Publié le 07 octobre 2021

ÉCONOMIE

Pollution plastique : les grands groupes améliorent leurs pratiques à tout petits pas

L’organisation américaine As You Sow a établi un classement des pratiques des grandes entreprises utilisatrices de plastique. Coca-Cola se place en tête du classement, grâce notamment à la transparence dont le groupe fait preuve sur ses politiques pour réduire la pollution plastique. Mais si As You Sow constate des progrès chez un tiers des 50 entreprises évaluées, la grande majorité continuent à ne pas s’intéresser au problème.

Danger plastique les chiffres chocs de ce fleau planetaire 01
Les flux de déchets plastique devraient passer de 11 millions de tonnes par an à 29 millions en 2040 si les entreprises n'améliorent pas leurs pratiques.
CC0

Bien, mais peut (beaucoup) mieux faire ! C’est le constat dressé par As You Sow sur les pratiques des multinationales en matière d’utilisation du plastique. Tous les ans, l’organisation américaine à but non lucratif passe en revue les stratégies de 50 grands groupes pour noter leurs pratiques. Cette année, As You Sow constate une large augmentation des ambitions de réduction de l’utilisation de plastique par ces industriels.

Les objectifs consolidés de réduction de plastique ont ainsi été multipliés par neuf par rapport à la dernière étude. Dix-huit entreprises ont pris des engagements en ce sens. Deux d’entre elles, les groupes d’agroalimentaire Unilever et ConAgra, se sont même fixés des objectifs d’élimination totale de l’usage des plastiques.

As You Sow constate également un début de prise de conscience des industriels sur leur responsabilité en matière de pollution. Onze entreprises soutiennent désormais publiquement l’engagement sur la responsabilité étendue du producteur dans le cadre de l’alliance New Plastic Economy Global Commitment. Ce dispositif vise à faire en sorte que les entreprises productrices de plastique prennent elles-mêmes en charge la fin de vie des emballages plastiques. Ces engagements doivent à terme permettre d’augmenter les flux financiers vers l’économie circulaire.

Coca-Cola en tête

"Les entreprises sont aujourd’hui bien plus consciente de la crise de la pollution plastique qu’elles ont aidé à générer, mais en avoir conscience n’est pas suffisant", remarque cependant Kelly McBee, coordinatrice du programme sur les déchets d’As You Sow. Malgré les réels progrès, les entreprises restent en effet très en-deçà des attentes. L’organisation note les politiques des grands groupes de A à F, or aucun d’entre eux n’obtient la meilleure note.

Coca-Cola se hisse en tête du podium, mais avec seulement un B. La marque de soda a longtemps été pointée du doigt par les ONG en raison des bouteilles siglées de la marque rouge et blanche éparpillée dans la nature. Elle se distingue désormais des autres notamment par la transparence dont elle fait preuve sur l’utilisation du plastique. Elle est la seule à faire un rapport sur le nombre d’unité de plastique et d’emballage qu’elle produit et vend. As You Sow explique que ces indicateurs sont fondamentaux pour évaluer les progrès des entreprises et leur implication dans l’économie circulaire.

Derrière Coca-Cola, les notes dégringolent. Les Français L’Oréal et Danone n’obtiennent qu’un C. L’Oréal est notamment pénalisé par son manque de transparence sur l’utilisation du plastique, tandis que Danone pêche sur l’utilisation de plastique recyclé. En fait, As You Sow constate que seul un tiers des entreprises analysées prennent véritablement le sujet de la pollution plastique en compte et contribuent aux améliorations constatées cette année. Les autres continuent à faire l’autruche. Deux groupes agroalimentaires, le producteur de boissons alcoolisées Constellation Brands et le spécialiste des produits laitiers Dean Foods, obtiennent un zéro pointé sur tous les critères d’évaluation.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Legislatives Amelie de Montchalin Alain JOCARD AFP

Législatives : La canicule a dopé l’abstention, pas la place du climat dans une soirée électorale disruptive

La transition écologique version Emmanuel Macron est-elle terminée avant d’avoir commencé ? La défaite électorale de celle qui en avait la charge, Amélie de Montchalin, remet en cause un échafaudage considérablement fragilisé par le recul global du parti du Président de la République. La déclaration...

Legislative premier tour ludovic marin afp

Législatives 2022 : Victoire de l’abstention, défaite du climat

C’est un record sous la Vème République. L’abstention a dépassé les 52 %, une chute de participation qui s’inscrit dans une tendance de fond. La non-campagne législative n’aura pas soulevé les foules alors que les députés sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Si les...

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...