Publié le 31 août 2017

ÉNERGIE

Pelures de tomates et coquilles d’œufs composeront les pneus de demain

Deux chercheuses de l'université de l'Ohio ont trouvé une solution pour remplacer le noir de carbone, un dérivé du pétrole hautement polluant, qui entre dans la composition des pneus. Il s'agit d'utiliser les pelures de tomates et les coquilles d'œufs jetés par les industriels.


Des pneus fabriqués à partir de déchets alimentaires ? C’est possible. Deux chercheuses de l’Ohio State University, Katrina Cornish et Cindy Barrera, viennent de mettre au point un pneu composé de pelures de tomates et de coquilles d’œufs. Une innovation qui permettrait de remplacer partiellement le noir de carbone. Il s'agit d'un dérivé du pétrole, hautement polluant et cancérigène, qui compose jusqu'à 30 % d’un pneu et participe à sa résistance. Et les tests vont dans le bon sens : les nouveaux pneus verts dépassent les normes industrielles de performance, affirment les deux scientifiques.

"Les pelures sont très stables à haute température"

"Au début, j’ai écrit à plusieurs commerces alimentaires en leur demandant leurs déchets", raconte Katrina Cornish. "Nous avons reçu 35 types de déchets différents : des liquides de pâtes à papier, du jus de choucroute, de la poussière de lait, et, parmi eux, des coquilles d’œufs et des peaux de tomates. Je me suis concentrée sur ces dernières. En Californie, je voyais les camions chargés de tomates défiler, je savais qu’elles avaient la peau épaisse et dure pour résister au transport".

Après quelques recherches, les deux biochimistes ont ainsi découvert des propriétés excellentes à la peau des tomates. "Les pelures sont très stables à haute température et possèdent une grande résistance", soulignent-elles. Plus sceptique quant à l’utilisation des coquilles d’œufs, Katrina Cornish est revenue sur sa position en s’apercevant que les microstructures poreuses des coquilles assuraient un plus grand contact avec le caoutchouc, et donc une meilleure solidité.

Lutter contre l’enfouissement des déchets et le réchauffement climatique

Concrètement, les deux chercheuses ne "proposent pas de récupérer les coquilles d’œufs de votre petit-déjeuner", mais de s’approvisionner directement dans les usines alimentaires qui transforment les ovoproduits. Selon l’USDA, le département de l’Agriculture des États-Unis, les Américains consomment plus de 100 milliards d’œufs par an. Et les entreprises payent pour que les coquilles soient enfouies. De même, la tomate est le deuxième légume le plus consommé aux États-Unis. Il ne s’en écoule pas moins de 13 millions de tonnes chaque année surtout sous forme de coulis ou purée de tomates. Les pelures sont jetées par les industriels. 

Au-delà de l’indépendance en matière première, cette innovation permet de réduire l’enfouissement des déchets alimentaires, très courant aux États-Unis. Cette technologie participerait aussi à la lutte contre le changement climatique en limitant le recours aux énergies fossiles. Pour boucler la boucle vertueuse, encore faut-il que les tomates et les œufs soient produits dans de bonnes conditions. Par exemple, les tomates importées de Chine ont certes la peau plus épaisse mais ces hybrides poussent sous terre et sont souvent ramassés par des enfants, comme le rappelle le journaliste Jean-Baptiste Malet dans "L'empire de l'or rouge : enquête mondiale sur la tomate d'industrie".

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Invendus alimentaires : un nouveau marché prometteur

10 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées ou jetées chaque année en France. 2,3 millions au seul niveau de la distribution. Pour y remédier, des entreprises comme Comerso et Phenix proposent aux grandes surfaces la prise en charge de leurs invendus alimentaires de A à Z. Une...

Automobile : performances écologiques en progrès

En 2008, les Français ont décidé de rouler plus propre. Du moins, ont-ils plébiscité les voitures plus sobres en émissions de C02 dans leurs achats de neuf, largement incités par le système de bonus-malus mis en place au début de l'année dernière. Avec plus de 60 % de véhicules neufs...

ÉNERGIE

Innovation énergétique

L’après-pétrole a déjà commencé. Comment produire de l’électricité sans polluer ? Comment se passer des énergies fossiles ? Comment améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments ? Les idées pour répondre à ces interrogations sont nombreuses et souvent audacieuses.

Total polytechnique banderole greenpeace

Total n'est pas le bienvenu sur le campus de l'école Polytechnique

Depuis plusieurs mois, des élèves de Polytechnique se mobilisent contre l'implantation d'un centre de recherche et d'innovation par Total sur leur campus. Ils estiment que cela va à l'encontre du principe de neutralité de l'établissement. La semaine dernière, une soixantaine d'activistes ont...

[Calendrier de l'Avent] Pour la première fois en France, un immeuble chauffé grâce au métro

Cap aujourd'hui sur une nouvelle expérience qui permet à un immeuble parisien d'être chauffé grâce à la chaleur du métro. Jusqu’à Noël, Novethic vous propose d’ouvrir une case de son calendrier de l’Avent. Chaque jour, vous découvrirez une bonne nouvelle qui prouve que le combat pour le climat,...

SeaWing : une aile qui tracte les navires pour réduire la pollution maritime

Comment réduire la pollution maritime ? Airseas, une startup toulousaine vient de créer une méga-aile pour tracter des cargos. Elle permettrait de réduire de 20% leur consommation de fioul. Cette SeaWing, pensée par des ingénieurs d'Airbus, devrait être opérationnelle d'ici 2019.

[VIDEO] En Israël, les routes rechargent les voitures électriques

L'Israël vient de construire un premier tronçon d'une route capable de recharger les véhicules électriques. Une petite révolution qui permettrait de contourner les principaux freins à la démocratisation des voitures électriques, à savoir l'autonomie et le temps de recharge des batteries.