Publié le 12 septembre 2019

ENTREPRISES RESPONSABLES

Loi Pacte : Bruno Le Maire demande aux entreprises dont l’État est actionnaire de se doter d’une raison d’être d’ici 2020

Alors que la loi Pacte offre la possibilité aux entreprises volontaires de se doter d’une raison d’être et de l’intégrer dans ses statuts, l’État doit être exemplaire, a déclaré le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Les entreprises dans lesquelles l’État est actionnaire devront se doter d’une raison d’être d’ici 2020. La banque publique d’investissement, Bpifrance, est appelée à faire de même avec les entreprises dont elle détient une participation.

Bruno le maire pacte 12 09 19
Pour le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, l'État-actionnaire doit être exemplaire et demander aux entreprises dans lesquelles il détient des participations de se doter d'une raison d'être.
@BH

La raison d’être, concept poussé dans la loi Pacte adoptée en mai dernier, est "au cœur du capitalisme du XXIème siècle", cher au ministre de l’Économie. L’État doit donc être "exemplaire" et faire en sorte que les entreprises dans lesquelles il est actionnaire se dotent d’une raison d’être d’ici 2020. C’est ce que Bruno Le Maire a annoncé lors d’un premier bilan de la loi Pacte présenté ce jeudi 12 septembre.

 

 

Via l’agence de participation de l’État (APE), cela concerne 81 entreprises parmi lesquelles Renault, Orange, EDF, Engie ou Thalès. Mais les participations, beaucoup plus nombreuses, via Bpifrance, en direct ou via des fonds d’investissement sont aussi concernées. "Cela va dans la continuité de notre travail avec les entreprises dans lesquelles nous investissons et pour lesquelles nous aidons à la mise en place d’actions environnementales et sociales. Nous allons maintenant voir comment décliner cela de manière très opérationnelle avec cette démarche de raison d’être qui ne doit pas être cosmétique", souligne Philippe Kunter, directeur développement durable et RSE de Bpifrance.

Un exercice de cohérence et de pédagogie

"Cela montre une cohérence de la part de l’État", salue Patrick d’Humières, président de Company 21 et auteur du travail collectif Lab Raison d'être, qui vient de formuler dix recommandations pour les entreprises qui souhaitent se lancer dans la démarche. "Cela conduira les actionnaires publics et privés à confronter leur vision de long terme et leurs objectifs extra-financiers, ce qui est nouveau et particulièrement bienvenu. Et cela aidera l’État à savoir pourquoi il participe au capital des entreprises, au nom de quelle vision sociétale". L’exercice devrait inciter de nouvelles entreprises à se lancer dans la démarche.

Si les débats lors de l’élaboration de la loi avaient fait craindre une réticence de la part de certains patrons, la "raison d’être" a pourtant depuis séduit nombre d’entre eux. Depuis quatre mois, de grandes entreprises ont sauté le pas comme la Maif, Carrefour, Atos ou Crédit agricole. "Au-delà d’une conviction, c’est un engagement stratégique public et donc irréversible", a ainsi témoigné Pascal Demurger, directeur général de la Maif.

Cela induit "la mise en place d’une gouvernance spécifique et d’un suivi d’impact sur la performance de l’entreprise, en interne comme à l’externe", reprend l’assureur. Cela induit aussi d’être cohérent sur le partage de valeur, notamment avec les salariés, a également rappelé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Mais il en va tout simplement de la survie, à long terme des entreprises selon Bruno Le Maire : "de la même façon que pour le digital, les entreprises qui ne se doteront pas d’une raison d’être auront du mal à recruter" et à assurer une performance globale.

Béatrice Héraud @beatriceheraud 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Loi Pacte : la raison d’être, le nouveau mantra des grands patrons

La loi Pacte est examinée en première lecture par les sénateurs à partir d'aujourd'hui, mardi 29 janvier, en plénière. Parmi les mesures phares concernant le volet transformation des entreprises, la possibilité d’inscrire une raison d’être dans les statuts. Une disposition qui, avant même...

En Assemblée générale, les actionnaires d’Atos approuvent la raison d’être pour des technologies plus responsables

Atos, la société de services informatiques, sera l’une des premières entreprises du Cac 40 à inscrire sa raison d’être dans ses statuts. Les actionnaires ont approuvé presqu’à l’unanimité la décision de donner à l’entreprise la mission de "contribuer à façonner l’espace informationnel". Le...

Le Medef se dote d’une raison d’être et appelle à une "croissance responsable"

Quelques mois après avoir changé de tête avec Geoffroy Roux de Bezieux, l’organisation patronale acte un changement de cap, notamment en matière de responsabilité sociétale. Le Medef se dote ainsi d’une raison d’être. Et ce, avant même que la loi Pacte, qui arrive en première lecture au...

Loi Pacte : attention au risque de greenwashing !

La loi Pacte a été adoptée en deuxième lecture par les députés samedi 16 mars. Le volet sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), vidé de sa substance par les sénateurs, a été repris à l’identique de la version initiale des députés. Mais loin de faire l’unanimité, il divise...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Arctic LNG 2 total energies russie novatek ru

Pourquoi TotalEnergies, de plus en plus isolée, s’accroche à la Russie

TotalEnergies est de plus en plus prise à partie pour sa présence en Russie. Des militants ont perturbé une table-ronde à laquelle participait son PDG tandis que deux ONG ont mis en demeure le groupe de cesser ses activités sur place, en s'appuyant sur son devoir de vigilance et le risque de...

Societes a mission CCO

La création du statut d’entreprise à impact, une "bascule" vers un nouveau modèle de capitalisme

Les patrons engagés signataires du "Manifeste pour l'économie de demain", dont la Maif, le groupe Le Bon Coin ou encore La Ruche qui dit oui, militent pour la création d'un statut à impact, à la fois plus contraignant mais aussi doté de contreparties comme des allégements de charges, des accès...

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...

Entreprises vertes 01

La France, pays où les entreprises engagées sont parmi les plus performantes au monde

L'Hexagone se distingue dans un domaine porteur, la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Le pays arrive en effet dans le trio de tête du palmarès d’Ecovadis des pays les plus performants en la matière, juste derrière la Suède et la Norvège et loin devant l’Allemagne (15e) ou les États-Unis...