Publié le 29 avril 2022

ÉCONOMIE

Youtube, Twitter, Facebook... La désinformation climatique sur les réseaux sociaux freine la transition écologique

Nier les impacts du changement climatique, contester la responsabilité humaine... Ces messages pullulent sans entrave sur les réseaux sociaux. Dans un nouveau rapport, Greenpeace, Les Amis de la Terre et Avaaz épinglent les géants du web comme Twitter et Facebook pour leur absence de modération et leur manque de transparence sur le sujet alors que les experts du climat, le GIEC, considèrent la désinformation climatique comme une menace de taille. Sous pression, les réseaux sociaux pourraient bientôt se heurter à la réglementation européenne.

Desinformation AFP DIBYANGSHU SARKAR
La désinformation climatique, une menace sous-estimée.
Dibyangshu Sarkar / AFP

"Les plateformes de médias sociaux - en particulier Facebook et Twitter - ont permis aux propagandistes des temps modernes de saboter les efforts des scientifiques et des experts pour sauver la planète", s’indigne Charlie Cray, responsable de la stratégie de Greenpeace USA. L’ONG a rédigé avec Les Amis de la terre et l’agence Avaaz le rapport "Dans l'ombre, comment la désinformation climatique sur les réseaux sociaux est cachée au grand public. Classement des Big Tech sur la transparence" publié le 21 avril.

Le rapport ne dénonce pas seulement le manque de modération des fake news. Il accuse aussi les géants du web de cacher l’ampleur de la désinformation climatique, une menace pourtant documentée dans un chapitre entier du rapport du Giec de février dernier. Celui-ci indique que les politiques d'adaptation de l’Amérique du Nord seraient particulièrement freinées par la désinformation climatique. Or les stratégies des réseaux sociaux pour lutter contre cette désinformation ne sont pas à la hauteur des enjeux, estime le rapport. 

Pinterest et Youtube, meilleurs élèves

Dans le détail, aucune des cinq entreprises évaluées n’a obtenu la moyenne sur 27 points, chacun représentant une stratégie de lutte contre la désinformation. Pinterest et Youtube sont les meilleurs élèves grâce à leurs efforts pour définir ce qu’est la désinformation climatique. Pinterest peut officiellement supprimer des posts qui "nient l'existence ou les impacts du changement climatique ou son influence humaine" ou même, qui "présentent des données scientifiques de façon trompeuse, notamment par omission ou sélection de données, dans le but d'éroder la confiance dans la climatologie et les experts".

Un message fort qui, cependant, ne suffit pas aux auteurs du rapport. Ils regrettent une "une opacité sur la façon dont cette politique est appliquée". De son côté, Youtube supprime des posts climatosceptiques uniquement dans les publicités, "laissant le flou à propos des autres contenus". Facebook, Tik Tok et Twitter ne détaillent pas le sujet du climat. Leurs actions sont jugées largement insuffisantes et peu documentées. Twitter a interdit les publicités climatosceptiques au lendemain de la publication du rapport, une avancée qui reste à surveiller, étant donné le récent rachat du réseau par Elon Musk.

Classement reseaux sociaux desinformation climatique

La désinformation climatique serait dans l’intérêt des géants du web pour "faire monter leurs chiffres", selon Charlie Cray de Greenpeace. Pour mesurer l’ampleur du problème, les chercheurs et juristes ont besoin de données. Les médias ne les fournissent pas toujours, invoquant le besoin de protéger les données personnelles de leurs utilisateurs. Or sans collaboration de confiance, impossible de connaître l’ampleur de la désinformation climatique. "Les legislateurs doivent progresser et ordonner la transparence – pas seulement pour nettoyer nos fils d’actualité, mais pour aider à résoudre la crise climatique", affirme Rebecca Lenn, consultante chez Avaaz.

Créer la confusion autour de consensus scientifiques 

Le "Digital Service Act", nouvelle réglementation européenne sur les contenus web adoptée samedi 23 avril, porte de nombreux espoirs. Elle pourrait donner des outils de régulation contre la désinformation, notamment climatique. Reste à voir à quel point le sujet du climat sera détaillé. Les recommandations du rapport reprennent celles d’une lettre ouverte signée en octobre 2021 par Greenpeace, Laurence Tubiana, la directrice de la fondation européenne pour le climat, et des entreprises comme Ben & Jerry's. La lettre pose un cadre, distinguant la désinformation, qui est l’acte volontaire de propager de fausses informations pour son propre intérêt, de la mésinformation, qui en est la diffusion naïve.

Définir la désinformation rappelle le rôle actif des lobbys, décrit dans l’enquête "Les marchands de doute", publié en 2010 par Naomi Oreskes et Erik M. Conwa. La stratégie est simple : "nourrir la controverse", c’est-à-dire créer de la confusion autour de consensus scientifiques pourtant établis. "Une faible quantité de personnes peuvent avoir une grande influence négative, particulièrement si elles sont organisées, déterminées et qu'elles ont accès au pouvoir", affirment ainsi les auteurs, dénonçant déjà en 2010 le rôle de trois physiciens climatosceptiques sur l’inaction climatique des États-Unis.

Fanny Breuneval


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...

Legislatives Amelie de Montchalin Alain JOCARD AFP

Législatives : La canicule a dopé l’abstention, pas la place du climat dans une soirée électorale disruptive

La transition écologique version Emmanuel Macron est-elle terminée avant d’avoir commencé ? La défaite électorale de celle qui en avait la charge, Amélie de Montchalin, remet en cause un échafaudage considérablement fragilisé par le recul global du parti du Président de la République. La déclaration...

Legislative premier tour ludovic marin afp

Législatives 2022 : Victoire de l’abstention, défaite du climat

C’est un record sous la Vème République. L’abstention a dépassé les 52 %, une chute de participation qui s’inscrit dans une tendance de fond. La non-campagne législative n’aura pas soulevé les foules alors que les députés sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Si les...