Publié le 30 juin 2017

ENTREPRISES RESPONSABLES

Intégrer la RSE dans la rémunération des dirigeants, un levier stratégique qui se généralise

Les grandes entreprises françaises intègrent de plus en plus la RSE comme critère de rémunération des dirigeants. C’est le constat d’une étude PwC/ORSE publiée ce 28 juin. Un marqueur de maturité sur la RSE selon les auteurs de l’étude. Mais des efforts restent à faire sur le choix, le poids et la transparence des indicateurs pris en compte.


Autrefois anecdotique, l'intégration des critères ESG - environnementaux, sociaux et de gouvernance - dans la rémunération des dirigeants est aujourd'hui, sinon la norme, du moins une vraie tendance au sein des grandes entreprises françaises. Des pionniers comme Danone, Schneider Electric ou La Poste ont été rejoints par Crédit Agricole, BNP Paribas ou Thales. Près du trois quarts (73%) du CAC40 est aujourd’hui converti contre seulement 10 % il y a 10 ans, selon une étude réalisée par le cabinet de conseil PwC et l’Orse (l’Observatoire de la RSE).

La rémunération, un symptôme du fonctionnement de l’entreprise

"Cela constitue un marqueur de maturité sur la responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) car cela montre qu’il ne s’agit pas d’un sujet annexe mais d’une réalité stratégique", estime Sylvain Lambert, associé en charge du département développement durable chez PwC.

Mais encore faut-il que les critères RSE retenus soient "liés à la stratégie de l’entreprise et imbriqués avec les critères financiers", souligne de son côté Gérard Mardiné, secrétaire national de la CFE-CGC en charge de la RSE. "Et qu’ils aient un poids minimum (au moins 10%) car la rémunération doit être vue comme un symptôme qui révèle le fonctionnement de l’entreprise", ajoute Michel de Fabiani, le président du Club rémunération de l’IFA (Institut Français des administrateurs) et lui-même administrateur de sociétés.  

Peu de critères, essentiellement sur le variable de court terme

Sur le poids des critères, le compte y est : la majeure part des entreprises ont établi la quote-part de la RSE à hauteur de 10 à 30 % de la rémunération variable de leurs cadres dirigeants (parfois aussi de leurs managers et dirigeants mandataires sociaux). Certaines entreprises, comme Danone, vont jusqu’à 50% pour certaines catégories de dirigeants.

Mais "bien que les enjeux RSE soient considérés comme des enjeux de moyen à long terme, la grande majorité des démarches du CAC40 visent uniquement la rémunération variable court terme", pointe l’étude. De fait, les 29 sociétés ayant intégré des critères RSE dans leur politique de rémunération l’ont toute fait sous forme de bonus annuel et 72% uniquement sous cette forme. Peu d’entreprises l’ont intégré dans les variables de long terme, pluriannuelles ou leurs dispositifs d’intéressement.

Si l’on entre un peu plus dans le détail des indicateurs pris en compte, ceux-ci restent essentiellement liés à l'atténuation des risques en matière de santé (taux d’accidents du travail), et de climat (émissions de gaz à effet de serre). Mais, de plus en plus, la création de "valeur verte" (par le chiffre d’affaires lié aux produits et services verts) est prise en compte.

La plupart des entreprises se limitent à un ou deux indicateurs pour éviter une dilution du message. Certaines prennent en compte un indicateur composite comme La Poste qui a élaboré le sien à partir de ses notations Vigeo/Oekom/Ecovadis/CDP/IPC (indice sectoriel des groupes postiers mondiaux).

Un manque de transparence

D’autres, comme Crédit Agricole, se basent sur un indice qui leur est propre. La banque utilise l’indice FreD qui mesure les progrès des 240 actions RSE déployées au niveau du groupe et des filiales. Une décision qui peut s’avérer pertinente pour le déploiement et la valorisation de la politique RSE mais qui n’est pas toujours comprise par les actionnaires qui peuvent avoir des réticences sur la valeur de méthodologies internes, nuance Sylvain Vanston, ESG Integration manager chez Axa.

Car c’est aussi l’un des enseignements de l’étude : les entreprises doivent faire preuve d’une plus grande transparence. A ce jour, la moitié seulement du CAC40 communique sur la méthodologie et un tiers ne donne aucune information sur le niveau de performance atteint, ni le montant variable attribué sur la base de ces critères.

Pour leur défense, elles restent encore peu interrogées sur ce sujet, notamment par les investisseurs (hors investisseurs ISR) ou les actionnaires classiques (hors ONG).

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

AG 2017 : comment les entreprises ont-elles parlé de RSE à leurs actionnaires?

La saison des Assemblées générales vient de s’achever. Plus calme que prévu, elle n’en apporte pas moins des enseignements sur la façon dont les grandes entreprises françaises intègrent la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) dans leurs stratégies et leurs relations avec les...

Rémunérations : bientôt une limitation de l’écart salarial entre PDG et employés ?

Le concept du pay ratio prend de l’ampleur. L’idée : limiter l’écart de rémunération entre un dirigeant et le plus bas salaire de l’entreprise. Plusieurs investisseurs conditionnent ainsi l’adoption, en Assemblée générale, de la rémunération du dirigeant à 100 SMIC maximum. Un mouvement...

Assemblées générales : les thématiques RSE à suivre

La saison des assemblées générales vient de commencer avec LVMH, Eiffage, l’Oréal, Veolia et Vinci. Cette année, plusieurs changements sont à l’œuvre en termes de gouvernance avec l’introduction du "Say on pay" contraignant,  l’entrée en vigueur d’un seuil minimum de 40% de femmes dans les...

Rémunération record des grands patrons

3,5 millions d’euros. C’est la rémunération moyenne, en 2015, d’un dirigeant des 120 plus importantes entreprises françaises cotées. Pour le CAC 40, le salaire grimpe à 5 millions d’euros. L’équivalent de 250 SMIC. Le fossé salarial se creuse. 

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

[Édito vidéo] Le militantisme salarial chez Google, une alerte pour toutes les entreprises du monde

Depuis plus d’un an, les salariés de Google bousculent la direction sur des questions éthiques et de responsabilité sociétale. Au point que le géant a dû faire l’impasse sur de fructueux contrats, en particulier avec l’armée ou les autorités américaines. L’entreprise essaie, non sans mal, de...

Bruno le maire pacte 12 09 19

Loi Pacte : Bruno Le Maire demande aux entreprises dont l’État est actionnaire de se doter d’une raison d’être d’ici 2020

Alors que la loi Pacte offre la possibilité aux entreprises volontaires de se doter d’une raison d’être et de l’intégrer dans ses statuts, l’État doit être exemplaire, a déclaré le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Les entreprises dans lesquelles l’État est actionnaire devront se doter d’une...

États-Unis : une grande entreprise implique une grande responsabilité, selon la candidate démocrate Elizabeth Warren

Si les Américains ont élu un entrepreneur ultra-libéral à la tête de leur pays en 2016, le prochain Président - ou la prochaine Présidente- pourrait en revanche être celui qui encadrera le capitalisme. C’est en tous cas l’un des programmes phares de la sénatrice Elizabeth Warren, actuellement bien...

Ref19bis

Au Medef, l’entreprise appelée à prendre de nouvelles responsabilités face aux défis mondiaux

No(s) futur(s). Avec cet intitulé, l’organisation patronale a donné le ton de "La rencontre des entrepreneurs de France" (REF), nouveau nom de l’université d’été du Medef. Face au changement climatique, aux inégalités et aux conflits, le capitalisme est à la croisée des chemins. Certains y voient la...