Publié le 16 août 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Droits humains : bientôt un traité international contraignant pour les multinationales ?

Une première version d’un traité international contraignant les entreprises multinationales afin de respecter les droits humains vient d’être publiée par un groupe de travail de l'ONU. Il doit servir de base aux négociations qui s’ouvriront en octobre à Genève. Mais le parcours de ce texte est semé d’embûches…

Onu geneve wikicommons
Le siège de l'ONU à Genève
@Wikicommons

Trois ans après le début des discussions à l’ONU, une première ébauche d’un traité international destiné à encadrer l’action des multinationales en matière de droits humains vient de voir le jour à Genève. S’il voyait le jour, il serait le premier traité à valeur contraignante. Aujourd’hui, des textes de références de l’ONU, de l’OCDE ou de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) donnent seulement des lignes directrices permettant de guider l’action des États et des multinationales.

Le texte se veut clairement "orienté vers les victimes", précise la mission permanente de l’Équateur devant l’ONU, qui mène le groupe de travail. Il doit à la fois leur assurer un accès effectif à la justice, à réparations en cas "de violations des droits humains commises dans le contexte d’activités économiques à caractère transnationales" et enfin, "prévenir toute répétition de telles violations".

Inspiration du devoir de vigilance français

Dans la ‘version zéro’ publiée fin juillet (1), les victimes se voient donner la possibilité de saisir la justice non seulement dans le pays où les violations ont eu lieu, mais aussi dans celui où siège la maison mère. Elles pourront même le faire dans un pays où la multinationale a des activités significatives.

Par ailleurs, à l’image de la loi française sur le devoir de vigilance, l’entreprise transnationale doit publier des informations concernant les enjeux et les risques en matière d’environnement et de droits humains et les politiques mises en place pour y faire face. En cas d’échec de ces mesures, la responsabilité des multinationales pourrait être engagée. Et l’ensemble de la chaîne de valeur serait concernée.

"C’est une bonne base de travail pour commencer la discussion, mais elle contient encore des faiblesses concernant les obligations directes des entreprises et le mécanisme de mise en œuvre. Si l’on ne s’attendait pas à la création d’un tribunal international, la seule mise en place d’un comité de suivi, sans prérogative d’enquête ou de sanction nous paraît largement insuffisant", commente Juliette Renaud, chargée de campagne RSE pour les Amis de la Terre.

Un traité qui divise

De l’autre côté, les organisations patronales considèrent que le projet de traité est "contre-productif" et "met en péril le consensus atteint avec les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme". Parmi les craintes exprimées par l’Organisation internationale des Employeurs (OIE), le risque de freiner les investissements dans les pays industriels, émergents et en développement.

Le traité divise également au niveau des États. L’initiative est portée depuis 2014 par l’Équateur et l’Afrique du Sud. Mais elle reste peu soutenues, si ce n'est combattue, par certains pays occidentaux. L'Union européenne est régulièrement dénoncée par les ONG pour sa posture de blocage. Quant aux États-Unis ou au Canada, ils ne participent tout simplement pas aux négociations.

La France, initialement réticente, s’est finalement engagée à soutenir le projet et "joue désormais un rôle plus actif dans les négociations", selon Les Amis de la Terre. "Elle y a d’ailleurs tout intérêt depuis l’adoption de la loi sur le devoir de vigilance", souligne Juliette Renaud. La France assure ainsi pousser les différents États européens à soutenir le traité. Nouveauté depuis six mois, un groupe de travail sur le sujet a été mis en place à Bruxelles.

Béatrice Héraud @beatriceheraud

(1)   Le texte est disponible ici


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Un traité international sur le devoir de vigilance des multinationales ébauché en 2018

Le devoir de vigilance impose aux entreprises de contrôler le respect des droits humains tout au long de leur chaîne d’approvisionnement. Intégré depuis le début des années 2 000 dans les textes internationaux destinés aux multinationales mais non contraignant, il commence, doucement à...

Devoir de vigilance : attention aux clauses RSE dans les contrats !

Les clauses de responsabilité sociétale intègrent de plus en plus les contrats entre donneurs d’ordre et fournisseurs. Pourtant, celles-ci doivent gagner en clarté et en efficacité. C’est ce que recommandent Ecovadis et Affectio Mutandi au vu des résultats de leur étude sur l’intégration...

Devoir de vigilance : les premiers plans, publiés par les entreprises, doivent être améliorés

La loi sur le devoir de vigilance est entrée en vigueur depuis le début de l’année. Elle contraint les grandes entreprises à publier des plans destinés à montrer les moyens qu’elles mettent en œuvre pour identifier et prévenir l’impact environnemental et sociétal de leurs activités. Selon...

Trois bonnes pratiques d'entreprises pionnières sur le devoir de vigilance

Depuis le 1er janvier 2018, les grandes entreprises françaises sont soumises au devoir de vigilance. Pour prévenir les risques environnementaux et sociaux de leurs activités et de celles de leur chaîne de valeur, elles doivent mettre en place des plans d’actions. Si seules les grandes...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Impak capture ecran

Avec son application et sa monnaie virtuelle, la fintech Impak veut booster l’économie à impact positif

Créer un écosystème vertueux, permettant de développer l’économie à impact positif, c’est l’objectif de la fintech canadienne Impak finance. Elle revendique déjà 10 000 utilisateurs et des milliers d’entreprises identifiées comme pouvant contribuer positivement à la société et l’environnement. Après...

10 pour tout changer

10% Lab, la nouvelle initiative gouvernementale pour engager les entreprises dans la transition

Après le French Impact, le Pact for Impact, voici le 10 % Lab. Une nouvelle initiative gouvernementale destinée à rassembler les entreprises autour de la transition écologique et sociale. L’objectif : montrer que le gouvernement agit sur le sujet alors que l’écologie a été un thème porteur lors des...

Emmanuel Macron Industrie EricFeferberg AFP

Faber, Pinault, Lévy, Frérot, Senard : Les hommes du Président pour une industrie plus durable

L’ancien ministre de l’Économie, devenu Président de la République, a ses alliés au sein du tissu industriel. À la tête de grandes multinationales, ces personnalités, toutes des hommes, sont alignées sur la position du chef de l’État pour moderniser l’industrie et parfois la rendre plus durable....

Eoliennes pixabay

Pour les entreprises, la neutralité carbone peut se conjuguer avec la croissance économique

Atteindre la neutralité carbone en 2050, tout en préservant la croissance économique, c’est possible selon Entreprises pour l’Environnement. L’association a rédigé un rapport sous forme de feuille de route pour transformer l’économie et les modes de vie. Tous les secteurs de l’économie devront y...