Publié le 16 juin 2022

ÉCONOMIE

Sous la pression des "rebelles" de HEC, la Grande Ecole de Commerce prend un virage écologique ambitieux

Après l'appel à bifurquer des ingénieurs d'Agro Paris Tech, les "rebelles" d'HEC ont fait des interventions remarquées lors de la remise des diplômes. Ils invitent étudiants, entreprises et professeurs à assumer leur position face à la crise écologique. Déjà impliqués dans la revue de l'ensemble des cours pour la rentrée 2023, les étudiants restent en première ligne des transformations.

Camille Fournier remise diplome hec
"Le pas de côté est nécessaire. Il peut désigner les "Rebelles HEC" aujourd'hui, mais il doit devenir un standard demain.", a affirmé Camille Fournier lors de sa remise de diplôme à HEC.
@HECParis

Les étudiants d'HEC maintiennent la pression. "Quel rouage serez-vous ?" a interrogé l'étudiante Anne-Fleur Goll lors de la cérémonie de remise des diplômes, jeudi 9 juin, forçant l'assemblée composée d'étudiants, entreprises et professeurs à choisir leur camp dans la vie professionnelle des 40 prochaines années. "Les business as usual, qui imaginent que le changement climatique est un sujet parmi d'autres" ? Ceux qui ont conscience du problème" mais qui "continuent à mener leur vie, avec un vague sentiment de culpabilité" ? Ou bien "ceux qui vont jusqu'au bout de cette transition nécessaire"

Ces messages prononcés par plusieurs étudiants sont une piqûre de rappel à l'heure où l'école entame une profonde réforme, révisant tous les cours un par un pour une application à la rentrée 2023. "Il y a un alignement de la hiérarchie. Les deux doyens associés et le nouveau directeur, Eloïc Peyrache, veulent mettre la durabilité au cœur des programmes de l'école", s'enthousiasme Julie Thines, directrice des études de niveau licence et master. Elle relève la forte influence de l'association étudiante esp'R. "Invités dans les comités exécutifs, ils présentent des sujets, comme le Positive Impact Rating, une nouvelle manière d'évaluer les écoles avec l'impact sur la société en tête. Ils nous poussent à nous questionner", poursuit la directrice des études. "Il faut des activistes. Charge à nous de transformer leur audace en action."

Revoir les enseignements en profondeur

Mais changer les cours n'est pas si simple. Les professeurs doivent revoir en profondeur leurs enseignements sans sacrifier la rigueur scientifique. "Il faut s'approprier la littérature existante, observer les évolutions à l'international, en parler entre pairs...", nuance la directrice des études. Pour susciter leur adhésion, HEC mise sur une acculturation progressive en intégrant les sujets environnementaux dans tous les cours, dès la rentrée 2023. La directrice des études travaille également à la création d'un séminaire entièrement destiné aux professeurs. Actuellement, le nouveau certificat "Climate and business", composé de 5 semaines intensives sur les limites planétaires et les business model de l'économie circulaire, destiné aux étudiants en fin d'études, a été rendu accessible aux enseignants volontaires.

Pour aller plus vite, HEC a créé de nouveaux modules obligatoires et des électifs. En début de cursus, un nouveau cours obligatoire "Enjeux planétaires" de 18 heures présente les modèles de décroissance, les scenarii de l'ADEME sur la sobriété et le concept de l'entreprise régénératrice. Des sujets de prospective qui ont pour but de nourrir les réflexions des étudiants tout au long de leurs études. Pour prendre conscience des impacts du changement climatique, tous les étudiants réalisent un séminaire à Chamonix suivi de discussions avec des scientifiques de renom : Gilles Bœuf sur la biodiversité, François Gemenne sur l'impact du climat sur les migrations et Philippe Bihouix sur la raréfaction des ressources et les limites des technologies. Enfin, les électifs sur la durabilité passent de 5 en 2020 à au moins 10 à la rentrée 2023, sur une centaine de disponibles.

"Une réelle évolution"

"Il y a eu une réelle évolution" note Adam Melki, président d'HEC Transition, l'association alumni dédiée à la lutte contre le changement climatique et la protection de la biodiversité. Il a notamment initié une lettre ouverte signée par près de 2000 étudiants et anciens élèves en 2021, demandant un nouveau directeur engagé pour la transition. Il reste toutefois dans l'attente de la rentrée 2023 pour se prononcer sur l'adéquation des transformations avec les ambitions annoncées.

Fanny Breuneval


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Georgia Meloni Fratelli d Italia FridaysForFuture Piero Cruciatti AFP et CCO

Suède, Italie, France : l’absence du changement climatique dans les campagnes électorales fait progresser l’extrême droite

Si l’Europe paye un lourd tribut aux catastrophes climatiques, l’enjeu est paradoxalement quasi absent des campagnes électorales. En Suède et en Italie, comme en France il y a quelques mois, elles restent centrées sur la sécurité et l’immigration ce qui fait progresser l’extrême droite et conduit...

Valerie Masson Delmotte Aurelien Barrau

Aurélien Barrau au Medef et Valerie Masson-Delmotte au gouvernement lancent l'alerte : avec quel impact ?

Aurélien Barrau au Medef, Valerie Masson-Delmotte face au gouvernement, la semaine de rentrée des dirigeants économiques et politiques s’est faite sur le mode alerte générale. Les deux scientifiques, dans des styles différents, ont résumé l’urgence climatique et environnementale. Leurs discours...

Macron conseil des ministres MOHAMMED BADRA POO AFP

Pour Emmanuel Macron, la rentrée est celle de la "grande bascule" pour laquelle il ne dessine pas de projet d’adaptation

L’été de tous les dangers climatiques, sera-t-il celui de la "grande bascule" dans un monde transformé par les pénuries de biens essentiels comme l’eau, les crises de l’énergie et la guerre en Ukraine ? C’est la tonalité qu’Emmanuel Macron a donné à son discours de rentrée pour le gouvernement, sans...

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...