Publié le 23 août 2021

ÉNERGIE

BHP se débarrasse de son pétrole et de son gaz... mais ne favorise pas la transition énergétique

Un an après avoir amorcé sa sortie du secteur du charbon thermique, le géant minier australien BHP a annoncé la cession de ses activités de production de pétrole et de gaz à un concurrent local, Woodside Energy. L’impact climatique réel de cette stratégie est remis en cause par des actionnaires. 

Operation miniere de BHP Billiton au Chili BHP
La plus grande entreprise minière du monde, BHP Billiton a décidé de se séparer de ses actifs fossiles.
@BHP Billiton

BHP tourne définitivement la page des combustibles fossiles. En cédant sa division pétrole et gaz au producteur indépendant Woodside Energy, le plus grand groupe minier au monde acte une nouvelle étape de son recentrage vers les minerais "verts" (cuivre, cobalt, nickel). Bien qu’en première ligne pour réclamer une stratégie de transition, les actionnaires ont accueilli tièdement cette décision, qui défausserait l’entreprise de sa responsabilité climatique.

Cette annonce fruste l’ambition d’un petit groupe d’actionnaires, soutenu par l’organisation Market Forces, qui ont déposé une résolution en vue de l’assemblée générale de l’entreprise à l’automne. Elle réclamait, précisément, de ne pas céder les actifs pétroliers et gaziers, mais plutôt de les conserver et d’en organiser le démantèlement dans de bonnes conditions environnementales.

En effet, outre quelques projets pétroliers dans le golfe du Mexique, BHP cède d’importants actifs gaziers en Australie à son ancien concurrent. Spécialiste de la production de gaz naturel liquéfié (GNL), Woodside Energy pourrait devenir, selon le cabinet spécialisé WoodMackenzie, l’un des premiers exportateurs mondiaux de GNL grâce à cet achat. D’autant plus que Woodside ne manquera pas de relancer les investissements dans des projets relativement délaissés par BHP.

Un nouveau géant pétrolier

L’opération est plutôt une fusion qu’une vente : la valeur des actifs vendus par BHP (13 milliards de dollars) est presque égale à celle de l’acquéreur Woodside (15 milliards de dollars). La nouvelle entreprise combinée a une taille suffisante pour se placer parmi les grands acteurs du secteur des combustibles fossiles dans la région Asie-Pacifique.

Ces éléments alimentent le débat sur l’impact climatique réel du virage stratégique du géant minier australien. Il se rend plus attractif aux investisseurs en sortant précipitamment d’un secteur des combustibles fossiles à l’avenir incertain : cependant, ni Woodside, ni Glencore (qui lui a racheté une mine de charbon en juin) n’ont prévu à court terme de diminuer leur production. BHP se défausse donc sur d’autres acteurs des risques liés à la transition climatique : une stratégie habile, mais sans bénéfice climatique tangible.

Paul Kielwasser


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Jonas Gahr Stoere Norvege TrondReidarTeigen NTB NTB via AFP

La Norvège, premier pays producteur de pétrole en Europe, fait un pas de plus vers la fin des énergies fossiles

L’économie norvégienne est irriguée par le pétrole. Le premier secteur industriel du pays est pourtant questionné après les résultats des dernières élections législatives. Le futur Premier ministre est soutenu par une coalition bien décidée à mettre fin - plus ou moins rapidement - à toute...

Nord Stream 2 Gazprom NordStream2 Sputnik via AFP

Le gazoduc Nord Stream 2 est achevé : une victoire géopolitique russe, une défaite pour l’indépendance européenne

Un nouveau canal s’ouvre pour déverser le gaz russe vers l’Europe, avec l’achèvement du gazoduc géant Nord Stream 2 qui aboutit en Allemagne. Cette infrastructure à 10 milliards de dollars est vue par beaucoup, en particulier par les Américains et les Ukrainiens, comme une puissante arme...

Plateforme petrole woodside

Joe Biden recule sur le pétrole et approuve de nouvelles exploitations dans le Golfe du Mexique

Les services du Président américain Joe Biden ont annoncé qu'ils prévoyaient d'ouvrir plus de de 320 000 km2 dans le golfe du Mexique à l'exploration pétrolière et gazière. L’administration américaine dit avoir conscience des alertes du Giec, mais les jugent insuffisantes pour renoncer au projet.

Essence diesel energie fossile andreas160578 de Pixabay

[Bonne nouvelle] Le monde a définitivement tourné la page de l’essence au plomb

L'essence au plomb, c'est fini. Le dernier pays à utiliser encore cette énergie fossile particulièrement dangereuse pour l'environnement et la santé, l'Algérie, vient d'épuiser ses derniers stocks. Pour l'ONU il s'agit d'une étape majeure qui devrait servir d'exemple au monde entier dans la lutte...