Publié le 26 juin 2020

ENTREPRISES RESPONSABLES

Danone devient la première entreprise à mission du CAC40 et salue l'"audace" de ses actionnaires

En mai, Danone avait annoncé son intention de devenir société à mission. L’assemblée générale des actionnaires de ce 26 juin a entériné cette transformation, la première du genre pour une grande entreprise cotée, par un plébiscite avec 99,42% des voix. Une adhésion saluée par le président directeur général, Emmanuel Faber, qui a tenu à remercier ses "amis" actionnaires pour leur audace, alors que le monde de l’économie sociale et solidaire (ESS) tique sur le versement de dividendes.

Danone devient la première entreprise à mission du CAC40, un pari audacieux pour ses actionnaires, a tenu a souligner Emmanuel Faber, le directeur général de Danone.
@PatrickKovarik-AFP

C’est une première pour une entreprise du CAC40. Lors de son assemblée générale qui s’est tenue le 26 juin, Danone s’est transformé en société à mission. Et ce avec le soutien quasi unanime de ses actionnaires qui ont voté la résolution à 99,42% des voix. "Vous venez de déboulonner une statue de Milton Friedman… La décision que vous venez de prendre fera jurisprudence" pour montrer qu’un tel changement est possible pour une grande entreprise à actionnaires multiples, s’est réjoui le président-directeur général, Emmanuel Faber.

Une adhésion clé

Milton Friedman, économiste de l’école de Chicago, assurait que la seule responsabilité sociale de l’entreprise était de faire du profit, la société à mission demande au contraire de mettre sur le même plan son but lucratif et la finalité d’ordre social ou environnemental. Cela lui demande non seulement d’intégrer sa raison d’être ("Apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre") dans ses statuts mais aussi d’en suivre le déploiement et d’en rendre compte, notamment devant ses actionnaires. Autant dire que l’adhésion de ses derniers était nécessaire pour pouvoir assurer la pérennité de l’entreprise et de sa vision. 

Danone devait aussi recueillir les deux-tiers des votes de ses actionnaires pour avancer dans le même temps sur sa certification par le label international de responsabilité sociétale (RSE) B corp. Toute l’assemblée générale a donc visé à montrer la pertinence de ce modèle hybride, seul à même de pouvoir assurer la résilience de l’entreprise face aux enjeux environnementaux et sociétaux de ce XXIème siècle, selon Emmanuel Faber. Les résultats record de 2019 sont là pour le prouver dans les comptes, estime-t-il.

Des actionnaires choyés pour leur "audace"

Mais pour un actionnaire, le pari reste audacieux, reconnait le dirigeant qui a aussi passé une partie de l’assemblée à remercier ses "amis" pour leur prise de risque. "C’est une vision un peu courte que de penser que les parties prenantes n’ont pas leur mot à dire sur un tel changement. Merci pour votre utilité et votre audace à dépasser à un modèle d’entreprise là ou peu d’entre nous et d’entre-vous ont passé le cap", a souligné Emmanuel Faber. En gage, Danone avait d’ailleurs souhaité verser l’intégralité des dividendes aux actionnaires cette année, en hausse de 8% malgré la crise sanitaire. De quoi les remercier d’avoir "soutenu" les mesures de protection et d’accompagnement des salariés et fournisseurs, expliquait Emmanuel Faber en mai.  

Un message qui a du mal à passer auprès de l’économie sociale et solidaire. Dans une lettre ouverte à Emmanuel Faber diffusée en amont de l’assemblée générale, le Mouves, mouvement des entrepreneurs sociaux, et l’ONG Oxfam ont dénoncé la politique de Danone envers les actionnaires. Celle-ci est "insuffisante par rapport au changement de modèle que vous prônez", estiment ainsi les deux structures. Elles demandaient notamment à Danone "d’inscrire dans ses objectifs le plafonnement des bénéfices versés aux actionnaires pour allouer les sommes en question à un fonds dédié à la transition sociale et écologique de l'entreprise" et "à retrancher les investissements sociaux et écologiques indispensables des bénéfices réels et durables, et donc distribuables".

Un comité de suivi de mission crucial

Comite danone suivi mission

Membres du comité de suivi de mission de Danone

Sans aller jusque-là, le groupe a toutefois mis en place une nouvelle formule de calcul du bénéfice par action, ajusté du coût du carbone. Mais le groupe est prévenu : il est attendu au tournant. Son comité de suivi de mission, composé de personnalités de haut vol, allant de la présidente de la Confédération syndicale internationale, Sharon Burrow, à l’ex-patron de l’Organisation mondiale du commerce, Pascal Lamy, sera clé pour assurer la crédibilité du nouveau modèle.

Béatrice Héraud @BeatriceHeraud

 

 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Raison d etre cible Dilok Klaisataporn

La France compte plus de 200 entreprises à mission, employant 500 000 salariés

Si elles ne sont encore qu’une toute petite poignée, le nombre d’entreprises ayant adopté le statut de société à mission croît rapidement. Elles sont désormais 200 entités, allant de la microentreprise au très grand groupe, et comptent plus d’un demi-million de salariés. De quoi montrer l’exemple et...

Raison d etre cible Dilok Klaisataporn

Découvrez sept raisons d’être qui ont vraiment du sens

De plus en plus d’entreprises adoptent une raison d’être. Ce dispositif de la loi Pacte doit être un mantra de la structure sur son rôle dans la société, au-delà de ses seuls impératifs économiques. Si beaucoup sonnent creux, d’autres, issues de concertations globales avec les équipes, ont un sens...

Biodiversite nature renard Xeppo

Donner une valeur à la nature, le défi à relever pour les entreprises

Et si les services rendus par la nature ou les impacts des entreprises sur l’environnement étaient intégrés dans les comptes des entreprises ? Des méthodologies de comptabilité multi-capitaux, prenant en compte le financier, l’environnement et l’humain, ont vu le jour pour pousser les entreprises à...

Camif bannit produits hors union europeenne

Pour être plus responsable, Camif retire de son catalogue tous les produits fabriqués en dehors de l’Union européenne

C'est un changement radical pour Camif. Le distributeur de meubles et d'appareils électroménagers a banni de son catalogue tous les produits fabriqués en dehors de l'Union européenne. L'entreprise mise sur le local et le durable quitte à ce que cette décision plombe à court terme son bilan. Une...