprises à mieux intégrer les ODD dans leur stratégie
@SDG action manager

Il reste tout juste 10 ans pour atteindre les Objectifs de Développement durable (ODD) définis par l’ONU. Il s'agit de 17 priorités environnementales, sociales et économiques. Le secrétaire général de l’ONU ne cesse de le répéter : "nous ne sommes pas du tout sur la bonne trajectoire" et "le rôle du secteur privé est clé". Mais les entreprises manquent d’indicateurs et d’une démarche standardisés pour les traduire les ODD dans la conduite des affaires.

C’est ce manque que va essayer de combler le "SDG action manager" (SDG signifie ODD en anglais), un outil gratuit développé par le Global Compact, la branche entreprise de l'ONU, et l’organisme de certification international B Lab. Fruit de trois ans de travail, il s’inspire de la démarche d’évaluation de la performance environnementale et sociale du label reconnu pour sa rigueur et s’appuie sur la légitimité de l’organisme onusien. Il vise à "aider les entreprises à s’auto-évaluer sur leur contribution aux ODD et à se comparer aux autres acteurs de leur secteur" puis "les aider à piloter leur stratégie en la matière", précise Lila Karbassi, Cheffe des programmes du UN Global Compact.

Un outil soutenu par Danone

La promesse a déjà séduit plus de 3 000 entreprises qui l’ont testé depuis son lancement, le 31 janvier 2020. Deux fois plus que prévu. L’outil bénéficie des soutiens financiers et d’ambassadeurs de poids comme Paul Polman, ancien PDG d’Unilever, la fondation Bill & Melinda Gates, et Emmanuel Faber le DG de Danone. Danone a détaché sa responsable relations investisseurs, Laura Palmeiro, au Global Compact pour cette mission spécifique. "Nous n'avons plus d'excuse" pour ne pas intégrer les ODD, a déclaré Emmanuel Faber, lors du lancement de l'outil, précisant qu'il lui servira de boussole pour sa stratégie ODD. 

"Les ODD sont le seul référentiel commun de l’impact partagé entre les acteurs privés et publics, rappelle Mathias Vicherat, le secrétaire général de Danone. Ils représentent un cap important pour la stratégie de Danone. Mais les entreprises manquent d’une forme d’objectivation de leur contribution et d’indicateurs pertinents pour s'évaluer, se comparer et en rendre compte." Si Danone est déjà bien avancée sur les ODD, l’outil devrait lui permettre d’aller plus loin sur ceux déjà identifiés et de corriger les éventuels "trous dans la raquette". À terme, elle espère aussi pouvoir en faire un outil de dialogue avec ses investisseurs, banques ou actionnaires.

 

 

Faire converger les acteurs dans la bonne direction

B Lab y voit un fort potentiel "pour faire converger les initiatives des différents acteurs sur les ODD dans la même direction", explique le DG France, Augustin Boulot. Pour l’une des petites entreprises qui a testé l’outil, New Angles Consulting, il permet d’une part de "voir quel est l’écart entre les grandes intentions souvent faites par les entreprises et la réalité de l’action" et de travailler sur un cadre d'actions commun et duplicable, estime l’un de ses dirigeants, Jacob Mayne. Ce cabinet de conseil compte d’ailleurs utiliser l’outil pour aider ses clients à élaborer leur stratégie ODD.

Une démarche d’accompagnement que songe à développer le Global Compact pour aider les entreprises à utiliser l’outil à son plein potentiel. Car celui-ci n’est pas toujours simple d’accès. Très orienté process, l’outil permet de comprendre la démarche à mettre en place mais peut déstabiliser des petites entreprises peu familières avec les ODD et la démarche d’évaluation B corp dont l'outil est très inspiré. La version actuelle de SDG Action Manager pourrait cependant évoluer pour mieux prendre en compte les spécificités des différentes tailles d’entreprise.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Raison d etre cible Dilok Klaisataporn

Découvrez sept raisons d’être qui ont vraiment du sens

De plus en plus d’entreprises adoptent une raison d’être. Ce dispositif de la loi Pacte doit être un mantra de la structure sur son rôle dans la société, au-delà de ses seuls impératifs économiques. Si beaucoup sonnent creux, d’autres, issues de concertations globales avec les équipes, ont un sens...

Biodiversite nature renard Xeppo

Donner une valeur à la nature, le défi à relever pour les entreprises

Et si les services rendus par la nature ou les impacts des entreprises sur l’environnement étaient intégrés dans les comptes des entreprises ? Des méthodologies de comptabilité multi-capitaux, prenant en compte le financier, l’environnement et l’humain, ont vu le jour pour pousser les entreprises à...

Camif bannit produits hors union europeenne

Pour être plus responsable, Camif retire de son catalogue tous les produits fabriqués en dehors de l’Union européenne

C'est un changement radical pour Camif. Le distributeur de meubles et d'appareils électroménagers a banni de son catalogue tous les produits fabriqués en dehors de l'Union européenne. L'entreprise mise sur le local et le durable quitte à ce que cette décision plombe à court terme son bilan. Une...

RSE Adeolu Eletu on Unsplash

La RSE s'engouffre dans les Conseils d'administration des grandes entreprises

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) atteint de plus en plus les Conseils d'administration du SBF 120. Dans une nouvelle étude, l’Institut français des administrateurs dessine la forte croissance des comités dédiés à la RSE dans les conseils, l'indexation sur des objectifs climatiques...