Publié le 12 juillet 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Le secteur privé français met enfin le cap sur les ODD

Après un démarrage un peu lent en France, les Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés en 2015 par l’ONU commencent à se diffuser dans les entreprises et chez les acteurs financiers. C’est ce que permet de souligner le rapport sur "l’appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français" du Comité 21. Il est présenté au Forum de haut niveau pour le développement durable organisé du 9 au 18 juillet au siège de l'ONU à New York. 

A ce jour, les ODD sont très peu perçus par les acteurs privés français comme une source d’opportunité.
capture d'écran green tv

Les entreprises et acteurs financiers français commencent à s’approprier les objectifs de développement durable (ODD). Et ce n’est pas du luxe. "Le secteur privé marchand représente un acteur majeur dans la réussite de l’Agenda 2030", assure ainsi le Comité 21 dans la deuxième édition de son rapport sur l’appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français.

Selon une étude réalisée par le cabinet B&L évolution, plus d’un tiers des entreprises du SBF 120 s’engagent désormais, de façon plus ou moins forte, sur le sujet. "On peut voir cela comme un verre à moitié plein ou à moitié vide, mais l’important, c’est qu’il se remplit !", souligne Sylvain Boucherand, son président.

Toutes les entreprises sont concernées

Toutes les entreprises sont appelées à contribuer, quelle que soit leur taille ou leur secteur, rappelle-t-il. "Elles peuvent le faire à trois niveaux : dans leur fonctionnement interne (RSE, management), dans leur cœur de métier (services & produits) et dans leur chaîne de valeur (dialogue avec leurs parties prenantes)", ajoute-t-il.

Pour l’instant, les entreprises françaises, dans leur majorité, en sont aux premières étapes de l’appropriation, c’est-à-dire en liant les ODD à leurs activités. Par exemple, Veolia va relier son activité à l’ODD 6 qui concerne la garantie du accès de l’eau à tous et à l’assainissement. Pu alors, elles les mentionnent dans leur reporting RSE (Responsabilité sociétale des entreprises).

12 000 milliards de dollars d'opportunités

 ce jour et contrairement à beaucoup d’autres pays, les ODD sont très peu perçus par les acteurs privés français comme une source d’opportunité, par exemple en termes de création de nouveaux produits et service", déplore Fellah Imalahyenne, directrice du Global Compact France. Selon un rapport de la Business and Sustainable Developement Commission (BSDC), les opportunités économiques liées aux ODD se chiffrent pourtant à 12 000 milliards de dollars dans le monde.

Autre bémol : les PME restent encore peu au fait de cet agenda 2030 et de la façon dont elles pourraient intégrer les ODD. "Il faut mobiliser les corps intermédiaires qui sont des relais d’influence comme les branches professionnelles, les fédérations ou les syndicats", propose ainsi Donatienne Hissard, directrice adjointe du développement durable au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

S'appuyer sur le monde de la finance

"Quelques ODD sont bien intégrés par le monde syndical, comme ceux sur le travail décent, la production durable et l’égalité entre les sexes. Mais de manière générale, les ODD restent trop théoriques, pas assez concrets, notamment pour les syndicalistes de terrain au niveau local", assure François Moreux, délégué national confédéral au développement durable et à la RSE du syndicat CFE-CGC. Pour les sensibiliser, la CFE-CGC a ainsi formé son réseau de 50 référents RSE aux ODD et un guide va être publié pour les salariés, précise le syndicaliste.

Autre acteur qui pourrait permettre de mobiliser davantage les acteurs économiques : le monde financier. Selon Fellah Imalahyenne, "de plus en plus d’acteurs financiers comme le fournisseur d’indices MSCI se tournent vers le Global Compact pour voir comment nous pourrions les aider à mieux prendre en compte les ODD. Tout simplement parce qu’eux-mêmes sont soumis à une forte demande de la part d’investisseurs souhaitant investir dans des entreprises contribuant aux ODD".

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

"Nous devons être l'acteur de référence sur les ODD", selon Fella Imalhayene, DG de Global Compact France

Début septembre, Fella Imalhayene a pris les rênes de la branche française du Global Compact, l’organisation onusienne destinée à inciter les entreprises à s’engager dans une démarche de RSE (responsabilité sociétale). Elle détaille à Novethic ses priorités et s’exprime sur l’exclusion de...

Comment intégrer les ODD dans sa stratégie d’entreprise ?

Ils sont au nombre de 17. Les ODD, objectifs de développement durable fixés par l’ONU, s’inscrivent de plus en plus dans les stratégies RSE des entreprises. Évaluer, identifier, prioriser, se focaliser sur 4 ODD maximum, ne pas cocher toutes les cases… Quelles sont les bonnes pratiques ?...

Les ODD (objectifs développement durable), nouveaux caps de durabilité

Mettre fin à l’extrême pauvreté, assurer l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous, promouvoir une croissance économique durable, inclusive et soutenue… Voici quelques-uns des objectifs de développement durable définis par l’ONU en septembre 2015. Des objectifs destinés aux États,...

ODD : le CAC40 se mobilise… doucement

Adoptés il y a tout juste un an par l'ONU, les Objectifs de Développement Durable (ODD) ont pour but de promouvoir un développement respectueux des Hommes et de la planète. Ils ne sont pas seulement destinés aux gouvernements mais aussi aux entreprises du monde entier. Pourtant, si l'on en...

Les Objectifs de Développement Durable (ODD)

Lutter contre le changement climatique, favoriser la production et la consommation responsable ou promouvoir une croissance économique durable, inclusive et soutenue… Voici quelques-uns des Objectifs de Développement Durable (ODD) définis par l’ONU il y a deux ans. Loin d’être réservés aux...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...

Entreprises vertes 01

La France, pays où les entreprises engagées sont parmi les plus performantes au monde

L'Hexagone se distingue dans un domaine porteur, la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Le pays arrive en effet dans le trio de tête du palmarès d’Ecovadis des pays les plus performants en la matière, juste derrière la Suède et la Norvège et loin devant l’Allemagne (15e) ou les États-Unis...

Podium gagnant leader cocorico pixabay

Danone et L’Oréal parmi les 14 entreprises leaders sur l’environnement au niveau mondial

Danone et L'Oréal trustent le podium du CDP (ex-Carbon Disclosure Project) depuis plusieurs années déjà. Véritable référence en matière de transparence environnementale, il classe chaque année les entreprises les plus vertueuses au niveau mondial. Les deux Françaises font ainsi partie des 14 leaders...

Photo Tournage Secoya 1

Secoya veut réduire l’empreinte environnementale des tournages

Depuis dix ans, le secteur de l’audiovisuel français opère une lente mue afin de réduire son empreinte environnementale. Fondée par deux régisseurs, la startup française Secoya – Ecotournage a développé des outils pour rendre les tournages plus verts, comme un calculateur d'émissions de CO2, et...