Publié le 03 novembre 2022

ÉCONOMIE

L'UE entérine la fin des moteurs thermiques en 2035 : pourquoi cette décision "historique" ne suffit pas ?

Les voitures et véhicules utilitaires légers neufs à essence et diesel ainsi que les hybrides vivent leurs dernières heures sur le Vieux Continent. Les eurodéputés et les Etats membres ont trouvé, jeudi 27 octobre, un accord pour interdire leur vente à compter de 2035. Une décision historique et un premier pas vers la mobilité décarbonée. Mais de nombreuses questions restent en suspens. Explications.

Voiture elec
Les eurodéputés et les Etats membres ont trouvé, jeudi 27 octobre, un accord pour interdire la vente des voitures thermiques à compter de 2035.
JOHN MACDOUGALL / AFP

"Décision historique de l'UE pour le climat", a tweeté l'eurodéputé français Pascal Canfin (Renew Europe), président de la commission Environnement du Parlement européen, à l'issue de quelques heures de négociations. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est réjouie d'une "étape clé" pour les ambitions climatiques de l'UE, qui va "stimuler l'innovation et notre leadership industriel et technologique". 

Le texte approuvé, qui se base sur une proposition de l'exécutif européen en juillet 2021, prévoit de réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves en Europe à partir de 2035. L'automobile, premier mode de déplacement des Européens, représente un peu moins de 15% des émissions de CO2. Ainsi, les ventes de voitures et véhicules utilitaires légers neufs à essence et diesel dans l'UE seront interdits à partir de 2035 au profit de véhicules 100% électriques.

L'industrie automobile européenne s'est dite "prête à relever le défi" après cette "décision sans précédent", tout en réclamant de l'UE la mise en place des "conditions" nécessaires pour remplir cet objectif, notamment la mise en place d'un réseau suffisant de bornes de recharge pour véhicules électriques.

Le passage au tout électrique n’est pas la solution

Toutefois, le passage du thermique au tout électrique n’est pas la solution. Ce ne serait tout simplement pas soutenable d’un point de vue environnemental. La taille du parc automobile et le poids des véhicules constituent dès lors des points essentiels à discuter. Car si une voiture électrique émet trois à cinq fois moins de gaz à effet de serre qu’un véhicule thermique sur l’ensemble du cycle de vie, sa fabrication pose de nombreux enjeux. L’extraction de minerais et de métaux rares notamment est très néfaste pour l’environnement et pose la question de la finitude des ressources. La relocalisation de la production de batteries et leur recyclage sont aussi des défis majeurs.

Le coût des véhicules électriques constitue un autre obstacle, pointé notamment par Carlos Tavares, directeur général du groupe Stellantis. "Je ne vois pas aujourd'hui la classe moyenne capable d'acheter des voitures électriques à 30 000 euros", a-t-il déclaré. "Le problème est qu’il n’y a pas suffisamment de voitures électriques à des prix abordables en Europe", abonde Marie Chéron, responsable des politiques véhicules pour l’ONG Transport et Environnement. "Il faut que les pouvoirs publics imposent aux constructeurs de concevoir des modèles sobres et accessibles", ajoute la spécialiste.

"Réinterroger la place de l’automobile dans nos déplacements"

D’autres leviers que le passage au tout électrique peuvent être activés. On pense bien sûr aux modes de déplacements alternatifs que sont les transports en commun, le train, le vélo ou même la marche. Le remplissage des voitures grâce au covoiturage doit aussi être favorisé. "La voiture ne doit plus être vue comme un objet privé mais plutôt comme un service" précise le Rac (Réseau Action Climat) qui propose la mise en place de flottes de véhicules publics. Il s’agit enfin de réduire nos déplacements en retrouvant davantage de proximité au quotidien et en réduisant les plus longs trajets. La priorité doit donc rester de "réinterroger la place de l’automobile dans nos déplacements", souligne l'Ademe. 

Cette réglementation, emblématique, est le premier accord sur un texte du paquet climat européen ("Fit for 55") destiné à réduire d'au moins 55% d'ici 2030 par rapport à 1990 les émissions de gaz à effet de serre de l'UE. Mais il ne constitue que la première pierre vers une mobilité véritablement décarbonée. 

La rédaction avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jacinda ardern MICHAEL BRADLEY AFP

Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise emblème d'une politique alternative, démissionne

Le parcours de Jacinda Ardern, la Première Ministre néo-zélandaise, aura cassé tous les codes politiques depuis le début. Élue par surprise en 2017 à 37 ans, elle aura dirigé le pays pendant six ans en assumant maternité, empathie avec la population, attitude exemplaire lors des attentats de...

Assaut contre les batiments du Congres de la Cour supreme et du palais presidentiel Brasilia janvier 2023 EVARISTO SA AFP

La prise éphémère des symboles démocratiques de Brasilia incarne les nouvelles batailles de l’extrême droite

Pendant quatre heures dimanche, les partisans de Jair Bolsanaro ont rejoué la prise du Capitole sous d’autres latitudes. Couverts de drapeaux brésiliens, ils ont pris d’assaut la place des Trois pouvoirs construite par Oscar Niemeyer, vandalisant au passage le Congrès, la Cour Suprême et le palais...

Montage photos tondelier ciotti bompard marseille dec 2022 AFP

Les changements à la tête de quatre partis politiques feront-ils plus de place à l'écologie dans le débat public ?

Quatre nouveaux dirigeants de partis politiques ont été désignés ce week-end. Élus par des militants, comme Marine Tondelier pour EELV et Eric Ciotti pour les Républicains ou désignés par les instances de leurs partis comme Manuel Bompard qui remplace Jean-Luc Mélenchon à la tête de la France...

Eva Kaili Parlement europeen CCO

Qatar 2022 : la compétition sportive n’a pas dissipé le parfum de corruption qui flotte jusqu’au Parlement européen

Les appels au boycott se sont taris face aux matches de football mais la corruption dénoncée depuis l’attribution de la Coupe du Monde poursuit ses ravages. Elle est à l’origine de l’interpellation de la vice-présidente grecque du Parlement européen vendredi. Eva Kaili, du parti S&D, s’était...