Publié le 12 novembre 2017

ÉNERGIE

[LE CHIFFRE] Il faudra 16 500 éoliennes pour atteindre 50 % de nucléaire en 2030

La réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique français ne se fera pas sans une montée en croissance significative des énergies renouvelables et notamment de l’éolien. Selon RTE, le gestionnaire du réseau électrique, il faudrait plus de 16 000 éoliennes (contre 6 500 aujourd'hui) pour atteindre 50 % de nucléaire en 2030, dans un scénario de consommation stable et en tenant l'engagement de fermer les centrales à charbon en 2022.

Eoliennes pixabay
La part des énergies renouvelables serait portée à 50 % du mix électrique français en 2030.

C’est désormais officiel, la France n’atteindra pas ses objectifs de réduction du nucléaire en 2025. Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire l’a annoncé mardi 7 novembre, dans la foulée de la publication d’un rapport de RTE (Réseau de Transport d’Électricité).

Le gestionnaire du réseau électrique français a présenté cinq scénarios de mix électrique. À l’horizon 2025, le passage à 50 % de nucléaire aurait pour conséquence le doublement des émissions de CO2. Un autre scénario est toutefois plus optimiste. Baptisé "Ampère", il s’appuie toujours sur une réduction de la part du nucléaire à 50 % mais avec cinq ans de retard, en 2030. Et une part des énergies renouvelables qui passerait à 50 % du mix électrique contre 19 % aujourd’hui, dans le cas d’une consommation qui reste stable.

Guérilla juridique

Cette montée en puissance des énergies renouvelables implique l’installation sur notre territoire de 14 300 éoliennes terrestres et 2 200 éoliennes en mer contre 6 500 aujourd’hui. Cela représente 62 gigawatts au total, soit 5,7 fois plus que la puissance installée en 2016. Or pour atteindre ces objectifs, il faut vraiment accélérer la cadence et passer de "1 400 à 2 000 MW par an" estime Jean-Louis Bal, le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

"Pour y arriver, il faut augmenter l’acceptabilité sociale de l’éolien car nous faisons face à une véritable guérilla juridique menée par les associations anti-éoliennes avec des recours quasi-systématiques sur les projets et des conséquences industrielles graves, poursuit-il. Ainsi à Saint-Nazaire, l’usine de General Electric risque de devoir licencier parce que les projets d’éoliennes offshore font l’objet de recours." Selon les industriels, le temps de développement d’un champ d’éoliennes prend en moyenne entre huit et neuf ans.

Le gouvernement a promis pour janvier des mesures pour simplifier les règles. Un bonus sur le rachat du prix de l'électricité a également été mis en place dans les appels d'offres pour les projets qui incluent une part de financement participatif. Un moyen d'accroître leur acceptabilité sociale alors que les plateformes dédiées aux énergies renouvelables explosent avec un doublement des sommes collectées sur un an, selon un baromètre récent (1). "Mais si, comme cela est en train de se passer trop souvent, on s’oppose à tous les projets, notamment l’éolien offshore ou terrestre, alors rien ne changera", a prévenu Nicolas Hulot dans un entretien au Monde fin octobre.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Baromètre du crowdfunding - 1er semestre 2017


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Barrage hydroelectrique

L'ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques français s'invite dans la campagne européenne

Le dossier épineux de l'ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques français, poussée par Bruxelles, traîne depuis des années mais connaît soudain un vif regain d'intérêt avant les élections européennes. Plusieurs candidats s’opposent à ce projet, mais le gouvernement compte s’y...

Barrage de Genissiat Ain deuxieme centrale hydroelectrique francaise construite sur le Rhone Leemage

[Édito Vidéo] En privatisant ses barrages hydroélectriques, la France prend un énorme risque

Mise sous pression par Bruxelles, la France est mise en demeure d’ouvrir une partie de ses barrages hydroélectriques en concurrence. Aujourd’hui, ils sont exploités par EDF et Engie. Pour plusieurs députés et élus locaux, cette privatisation risque de rendre le système électrique national moins...

Centrale solaire Nanao de Total au Japon

[Édito Vidéo] Les pétroliers, ces champions des renouvelables

Bon gré mal gré, les pétroliers investissent de plus en plus dans les énergies renouvelables. Et leur puissance financière fait qu’à terme, ce sont eux qui vont capter l’essentiel de la croissance de ce secteur des nouvelles énergies. C’est d’ailleurs pour cela que le fonds souverain norvégien,...

Energie citoyenne campagne 2018 energie partagee

Énergie Partagée : près de 17 millions d’euros investis par des citoyens dans les énergies renouvelables

À l’occasion de la semaine de la Finance solidaire qui se déroule jusqu’au 12 novembre, focus sur Énergie Partagée, un outil d’investissement citoyen dans les énergies renouvelables. Créé en 2010, il a réussi à mobiliser plus de 5 200 actionnaires citoyens qui ont investi 16,6 millions d’euros dans...