Publié le 07 mai 2020

ENTREPRISES RESPONSABLES

Lors de son Assemblée générale, EDF adopte sa "raison d’être" orientée vers la neutralité carbone

Devenir neutre en carbone en s’appuyant sur l’énergie électrique et des services innovants, telles sont les ambitions affichées par la raison d’être d’EDF, adoptée lors de son Assemblée générale ce 7 mai. Ces objectifs, inscrits désormais dans les statuts du groupe, veulent souligner l’importance du parc nucléaire pour l’entreprise. Certains notent toutefois l’absence de référence à la mission de service public.

AG EDF huis clos 2020
Le directeur financier d'EDF Xavier Girre, le PDG Jean-Bernard Lévy et le Secrétaire Général Pierre Todorov lors de l'Assemblée générale à huis clos.
@EDF

Lors de son Assemblée générale du 7 mai 2020, tenue à huis clos (Covid-19 oblige), EDF a soumis au vote de ses actionnaires sa "raison d’être". Validée à 99,9 %, celle-ci sera inscrite dans les statuts du groupe et engage l’entreprise à la respecter comme prévu par la loi Pacte. Elle vise à "construire un avenir énergétique neutre en CO2 conciliant préservation de la planète, bien-être et développement grâce à l'électricité et à des solutions et services innovants".

Selon le PDG Jean-Bernard Lévy, cette raison d’être est le fruit du travail de 4 000 collaborateurs d’EDF pendant l’année 2019. Pour le dirigeant, elle témoigne du fait que l’électricien français est "prêt à relever l’ambition de neutralité carbone de la France et de l’Europe". Cet engagement s’inscrit concrètement dans le plan d’EDF CAP 2030 qui vise, entre autres, à diviser les émissions de CO2 de l’entreprise de 50 % d’ici 2030.

Mission de service publique

À travers cette raison d’être, c’est toute la place du nucléaire français qui est posée. Pour le groupe, la neutralité carbone du groupe passera par le recours soutenu à l’atome, sachant que le gouvernement a fixé une limitation de sa part dans le mix électrique à 50 % en 2035 (contre un peu plus de 70 % aujourd’hui). Dans ce cadre, EDF veut, d’une part, prolonger son parc nucléaire existant moyennant un massif plan d’investissements. D’autre part, l’entreprise demande de pouvoir engager la construction de nouveaux réacteurs EPR, une fois que le complexe chantier de Flamanville (Manche) sera achevé. Une échéance que Jean-Bernard Lévy espère voir arriver au quatrième trimestre 2022.

En interne, la raison d’être fait grincer des dents certains syndicats qui déplorent de ne pas y voir apparaître la mission de service public de l’électricien. "Si le président d'EDF est sincère quand il loue les valeurs de service public, il doit aller jusqu'au bout de sa conviction en gravant dans le marbre, et donc dans les statuts de l'entreprise, les valeurs de service public aux côtés du monde sans carbone", écrit la CFE-CGC. La question se pose alors qu’EDF a engagé un projet de restructuration, baptisée Hercule, qui viserait à créer deux entités. La première 100 % publique comprendrait le nucléaire, l’hydraulique et le transport de l’électricité. La seconde, introduite en bourse, regrouperait les renouvelables et les services.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...

Entreprises vertes 01

La France, pays où les entreprises engagées sont parmi les plus performantes au monde

L'Hexagone se distingue dans un domaine porteur, la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Le pays arrive en effet dans le trio de tête du palmarès d’Ecovadis des pays les plus performants en la matière, juste derrière la Suède et la Norvège et loin devant l’Allemagne (15e) ou les États-Unis...

Podium gagnant leader cocorico pixabay

Danone et L’Oréal parmi les 14 entreprises leaders sur l’environnement au niveau mondial

Danone et L'Oréal trustent le podium du CDP (ex-Carbon Disclosure Project) depuis plusieurs années déjà. Véritable référence en matière de transparence environnementale, il classe chaque année les entreprises les plus vertueuses au niveau mondial. Les deux Françaises font ainsi partie des 14 leaders...

Photo Tournage Secoya 1

Secoya veut réduire l’empreinte environnementale des tournages

Depuis dix ans, le secteur de l’audiovisuel français opère une lente mue afin de réduire son empreinte environnementale. Fondée par deux régisseurs, la startup française Secoya – Ecotournage a développé des outils pour rendre les tournages plus verts, comme un calculateur d'émissions de CO2, et...