Publié le 30 septembre 2022

ÉCONOMIE

Les énergies propres comptent désormais plus de travailleurs que les énergies fossiles

Une première : les énergies décarbonées représentent désormais plus de la moitié (56%) des emplois dans l'énergie avec près de 35 millions d’employés dans le monde, selon un rapport de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE).

Eolienne flottante installee en France Floatgen
Les nouveaux projets d'énergies renouvelables font monter les recrutements du secteur.
CCO

La transition énergétique est enclenchée : pour la première fois, le nombre d’emplois dans les énergies décarbonées dépasse celui des énergies fossiles. Au total, un peu plus de 35 millions d’emplois sont désormais liés aux énergies propres sur les 65 millions de postes dans le secteur de l’énergie, selon le rapport World Energy Employment (WEE) de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

"Nous estimons que l'emploi total dans le secteur de l'énergie en 2021 a augmenté d'environ 1,3 million par rapport à 2019 et pourrait augmenter de six points de pourcentage supplémentaires d'ici 2022. L'énergie propre représente la quasi-totalité de la croissance de l'emploi dans le secteur de l'énergie", peut-on lire dans le rapport. Les emplois dans ces énergies propres, selon le WEE, comprennent ceux en amont, comme la construction de panneaux solaires et la production de cultures pour les biocarburants, ainsi qu'en aval, comme l'exploitation de parcs éoliens, l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments ou la vente de véhicules électriques.

"Les emplois dans les énergies renouvelables restent résilients, et il a été prouvé qu'ils constituent un moteur fiable de création d'emplois. Je conseille aux gouvernements du monde entier de mener des politiques industrielles qui encouragent la création d'emplois décents dans le secteur des énergies renouvelables", lance ainsi Francesco La Camera, directeur général de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA). 

La Chine capte 30 % de la main d’œuvre du secteur

À l’inverse, le secteur pétro-gazier a été parmi les secteurs économiques ayant le plus licencié au début de la pandémie, et s'il embauche de nouveau, il n'a pas encore retrouvé son niveau d’avant la pandémie, souligne le rapport. Par ailleurs, dans le pétrole et le gaz, les embauches sont souvent liées au développement de nouveaux projets, notablement les infrastructures de gaz naturel liquéfié (GNL).

Ainsi, au total, un tiers des effectifs travaillent aujourd'hui dans la production de combustibles (charbon, gaz, pétrole, bioénergies), un tiers dans le secteur électrique, et un tiers dans les usages finaux (efficacité énergétique mais aussi construction automobile et batteries).

Par ailleurs, la moitié des emplois se trouve en région Asie-Pacifique et en particulier en Chine, qui compte 30 % de la main d’œuvre du secteur. Ces chiffres s'expliquent par l'implication de la région dans la production d'équipements, notamment dans les énergies solaires, les batteries ou encore les véhicules électriques. Ces biens sont destinés à la consommation locale mais aussi à l'export, note l'AIE dans ce rapport.

14 millions d'emplois créés d'ici 2030

Le fossé entre les deux sources d’énergies devrait se creuser. Tous les scénarios envisagés par l'AIE anticipent une augmentation du nombre d'emplois dans les énergies vertes et un déclin des énergies fossiles. En effet, l'atteinte de la neutralité carbone en 2050 aura pour conséquence une transformation des secteurs de l’économie, et donc de la demande en main-d’œuvre et de l’emploi. Au contraire, l'AIE estime qu'il faut cesser immédiatement tout nouveau projet de prospection pétro-gazière pour atteindre cet objectif. 

Celui-ci entraîne parallèlement la création de 14 millions d'emplois d'ici 2030 dans les énergies propres, et le transfert de 16 millions d'autres, selon l'institution, émanation de l'OCDE. Pour ne pas rater le coche, "les gouvernements devront se concentrer sur la formation professionnelle et le renforcement des compétences, pour s'assurer que la transition profite au plus grand nombre", prévient l'AIE.

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Capitole Etats Unis midterms 2022 Mandel Ngan AFP

Les résultats des élections américaines montrent les limites de la guerre d’influence anti-woke

"Trump-Biden, la revanche" était le titre du scénario écrit par les sondages pour les élections de mi-mandat organisées le 8 novembre. Mais les électeurs en ont écrit un autre. Le camp démocrate, emmené par le Président Biden, a beaucoup mieux résisté que prévu à une vague de submersion rouge de...

Election lula bresil 301022 CARL DE SOUZA AFP

Lula, réélu à la tête d’un Brésil divisé sur tout : l’Amazonie, l’agro-industrie et les inégalités de richesse

Lula, l’ancien métallo, est redevenu à 77 ans le président du Brésil. Cet homme de gauche à la tête d’une large coalition, a battu d’une courte tête Jaïr Bolsonaro, le Trump tropical. Cette élection cruciale pour la protection de l’Amazonie, poumon mondial menacé, est aussi un coup d’arrêt à un...

Liz Truss Daniel Leal AFP

La démission de Liz Truss, nouvelle mort du Royaume-Uni d’Élisabeth II et de Margaret Thatcher ?

Le mandat de la Première ministre britannique n’aura survécu qu’un peu plus d’un mois à la reine d’Angleterre. Liz Truss est encore en vie mais sa carrière politique est morte, 45 jours après l’enterrement en grande pompe d’Élisabeth II qui traînait dans son cortège les derniers restes du 20e...

Vincent Edin

Vincent Edin (journaliste, auteur) : "Les mobilisations sociales sont le signe d'une maltraitance institutionnelle"

D’un côté, une colère sociale qui s’intensifie. De l’autre, un gouvernement qui refuse de légitimer le mouvement… en toute logique, d’après Vincent Edin, spécialiste de la rhétorique politique. Selon lui, l’absence de consensus à la croisée des luttes ne permet pas aux revendications d’aboutir...