Publié le 07 mai 2020

ENTREPRISES RESPONSABLES

Lors de son Assemblée générale, EDF adopte sa "raison d’être" orientée vers la neutralité carbone

Devenir neutre en carbone en s’appuyant sur l’énergie électrique et des services innovants, telles sont les ambitions affichées par la raison d’être d’EDF, adoptée lors de son Assemblée générale ce 7 mai. Ces objectifs, inscrits désormais dans les statuts du groupe, veulent souligner l’importance du parc nucléaire pour l’entreprise. Certains notent toutefois l’absence de référence à la mission de service public.

AG EDF huis clos 2020
Le directeur financier d'EDF Xavier Girre, le PDG Jean-Bernard Lévy et le Secrétaire Général Pierre Todorov lors de l'Assemblée générale à huis clos.
@EDF

Lors de son Assemblée générale du 7 mai 2020, tenue à huis clos (Covid-19 oblige), EDF a soumis au vote de ses actionnaires sa "raison d’être". Validée à 9,99 %, celle-ci sera inscrite dans les statuts du groupe et engage l’entreprise à la respecter comme prévu par la loi Pacte. Elle vise à "construire un avenir énergétique neutre en CO2 conciliant préservation de la planète, bien-être et développement grâce à l'électricité et à des solutions et services innovants".

Selon le PDG Jean-Bernard Lévy, cette raison d’être est le fruit du travail de 4 000 collaborateurs d’EDF pendant l’année 2019. Pour le dirigeant, elle témoigne du fait que l’électricien français est "prêt à relever l’ambition de neutralité carbone de la France et de l’Europe". Cet engagement s’inscrit concrètement dans le plan d’EDF CAP 2030 qui vise, entre autres, à diviser les émissions de CO2 de l’entreprise de 50 % d’ici 2030.

Mission de service publique

À travers cette raison d’être, c’est toute la place du nucléaire français qui est posée. Pour le groupe, la neutralité carbone du groupe passera par le recours soutenu à l’atome, sachant que le gouvernement a fixé une limitation de sa part dans le mix électrique à 50 % en 2035 (contre un peu plus de 70 % aujourd’hui). Dans ce cadre, EDF veut, d’une part, prolonger son parc nucléaire existant moyennant un massif plan d’investissements. D’autre part, l’entreprise demande de pouvoir engager la construction de nouveaux réacteurs EPR, une fois que le complexe chantier de Flamanville (Manche) sera achevé. Une échéance que Jean-Bernard Lévy espère voir arriver au quatrième trimestre 2022.

En interne, la raison d’être fait grincer des dents certains syndicats qui déplorent de ne pas y voir apparaître la mission de service public de l’électricien. "Si le président d'EDF est sincère quand il loue les valeurs de service public, il doit aller jusqu'au bout de sa conviction en gravant dans le marbre, et donc dans les statuts de l'entreprise, les valeurs de service public aux côtés du monde sans carbone", écrit la CFE-CGC. La question se pose alors qu’EDF a engagé un projet de restructuration, baptisée Hercule, qui viserait à créer deux entités. La première 100 % publique comprendrait le nucléaire, l’hydraulique et le transport de l’électricité. La seconde, introduite en bourse, regrouperait les renouvelables et les services.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Economie collaborative economie du partage melitas

Airbnb, symbole d'une économie collaborative obligée de se réinventer après le Covid-19

2020 devait être une année florissante pour l’économie collaborative, les entreprises du type Uber, Delivroo, Blablacar.... Mais le Covid-19 a marqué un coup d’arrêt à la croissance exponentielle du secteur. Ainsi, Airbnb qui devait entrer en bourse cette année et a finalement dû se séparer du quart...

Action iStock gesrey

La Plateforme RSE demande des actes aux entreprises en matière de responsabilité sociétale

Face à la crise du Covid-19, la Plateforme RSE, l’instance de concertation sur la responsabilité sociétale des entreprises placée sous l’égide du Premier ministre, appelle à passer de la "parole aux actes". Une prise de position pas si fréquente pour cette instance qui réunit des voix aussi diverses...

Danone se dit prêt à devenir la première "entreprise à mission" du CAC40

Dans un monde ébranlé par l'épidémie de Covid-19, le géant agroalimentaire Danone va proposer à ses actionnaires de devenir une "société à mission" pour renforcer ses engagements sociaux, environnementaux et créer de la "valeur durable", annonce le groupe. Cette proposition présentée lors du conseil...

Restaurateurs assurances coronavirus

Covid-19 : l’étau se resserre autour des assureurs après qu'un restaurateur ait eu gain de cause face à Axa

Le tribunal de commerce de Paris a donné gain de cause à un restaurateur parisien qui avait assigné Axa France alors que l'assureur refusait d'indemniser ses pertes d'exploitation lié au Covid-19. Cette décision marque un tournant pour les professionnels du secteur alors que les assureurs martèlent...