Publié le 03 juin 2015

ÉNERGIE

Le charbon a bénéficié de 73 milliards de dollars de financements publics entre 2007 et 2014

Alors que les négociateurs sont réunis à Bonn pour travailler sur le texte de l’accord de la COP21, un rapport dévoile l’ampleur du financement public encore alloué au charbon. Entre 2007 et 2014, 73 milliards de dollars ont été versés par les gouvernements et les institutions internationales pour financer cette industrie. Une grande partie provient des pays de l’OCDE. Le WWF, co-auteur du rapport, leur demande de mettre fin à cette pratique.

Photo d'illustration
Shaunl / istock

73 milliards de dollars (soit 9 milliards de dollars par an), c’est la somme utilisée par les gouvernements et les institutions internationales, entre 2007 et 2014, pour financer le charbon dans le monde. Selon le WWF, le Natural Resources Defense Council et Oil Change International, à l’origine de l’étude publiée hier, l’ensemble des projets soutenus représentent "près d’un demi-milliard de tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions de l’Italie."

 

Le Japon, mauvais élève de l’OCDE

 

Des chiffres embarrassants à quelques mois de la conférence de Paris. D’autant que les pays de l’OCDE participent largement à ce financement à l’export du charbon. Ainsi, le Japon est le pays qui a le plus contribué, investissant plus de 20 milliards de dollars. Avec la Corée du Sud et l’Allemagne, ils représentent à eux trois près de la moitié des financements internationaux pour le charbon. Du côté des pays non-membres de l’OCDE, la Chine et la Russie couvrent 23% de ces financements.

"Beaucoup de gouvernements de pays développés, qui se disent engagés pour le climat, financent dans le même temps l’industrie du charbon à l’étranger", déplore Samantha Smith, directrice de l'Initiative mondiale Climat et Énergie au WWF. "Si ces pays veulent être crédibles à la conférence climat de Paris, ils doivent au plus vite soutenir les énergies renouvelables, plutôt que d’utiliser l’argent des contribuables pour alimenter le changement climatique."

 

Financer le charbon n'aide pas à lutter contre la pauvreté

 

Le rapport montre également que ces soutiens au charbon ne participent pas à la lutte contre la pauvreté. "Pas un seul projet de charbon, sur 142, ne concerne un pays à faible revenu en huit ans. Cela remet en question les affirmations de certains gouvernements de l'OCDE, qui justifient leur financement à l’export par l’accès des plus pauvres à l’énergie."

Un quart des fonds versés par les agences de crédit à l’exportation des pays de l’OCDE a bénéficié au contraire à des pays à hauts revenus tels que l’Australie, le Chili ou la Grèce. Et cette tendance est à la hausse entre 2007 et 2014. Alors que la courbe croît de façon moins importante pour les pays à revenus moyens inférieurs.

 

La France doit servir de modèle

 

Cependant, un ralentissement des financements publics au charbon est observé en 2014. Cela participe d’un mouvement de désinvestissement qui commence à prendre de l'ampleur. Ainsi les Etats-Unis, qui ont dévoilé leur contribution climat fin mars, veulent s’attaquer aux centrales à charbon. La Banque mondiale a également décidé d’arrêter de financer toutes nouvelles centrales à charbon.

La France avait quant à elle annoncé, lors de la Conférence environnementale, la fin des crédits à l’export pour les projets liés au charbon. Selon Philippe Germa, directeur général du WWF France, elle doit servir de modèle pour convaincre d’autres pays : "La France a donné le ton sur l'arrêt des soutiens publics à l’export aux centrales à charbon. Elle doit maintenant porter cette position au sein de l'OCDE, et influencer ses partenaires au niveau du G7 sur ce sujet."

La réunion ministérielle annuelle des pays de l’OCDE se tient jusqu’à demain, et le G7 aura lieu les 7 et 8 juin. Deux occasions pour Paris de faire entendre sa voix.

Concepcion Alvarez
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : Le fonds norvégien va exclure le charbon

Le fonds norvégien, doté de plus de 800 milliards d’euros d’encours, va se désinvestir totalement du charbon. À six mois de la COP 21, c’est un signal fort envoyé par le parlement du pays. Les ONG environnementales se sont ouvertement félicitées de cette décision.

Crédit Agricole met un frein à ses financements dans le charbon

À quelques mois de la COP21, Crédit Agricole fait un geste fort en annonçant son désengagement dans les projets liés à l’extraction de charbon. Si la banque, en revanche, continuera de financer des centrales thermiques, le temps de la transition, elle affirme qu’elle sera plus restrictive...

EDF accusé de polluer avec ses centrales à charbon

Après les banques, les Amis de la Terre s’attaquent désormais au gouvernement français à travers son engagement dans EDF. Avec Oxfam, l’ONG publie un rapport accablant sur les dégâts climatiques provoqués par les centrales à charbon que détient l’entreprise dans le monde.

Pierre-René Lemas : "Mettre la pression sur les acteurs privés"

Le groupe Caisse des Dépôts (dont Novethic est une filiale) est l’un des co-organisateurs du Climate Finance day, qui aura lieu ce vendredi 22 mai à l’Unesco. En pleine Climate and Business week, Pierre-René Lemas, le directeur général de la CDC, détaille les engagements d’investissements...

Climat : le prix du carbone au cœur de la climate week

La question du prix du carbone sera au cœur des discussions que vont avoir cette semaine les acteurs économiques du Business & Climate Summit, puis du Climate Finance Day. Sur la table depuis plus de dix ans, la monétarisation de la tonne de CO2 au niveau mondial et national, voire au sein...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Conseil extraordinaire UE reduction consommation de gaz russie penurie hiver MTE

L’Union européenne trouve un accord sur la réduction de la demande en gaz, face au risque d’approvisionnement russe

C’est la solidarité qui l’a emportée à Bruxelles. Un nouveau plan a été adopté mardi 26 juillet par les 27 États membres pour réduire la consommation de gaz de 15 % en cas de pénurie cet hiver. Si des dérogations et des exemptions sont prévues, notamment pour la France, l’objectif est bel et bien de...

Station essence istock JBorruel

Pouvoir d'achat : toujours pas de mesures ciblées pour les travailleurs les plus modestes

La remise de 18 centimes par litre de carburant va passer à 30 centimes à la rentrée. C'est le fruit d’un compromis à l’Assemblée nationale entre la majorité et le groupe les Républicains. Le gouvernement, qui souhaitait la mise en place d’une indemnité carburant plus spécifique ciblant les...

Simon cossus maison durable Mathieu BAY

Vivre sans énergies fossiles : Cette famille y est (presque) arrivée

Avec la hausse des prix de l’énergie, la crise climatique et les canicules à répétition, les Français sont de plus en plus nombreux à se demander comment se passer des énergies fossiles. Certains ont franchi le pas, en investissant dans des maisons durables, qui produisent leur propre énergie, en...

Conseil europeen embargo petrole russe commission europeenne

Embargo sur le pétrole russe : les importations européennes réduites de 90 % d’ici la fin de l’année

Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne, réunis en sommet, ont entériné un sixième train de sanctions contre la Russie. Ils ont enfin trouvé un accord pour réduire de 90 % leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou...